IL FIORE DELLE MILLE E UNA NOTTE

IL FIORE DELLE MILLE E UNA NOTTE
LES MILLE ET UNE NUITS

Pier Paolo Pasolini

IL FIORE DELLE MILLE E UNA NOTTE

LES MILLE ET UNE NUITS

La belle Zumurrud (Ines Pelligrini) est mise en vente sur un marché aux esclaves. Elle refuse tous ses prétendants et choisit de devenir la maîtresse du jeune Nur-Ed-Din (Franco Merli), à qui elle offre elle-même de l’argent pour qu’il l’achète. Le lendemain de leur nuit de noces, Zumurrud raconte à Noureddine l’histoire du roi Haroun El-Rachid et de la reine Berhame, monarques nomades qui font un pari sur l’amour entre un jeune garçon et une jeune fille… Peu après, Zumurrud se fait enlever par un «chrétien aux yeux clairs» et Nur-Ed-Din part à sa recherche…

Ce film est la dernière partie d’une « Trilogie de la vie » qui comprend aussi Le Décaméron et Les Contes de Canterbury, adoptions de contes populaires. Les Mille et une aventures des personnages s’entremêlent dans le film et relèvent toutes d’une magie où l’exotisme de l’Orient arabe joue son rôle habituel. 

 

Dans un conte, tout peut arriver, c’est la première donnée. Mais toujours dans un langage choisi, parfois même désuet, ce qui en fait aussi tout le charme.

C’est le premier des partis pris de Pasolini quand il adapte Les Mille et Une Nuits. Ses personnages – des vagabonds, des petits voleurs, des esclaves, des marchands ou des princes – s’expriment tous dans un langage extrêmement châtié. Pas de réalisme donc, et tant mieux, car déjà le texte emporte le téléspectateur.

Mais il y a plus, bien sûr. Ces décors naturels en Ethiopie, en Iran, au Yémen ou encore au Népal, qui provoquent des chocs esthétiques en cascade. Enfin, il y a la structure narrative adoptée, une façon de rebondir d’un conte à l’autre en choisissant avec un soin tout particulier les moins connus de cette célébrissime saga imaginée par Schéhérazade.

Marie Colmant, telerama.fr

Pier Paolo Pasolini
Pier Paolo Pasolini

Poète, romancier, dramaturge, acteur occasionnel, peintre, philosophe, Pier Paolo Pasolini, né à Bologne en 1922, fit preuve d’une exceptionnelle polyvalence artistique et il fut aussi un cinéaste prolifique. Homme engagé, chroniqueur virulent suscitant polémiques et scandales, Pasolini a été l’un des personnages les plus controversés de la société italienne de l’après-guerre jusqu’à son assassinat sur la plage d’Ostie dans la nuit du 1er au 2 novembre 1975.
Réalisations : Accattone (1961), Mamma Roma (1962), Il Vangelo secondo Matteo (1963, L'Évangile selon saint Matthieu), Teorema (1968, Théorème), Medea (1969, Médée), Il Decamerone (1971, Le Décaméron), Salò o le 120 giornate di Sodoma (1975, Salò les 120 journées de Sodome)

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/1082.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Pier Paolo Pasolini

Scénario : Dacia Mairani, Pier Paolo pasolini

Image :  Giuseppe Ruzzolini

Montage : Nino Baragli, Tatiana Casini Morigi

Musique : Ennio Morricone

Producteur (s) : Alberto Grimaldi

Productions : Produzioni Europee Associate (PEA), Les Productions Artistes Associés

Distribution France : 

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Ninnetto Davoli, Franco Citti, Tessa Bouché, Ines Pelligrini, Franco Merli, Salvatore Sapienza, Abadit Ghidel, Fessazion Gherentiel, Gian Idris, Margareth Clémenti, Luigina Rocchi, Alberto Argentino, Francesco Paolo Governale

Année : 1974
Durée : 2h 30
Pays de production : Italie, France