NOUS VOULONS LES COLONELS

Vogliamo i colonnelli

Mario Monicelli

Résumé

Rome, 1970. Pour préserver la patrie des effets désastreux d'une démocratie décadente et obnubilé par la menace communiste, le député d’extrême droite Giuseppe Tritoni (Ugo Tognazzi) projette un coup d'État pour installer une junte militaire avec le soutien d'officiers en mal de carrière ou bien à la retraite, ainsi que de militaires nostalgiques du fascisme. Le plan « Renard noir » est mis en œuvre pour exécution immédiate.

Naturellement ça capote : les parachutistes qui doivent s'emparer d'un aéroport se perdent dans la campagne, un peloton équipé de scooters est bloqué dans un embouteillage, le détachement d'assaut qui doit occuper le siège de la télévision est obligé, suite à un accident de la route, de s'y rendre en taxi et arrive après la fin des programmes. Faute d'une organisation rigoureuse et d'appuis matériels et stratégiques suffisants, le plan échoue lamentablement mais il offre l'occasion au ministre de l'Intérieur en place de s'octroyer des pouvoirs spéciaux pour maintenir l'ordre et la sécurité dans le pays. Pour le député Tritoni, il ne reste plus qu'à essayer d'exporter son projet vers d'autres pays avec l'espoir qu'il y fonctionnera mieux.


« Afin de contrecarrer un coup d'état bouffon, ourdi par des nostalgiques du fascisme et des colonels, le gouvernement impose des lois spéciales, c'est-à-dire un véritable coup d'État. Derrière la satire il y a un cinéaste capable de mener bon train tous les scénarios. Derrière la comédie, une critique impitoyable des mœurs mais aussi d'une identité historique et nationale. La société Age Scarpelli Monicelli à l’œuvre. C'est la même équipe qui avait créé les bandes de foireux minables de I soliti ignoti et de L'armata Brancaleone. Cette fois, cependant, c'est un sujet proche de l'actualité (en Italie il y eut vraiment une tentative de coup d’état). Est-ce pour cela que Monicelli craignait que ces personnages soient odieux ? Si ce n’est pas le cas, c’est surtout grâce à Tognazzi, principalement, un corps brisé, une marionnette inépuisable, "plus monstrueuse et paradoxale" (Elena Mosconi) que jamais, "empreint d’une morosité créée techniquement par des procédés imperceptibles" (Il Messaggero). »

Mario Sesti

 

Le film fait référence au coup d'État néo-fasciste avorté de décembre 1970, organisé par l'aristocrate Junio Valerio Borghese. Lors de la seconde guerre mondiale il dirigeait les nageurs de combat et le nom du personnage interprété par Tognazzi, Tritone (Triton), est une allusion évidente à Borghese.

 

Informations

RÉALISATION : Mario Monicelli
SCÉNARIO : Agenore Incrocci (Age), Furio Scarpelli, Mario Monicelli
IMAGE : Alberto Spagnoli
MONTAGE :Ruggero Mastroianni
MUSIQUE : Carlo Rustichelli
PRODUCTEUR(S) : Adriano De Micheli, Pio Angeletti
PRODUCTION :

Dean Films

INTERPRÈTES :

Ugo Tognazzi, Claude Dauphin, Duilio Del Prete, Giuseppe Maffioli, François Périer, Carla Tatò,  Lino Puglisi, Pino Zac, Tino Bianchi, Pietro Tordi


Italie - 1973
DURÉE : 100 min

Bande-annonce

Aucune bande-annonce n'est disponible

Séances

  • MJC AUDUN-LE-TICHE, le 28/10/2019 à 15h00.
  • MJC AUDUN-LE-TICHE, le 29/10/2019 à 17h30.
  • KULTURFABRIK, le 31/10/2019 à 18h30.