AIUTAMI A SOGNARE

AIUTAMI A SOGNARE

Pupi Avati

AIUTAMI A SOGNARE

1943, en Émilie. Francesca, une jeune femme veuve de 35 ans, fuit les bombardements de Bologne pour se réfugier à la campagne avec ses trois filles. Elle y retrouve ses amis d’enfance, elle joue du piano, avec une préférence pour la musique américaine; et elle reprend ainsi peu à peu goût à la vie. Tous les jours, un avion de reconnaissance américain survole la maison, et Francesca essaie d’imaginer son pilote. Un beau jour, un incident mécanique contraint celui-ci à atterrir. Francesca et ses amis le cahent et dissimulent l’avion sous de la paille. 

Peu à peu Ray, l’aviateur, s’amalgame avec cette petite communauté, se prend d’affection pour les enfants. À l’approche de Noël, tous semblent heureux, mais Francesca entend brusquement un bruit qui la fait sursauter. C’est Ray qui essaie le moteur de son avion. La même nuit il annonce à Francesca qu’il s’apprête à partir. Le lendemain, les larmes aux yeux, Francesca voit l’avion disparaitre à l’horizon.

 

Avec Aiutami a sognare Pupi Avati a réalisé un film positif. Les personnages y sont bons  et les situations émouvantes.  Il a fait preuve d’une grande habileté en arrivant à couler les conventions de la comédie musicale dans le mélodrame. Les citations et les allusions, ainsi que ses choix narratifs sont autant de clins d’œil déférents et nostalgiques à un genre qu’il affectionne : Mariangela  Melato  pourrait être June Allison ou Katheryn Grayson, les chorégraphies de Hermès Pan transforme presque Sasso Marconi en Brodway, mais avec pudeur et prudente mesure. La « première comédie musicale italienne » n’est qu’à moitié musicale et laisse  prévaloir la comédie.                                     .

Stefano Reggiani, La Stampa, 28 mars 1981

 

Aiutami a sognare est un film limpide, entièrement harmonique, où  des  trouvailles d’enchaînement (la vision du show boat) se transforment en rimes visuelles, et où les enfants sont sans difficulté les té­moins et les catalyseurs de «l’ac­tion» […]

La beauté sourd lentement, de toutes parts, et imprègne ce qui au­rait pu n’être qu’une chronique de mœurs provinciales (ce l’est, du reste, avec tact et gentillesse). Beauté certes en mineur, servie par une interprétation remarquable : même Léaud est bon. Franciosa très à son aise, avec un soupçon du Lancaster d’il y a trente ans dans le sourire et de James Stewart dans le timing). La  surprise, à cet égard, est Mariangela Melato, enfin coiffée et habillée à son avantage, qui explose comme danseuse […] et fait  preuve d’une sûreté de jeu et d’une sensi­bilité jusqu’à présent brimées.

Positif, n° 252, mars 1982

Pupi Avati
Pupi Avati

Pupi Avati (Bologne, 1938) se passionne d’abord pour la musique de jazz, thème, entre autres, de Jazz Band (1978) et Bix (1991) . Il débute sa carrière en 1968 et s’essaye à différents genres : parodies de films d’horreur, comédies musicales. Mais c’est avec des comédies sentimentales empreintes de nostalgie qu’il remporte certains succès. Avec plus de quarante films réalisés il est l’un des cinéastes italiens les plus féconds.

Filmographie partielle: La casa dalle finestre che ridono (1976, La maison aux fenêtres qui rient), Le strelle nel fosso (1979, L'étrange visite), Aiutami a sognare (1981), Una gita scolastica (1983, La balade inoubliable), Regalo di Natale (1986), Storia di ragazzi e di ragazze ((1989, Histoires de garçons et de filles), Dichiarazioni d'amore (1994), Il cuore altrove (2003, Un cœur ailleurs), La seconda notte di nozze (2005), Il papà di Giovanna (2008), Il cuore grande delle ragazze (2011), Il signor Diavolo (2019)

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/1125.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Pupi Avati

Scénario : Pupi Avati

Image :  Franco Delli Colli

Montage : Amedeo Salfa

Musique : Riz Ortolani

Producteur (s) : Antonio Avati, Gianni Minervini

Productions : A.M.A. Film, RAI

Distribution France : 

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Mariangela Melato, Anthony Franciosa, Orazio Orlando, Paola Pitagora, Jean-Pierre Léaud, Alexandra Stewart

Année : 1981
Durée : 112 min
Pays de production : Italie