UNA GIORNATA PARTICOLARE

UNA GIORNATA PARTICOLARE
UNE JOURNÉE PARTICULIÈRE

Ettore Scola

UNA GIORNATA PARTICOLARE

UNE JOURNÉE PARTICULIÈRE

Rome, le 8 mai 1938. L’Italie fasciste accueille Hitler pour sceller l’Axe Rome-Berlin. Le lendemain, toute la population est conviée à une immense fête. L’immeuble de la rue du 21 avril se vide de tous ses locataires. Seules deux personnes ne participent pas aux réjouissances populaires : Antonietta Tiberi, femme d’un petit fonctionnaire fasciste, restée chez elle pour accomplir les besognes ménagères, et Gabriel, ancien speaker de la radio nationale, accusé d’homosexualité et consigné dans son appartement sur ordre de la police. Le perroquet d’Antonietta s’échappe et va se réfugier chez Gabriel, et les deux exclus se rencontrent. Ils découvrent le vide auquel les condamne un idéal fasciste qui prône la virilité triomphante. Dépassant tout ce qui les sépare, ils prennent conscience de ce qui les unit et font l’amour. La fête terminée les locataires reviennent. Gabriel a été arrêté discrètement pour être déporté. Antonietta écoute   distraitement les récits et commentaires sur cette journée particulière.

 

Le contexte histo­rique est situé, au début, par des do­cuments d’actualités. Il reste présent, ensuite, par la retransmission de la cé­rémonie diffusée par le poste de la concierge. Et Scola raconte, dans ce contexte, l’histoire de deux person­nages isolés, exclus de l’événement. Les images ne sont ni en noir et blanc ni en couleurs. L’utilisation de filtres au tour­nage et un travail de laboratoire leur ont donné une teinte sépia, brun rosé, vraie couleur  de la mémoire  de cette époque lugubre, selon la vision du ci­néaste. L’importance du film ne tient pas seulement à cette originalité esthétique, mais à la révélation progressive de la condition humiliante faite, sous le ré­gime  fasciste, à la femme rivée à la cuisine, au mari dominateur, aux en­fants qu’elle doit donner à la nation, et à tout homme qui ne se plie pas au modèle viril officiel. Presque entièrement construite sur des scènes intimistes, des déplacements entre les deux apparte­ments, cette œuvre est passionnante à cause des rapports de ce curieux couple (Gabriele fait prendre conscience à An­tonietta de la servitude à laquelle le régime la soumet). En renonçant à leurs images de stars, leurs emplois habituels, Sophia Loren et Marcello  Mastroianni ont donné une vérité admirable à leurs personnages.

Jacques Siclier, Télérama, 19 octobre 1988

Ettore Scola
Ettore Scola

Ettore Scola (Trevico, 1931 – Rome, 2016) débute comme collaborateur de la revue satirique Marc'Aurelio, puis au cinéma, comme scénariste, notamment avec Risi et Pietrangeli. Il réalise son premier film, Se permettete parliamo di donne (Parlons femmes) en 1964. Avec un style audacieux et une analyse féroce de la société moderne, il s'impose par la suite parmi les maîtres de la comédie à l'italienne.

Filmographie partielle : Dramma della gelosia (1970, Drame de la jalousie), C'eravamo tanto amati (1974, Nous nous sommes tant aimés), Brutti, sporchi e cattivi (1976, Affreux, sales et méchants), Una giornata particolare (1978, Une journée particulière), La terrazza (1980, La terrasse), La nuit de Varennes (1982, Il mondo nuovo), Ballando ballando (1983, Le bal), La famiglia (1987, La famille), Splendor (1989), Romanzo di un giovane povero (1995, Le roman d'un jeune homme pauvre), Che strano chiamarsi Federico: Scola racconta Fellini (2013, Qu'il est étrange de s'appeler Federico)

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/1090.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Ettore Scola

Scénario : Ettore Scola, Ruggero Maccari, Maurizio Costanzo

Image :  Pasqualino De Santis

Montage : Raimondo Crociani

Musique : Armando Trovajoli

Producteur (s) : Carlo Ponti

Productions : Compagnia Cinematografica Champion (Italie), Canafox (Canada)

Distribution France : Les Acacias

Vente à l’étranger : Tamasa Distribution

Interprètes : Sophia Loren, Marcello Mastroianni, John Vernon, Françoise Berd, Vittorio Guerrieri, Alessandra Mussolini

Année : 1977
Durée : 1h 45
Pays de production : Italie, Canada