IO, CHIARA E LO SCURO

IO, CHIARA E LO SCURO

Maurizio Ponzi

IO, CHIARA E LO SCURO

Francesco, concierge dans un hôtel, est un jeune toscan habile joueur de billard. Il décide de défier  « lo Scuro » (le Sombre), champion invaincu  jusqu’ici. A la surprise générale, il gagne; l’enjeu était une simple tasse de café. Mais un bon joueur ne peut refuser la revanche à son adversaire, qui propose, cette fois-ci, comme enjeu, une somme rondelette. Francesco perd et, pour payer sa dette, il se voit obligé de « prélever » l’argent d’un des coffres de l’hôtel. Un défi en entraîne un autre, et ainsi de suite, et Francesco se trouve, en quelques  jours, à devoir rendre 12 mil­lions s’il ne veut pas être accusé de vol. 

Il se confie à Chiara, saxophoniste dans un night club, une jeune femme qu’il a connue récemment en des circonstances singulières dans un bus: un échange d’étuis, contenant, l’un une queue de billard, l’autre l’instrument de musique. Après un querelle – la jeune femme a loupé une audition importante, privée qu’elle était du saxo­phone – les deux sont bientôt épris l’un de l’autre. Mais que faire pour cette dette? Chiara ne voit d’autre solution, pour Francesco, que de participer à un grand concours de billard, dont le prix sera de 15 millions de lires. Francesco et lo Scuro se retrouve face à face en finale, et, une fois encore, Francesco est battu. Rien n’est perdu, car Chiara, qui a toujours misé sur son ami, au­paravant, a misé sur l’adversaire dans la dernière partie et a gagné. Délivré de son complexe d’in­fériorité et de ses soucis, Francesco prendra une éclatante revanche sur son adversaire, à la grande joie de Chiara.

 

Un film attachant sur l’univers des jeunes avec leurs petits boulots et leurs grandes passions.

Le film a été sélectionné au Festival de Cannes dans la section Un certain regard.

 

Maurizio Ponzi (1939, Rome) débute dans le monde du cinéma comme critique pour diverses revues cinématographiques. Assistant de Pasolini en 1966 pour Amore e rabbia, il réalise son premier en 1968, I visionari, primé au Festival de Locarno. Au début des années 1980, il réalise consécutivement trois films avec Francesco Nuti dans le rôle principal : Io, Chiara e lo Scuro (1982), Madonna che silenzio c’è stasera (1983), Son contento (1984).

Maurizio Ponzi

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/81TeudmtmoL._AC_SY445_.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Maurizio Ponzi

Scénario : Francesco Nuti, Franco Ferrini, Enrico Oldoini, Maurizio Ponzi

Image :  Carlo Cerchio

Montage : Sergio Montanari

Musique : Carlo Maria Cordio

Producteur (s) : Gianfranco Piccioli, Marco Valsania

Productions : Hera International Film

Distribution France : 

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Francesco Nuti, Giuliana de Sio, Marcello Lotti, Antonio Petrocelli, Novello Novelli, Ricky Tognazzi, Renato Cecchetto

Année : 1982
Durée : 1h 43
Pays de production : Italie