I VITELLONI

Carte Blanche

Dans une petite station balnéaire de Romagne la saison estivale se termine. Fausto (Franco Fabrizi), le joli cœur, Alberto (Alberto Sordi), le bouffon au visage poupin, Leopoldo (Leopoldo Trieste) qui rêve d'impossibles succès littéraires, le paresseux Riccardo (Riccardo Fellini) et le sensible Moraldo (Franco Interlenghi) qui espère toujours trouver le courage de fuir vers la capitale, traînent leur ennui et passent leurs journées à se prélasser dans les cafés et à faire des farces puériles.

Sandra, la sœur de Moraldo, est enceinte de Fausto et celui-ci se résigne au mariage de réparation. De retour de son voyage de noces il accepte une place de vendeur dans un magasin d'articles religieux appartenant à un ami de son beau-père. Vaniteux et superficiel, Fausto ne peut s'empêcher de faire la cour à la femme de son patron. Il est découvert et Sandra s'enfuit de la maison avec leur bébé. Tous les amis participent à sa recherche et finissent par la retrouver chez le père de Fausto qui châtie son fils à coups de ceinturon.

Les « vitelloni » reprennent leur vie habituelle. Seul Moraldo, sans rien dire à personne, trouve la force de prendre le train, coupant ainsi net avec son passé. Pour ses amis rien n'a changé et ne changera jamais.

 

 

« Cinq jeunes romagnols qui refusent de grandir et qui traînaillent leurs journées dans l’ennui, en retardant infiniment le moment où il faudra affronter le passage à la vie d’adulte. Il y a le dragueur, l’homme à femmes et puis l’intellectuel, le joueur, l’infantile, le faux sage. Pendant la saison balnéaire ils ont quelques éclairs de vitalité anémique, qui s’éteignent dès les premiers signes de l’automne et qui sombrent en hibernation pendant près de huit ou dix mois, se fondant quasiment dans la grisaille hivernale de la Riviera romagnole. Personne n’a parlé de ces "vitelloni" italiens mieux que Fellini. Personne n’a mis en scène comme il a su le faire ce mélange incroyable de velléité, d’infantilisme, d’apitoiement sur soi et d’incurie par lesquels la province italienne éternelle perpétue ses rites propres, son immobilisme et ses liturgies lasses et prétentieuses. »

Gianni Canova

 

 

La traduction littérale du titre italien serait « Les gros veaux ». Avec ce film, Fellini inventa un néologisme. Le mot vitelloni est passé dans le langage courant pour désigner des jeunes gens fainéants, sans métier, sans projet, des grands adolescents qui vivent aux crochets de leurs parents.



RÉALISATION : Federico Fellini
SCÉNARIO : Federico Fellini, Ennio Flaiano, Tullio Pinelli
IMAGE : Carlo Carlini, Otello Martelli, Luciano Trasatti
MONTAGE :Rolando Benedetti
SON : Nino Rota
PRODUCTEURS : Lorenzo Pegoraro
PRODUCTION : Cité Films, Peg-Films
INTERPRÈTES : Franco Interlenghi, Alberto Sordi, Franco Fabrizi, Leopoldo Trieste, Riccardo Fellini, Leonora Ruffo, Jean Brochard, Carlo Romano, Enrico Viarisio, Paola Borboni, Claude Farell, Lída Baarovà

Italie, Suisse, France - 1953
DURÉE : 1h 43

PARTENAIRES

SUIVEZ-NOUS

FESTIVAL DU FILM ITALIEN DE VILLERUPT

6 rue Clemenceau – 54190 Villerupt

 

+33 (0)3 82 89 40 22

[email protected]