MIA MADRE

MIA MADRE
MIA MADRE

Nanni Moretti

MIA MADRE

Margherita (Margherita Buy) est une cinéaste qui vit un moment difficile. Elle est en train de tourner un film « engagé » sur la lutte des ouvriers d’une entreprise qui vient d’être vendue à une multinationale et qui craignent une vague de licenciements. Il y a des scènes fortes, des manifestations, des affrontements avec la police, mais le conflit central du film doit être le face à face entre le nouveau dirigeant venu des USA et les ouvriers de l’usine. Le rôle doit être tenu par Barry Huggins (John Turturro), une star hollywoodienne qui se révèle un incorrigible cabot, incapable au demeurant d’apprendre son texte et de le dire dans un italien compréhensible.

C’est pendant ce tournage que sa mère Ada (Giulia Lazzarini) est hospitalisée. Margherita arrive tant bien que mal à lui rendre quotidiennement visite, soulagée que son frère Giovanni (Nanni Moretti) se soit mis en congé pour être à son chevet. Il est calme et conscient autant qu’elle est stressée. Tous deux doivent affronter l’inéluctable, Ada est à l’agonie.

 

« Ma mère a enseigné 33 ans au Lycée Visconti de Rome. D’abord les lettres, puis les dernières années, le latin et le grec dans le dernier cycle. Il ne se passe pas une semaine sans que je rencontre quelqu’un qui me dit avoir été son élève. Parfois même quelqu’un qui a été élève de ma mère au lycée et de mon père à l’université où il enseignait l’épigraphie grecque. Bon nombre de ses élèves ont continué à venir la voir après le bac. Moi, je n’ai jamais eu un tel rapport avec un de mes professeurs. Je vais dire quelque chose qui me blesse, que j’ai un peu de mal à dire, mais que je vais dire tout de même : après la mort de ma mère, à travers ce qu’en disaient ses anciens élèves, j’ai eu l’impression que quelque chose d’elle, quelque chose d’important, m’avait échappé. Quelque chose qu’ils étaient arrivés à saisir et à me communiquer. Quelque chose de fondamental. »

Nanni Moretti, Dossier de presse du film

 

Nanni Moretti (1953) est sans doute le cinéaste italien actuel le plus représentatif. Seize films à son actif depuis Io sono un autarchico (1976), dans lesquels il a porté un regard critique et aigu sur la réalité politique et le cinéma. Plus intime, moins polémique, Mia madre continue néanmoins à explorer son rapport au cinéma.

Nanni Moretti
Nanni Moretti

Nanni Moretti (Brunico, 1953). Scénariste, réalisateur, acteur, mais aussi producteur  et distributeur à travers sa société Sacher. Avec ses deux premiers films à la fin des années 1970, il fait une entrée remarquée dans le monde du cinéma et il devient rapidement l’un des réalisateurs italiens les plus connus de sa génération. Dans nombre de ses films, il apparaît sous les traits d'un alter ego nommé Michele Apicella. Habitué des festivals, plusieurs de ses films ont été récompensés (Sogni d’oro, Grand prix du jury à Venise, La messa è finita, Ours d'argent à Berlin, Caro diario, Prix de la mise en scène à Cannes, La stanza del figlio, Palme d'or à Cannes). 

Filmographie : Io sono un autarchico (1976, Je suis un autarcique), Ecce Bombo (1978), Sogni d'oro (1981), Bianca (1983), La messa è finita (1985, La messe est finie), Palombella rossa (1989), Caro diario (1994, Journal intime), Aprile (1998), La stanza del figlio (2001, La chambre du fils), Il caimano (2006, Le Caïman), Habemus papam (2011), Mia madre (2015), Santiago, Italia (2018)

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/1185.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Nanni Moretti

Scénario : Gaia Manzini, Nanni Moretti, Valia Santella, Chiara Valerio, Francesco Piccolo

Image :  Arnaldo Catinari

Montage : Clelio Benevento

Musique : 

Producteur (s) : Nanni Moretti, Domenico Procacci, Jean Labadie

Productions : Sacher Film, Fandango, Le Pacte, Rai Cinema, Arte France Cinéma, avec le soutien d'Eurimages

Distribution France : Le Pacte

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Margherita Buy, John Turturro, Giulia Lazzarini, Nanni Moretti, Beatrice Mancini, Stefano Abbati, Enrico Ianniello, Anna Bellato, Pietro Ragusa, Tony Laudadio, Lorenzo Gioielli, Tatiana Lepore, Monica Samassa, Vanessa Scalera, Renato Scarpa

Année : 2015
Durée : 1h 46
Pays de producion : Italie, France