BRANCALEONE AUX CROISADES

Brancaleone alle crociate

Mario Monicelli

Résumé

En route à la conquête du Saint Sépulcre, l'armée de miséreux conduite par le bravache chevalier Brancaleone da Norcia (Vittorio Gassman) est décimée par les partisans de l'antipape Clément. Désespéré, il invoque la Mort qui, finalement, lui accorde un délai de sept lunes. Pour son salut, il sauve de la mort un nouveau-né qui s'avère être le fils d'un roi normand de Sicile (Adolfo Celi) qui est aux Croisades et dont le frère convoite le trône. Accompagné de quatre rescapés Brancaleone décide de conduire l'enfant à son père. En chemin se joignent à la troupe Thorz (Paolo Villaggio), un fourbe mercenaire allemand, Tiburzia (Stefania Sandrelli), une sorcière à qui Brancaleone a évité le bûcher et qui tombe sous le charme du matamore, un lépreux entièrement couvert d'un drap et qui ne communique que par le biais de ses clochettes. Arrivé en Terre Sainte, Brancaleone a fort à faire dans le combat contre les Maures, et les sept lunes sont passées…

« Après L’armata Brancaleone (1966), voici de nouvelles aventures de Brancaleone. Cette fois il se dirige vers la Terre Sainte où il arrive après un certain nombre de péripéties picaresques, et face aux murs de Jérusalem il défie cinq nobles sarrasins. Sur tout le combat plane l'Ange de la Mort. La Grande Faucheuse ne nous paraît plus aujourd’hui comme une parodie de Bergman mais plutôt comme un hommage discret aux auteurs que Monicelli a toujours admirés (surtout Antonioni et Huston). Ce second volet est plus riche en moyens et diversifié en lieux de tournage, mais il est moins concentré et fringant que l'original, qui est sans doute l'exercice linguistique, littéraire et historique le plus cultivé et original de tout le cinéma italien pour ce qui est de la reconstitution médiévale. Néanmoins, la présence de Gassman, Celi, Toffolo, Villaggio et Proeitti offre un défilé de talents comiques et d'acteurs qui inspirent encore le respect et garantissent le divertissement. »

Mario Sesti

 

Le film succède à L'armata Brancaleone (1966). Le succès populaire de ces deux films fut tel qu'écoliers et adolescents s'étaient accaparés le cri de guerre : à « Branca, Branca, Branca ! » répondait « Leon, Leon, Leon !». L’expression est passée dans le langage courant pour désigner une bande de bras cassés, d'incapables.

Informations

RÉALISATION : Mario Monicelli
SCÉNARIO : Agenore Incrocci (Age), Furio Scarpelli, Mario Monicelli
IMAGE : Aldo Tonti
MONTAGE :Ruggero Mastroianni
MUSIQUE : Carlo Rustichelli
PRODUCTEUR(S) : Mario Cecchi Gori
PRODUCTION :

Fair Film

INTERPRÈTES :

Vittorio Gassman, Adolfo Celi, Stefania Sandrelli, Beba Loncar, Gigi Proietti, Paolo Villaggio, Lino Toffolo, Gianrico Tedeschi, Sandro Dori


Italie - 1970
DURÉE : 117 min

Bande-annonce

Aucune bande-annonce n'est disponible

Séances

  • MJC AUDUN-LE-TICHE, le 01/11/2019 à 14h15.
  • KULTURFABRIK, le 05/11/2019 à 18h30.
  • CINEMOBILE, le 08/11/2019 à 17h30.