LA CASA DEL TAPPETO GIALLO

LA CASA DEL TAPPETO GIALLO

Carlo Lizzani

LA CASA DEL TAPPETO GIALLO

Une banlieue moderne d’immeubles sans âmes, un petit appartement, un couple quelconque.

Franca et son mari Antonio décident de vendre un tapis jaune qui était un cadeau du beau-père de Franca . Un jour , alors qu’Antonio est sorti, un homme étrange se présente en disant qu’il souhaite acheter le tapis . Mais la visite de l’homme devient un cauchemar . Il enlève Franca et dit qu’il a tué sa femme sur ce même tapis jaune. Puis Franca tue l’homme . Mais est-ce vraiment tout ce qui se est passé ? Et qui était cet homme étrange ?

 

La première présentation du film a eu lieu à la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes

La peur, l’angoisse, la violence ont presque toujours été des sentiments dominants chez les protagonistes de la plupart de mes films qui s’intéressaient à des moments de l’histoire ou de l’actualité italiennes. Aujourd’hui, toutefois, ces sentiments sont ressentis par la plus grande partie d’entre nous et s’installent sournoisement dans les maisons quand une femme ou un homme restent seuls, perdus dans le désert de ciment d’une grande métropole. Gens quelconques, journée quelconque dans une ville quelconque. Autour d’une femme seule dans un appartement gravitent trois personnages. Il est question de la vente d’un tapis jaune dont cette femme et son mari veulent se débarrasser. D’après une antique légende persane « le jaune du tapis sert à exalter le rouge du sang ». Du sang de qui s’agira-t-il ? Bien évidemment, je ne le révèlerai pas pour respecter la règle d’or d’une « comédie noire ».

Carlo LIZZANI, quinzaine-realisateur.com

Carlo Lizzani
Carlo Lizzani

Carlo Lizzani (1922, Rome -2013, Rome) a collaboré dans les années 1940-1943 aux revues cinématographiques Cinema et Bianco e nero. Antifasciste, en 1963 il participe à la Résistance à Rome.
Assistant d' Aldo Vergano pour Il sole sorge ancora (1946) et de Robero Rossellini pour Germania anno zero (1948) il participe en 1949 au scénario et à la mise en scène de Riso amaro de Giuseppe De Santis. Son premier long métrage, Achtung! Banditi! (1951) est un hommage aux résistants et Cronaca di poveri amanti (Chronique des pauvres amants) est primé à Cannes en 1954. De 1979 à 1982 il a été directeur de la Mostra de Venise.
Autres films notoires : Il gobbo (1960, Le bossu de Rome), L'oro di Roma (1961, Traqués par la Gestapo), Il processo di Verona (1963, Le procès de Verone), Banditi a Milano (1968), Torino nera (1972, La vengeance du sicilien), Fontamara (1977), La casa del tappeto giallo (1983), Celluloide (1996, Remake, Rome ville ouverte)

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/01608901.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Carlo Lizzani

Scénario : Aldo Selleri, Filiberto Bandini, Lucio Battistrada d'après la pièce Teatro a domicilio de Aldo Selleri

Image :  Giuliano Giustini

Montage : Angela Cipriani

Musique : Stelvio Cipriani

Producteur (s) : Filibberto Bandini

Productions : R.P.A. Cinematografica, RAI Radiotelevisione Italiana

Distribution France : 

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Erland Josephson, Béatrice Romand, Vittorio Mezzogiorno, Milena Vukotic

Année : 1983
Durée : 1h 29
Pays de production : Italie