IL BUON SOLDATO

IL BUON SOLDATO
LE BON SOLDAT

Franco Brusati

IL BUON SOLDATO

Marta, 35 ans, est une femme déterminée et volontaire, aussi parce qu’avec un mari comme le sien, capable uniquement de chanter des romances en allemand, elle est la seule à pouvoir s’occuper de l’administration de sa propre ferme, de sa fille et de ses parents. Un jour, dans le train elle rencontre Tommaso qui part faire son service militaire. La rencontre entre Marta et Tommaso est courte mais décisive pour la jeune femme qui reçoit comme une impulsion pour recommencer sa vie. Marta trouvera la force de se séparer de son mari, de rompre avec ses parents, égoïstes et immatures et de se consacrer davantage à sa fille. Tommaso, en revanche, n’a ni l’énergie ni le courage d’affronter sa propre vie après avoir découvert que sa vieille tante est alcoolique et que son cousin Marco, apparemment un père et un mari exemplaires, est en fait un sadique qui mène une double vie. Dans la caserne, cependant, la vie est encore plus brutale qu’à l’extérieur et lorsqu’un de ses amis est violé par d’autres soldats, Tommaso se tue. La nouvelle de sa mort bouleverse Marta qui se rend compte qu’il avait beaucoup plus besoin d’elle qu’elle de lui. Ce sont les jeunes, aujourd’hui, et non pas les adultes, qui sont le plus sou­ vent horrifiés par la vie qui se présente à eux et qui refusent d’y entrer.

 

 

L’email a bien été copié

Franco Brusati
Franco Brusati

Franco Brusati (1922, Milan – 1993, Rome), après des études de droit, travaille tout d'aord comme journaliste. À partir de 1950 il collabore aux scénarios de réalisateurs tels que Mario Camerini, Luciano Emmer, Alberto Lattuada, ou encore Roberto Rossellini et Mario Monicelli. Il réalise son premier film, Il padrone sono me, en 1956 et par la suite Il disordine (1962, Le désordre) et I tulipani di Haarlem (1970, Les tulipes de Haarlem). Ces films les plus remarqués sont Pane e cioccolata (1974, Pain et chocolat) et Dimenticare Venezia (1979, Oublier Venise). Suivront ses deux derniers films, Il buon soldato (1982) et Lo zio indegno (1989). Il n'aura réalisé que huit films mais il s'est également consacré au théâtre en créant six pièces.

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/1161.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Franco Brusati

Scénario : Franco Brusati, Ennio De Concini

Image :  Romano Albani

Montage : Roberto Perpignani

Musique : Maurizio Fabrizio

Producteur (s) : Mario Gallo, Enzo Giulioli, Renzo Rossellini

Productions : Filmalpha, Gaumont, Rai 2

Distribution France : 

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Mariangela Melato, Gérard Darier, Carla Bizzari, Gérard Latigau, Siria Betti, Heinz Krüger, Jean-François Balmer

Année : 1982
Durée : 1h 44
Pays de production : Italie