BALLO A TRE PASSI

BALLO A TRE PASSI

Salvatore Mereu

BALLO A TRE PASSI

Printemps : Andrea, Peppeddu, Macangiu et Istene cou­rent au milieu de la campagne et montent dans un camion qui va leur permettre de rejoindre la mer. Ils arrivent sur la plage, grim­pent sur les dunes, et enfin sous leurs yeux, apparaît la mer, bleu turquoise, plus grande que toutes les campagnes et les terrains de foot vus jusqu’alors. Deux larmes coulent sur les joues d’Andréa alors que tous les autres se taisent. Ces enfants venus de la campa­gne sarde voient la mer pour la première fois de leur vie.

Eté : Michele, que les enfants ont rencontré sur la route de la mer, est déjà arrivé dans la mon­tagne. Cela fait des mois qu’il vit dans une petite baraque de fortune. Chaque soir il trait son troupeau. Massimo est la seule personne qu’il fréquente. Avec Peppuccia, il gère un bar sur la plage et une piste d’envol pour des deltaplanes. C’est là que Michele voit pour la première fois Solveig, une jeune française qui pratique le deltaplane. Avec elle il va connaître pour la première fois l’a­mour. Quelques jours après, scrutant un point de la mer où plusieurs barques se sont réunies, Michèle voit surgir de l’eau les ailes d’un deltaplane.

Automne : Chez Ziu Predu, un vieil homme qui partage avec Michele la petite bergerie dans la montagne, on est en pleins préparatifs pour le mariage de Simona, sa nièce. À cette occasion Francesca, la fille de ziu Predu, va revenir chez elle. Elle est religieuse depuis de nombreuses années. Son père ne l’a pas revue depuis qu’elle est entrée au couvent. Le soir, dans les sous-sols de l’immeuble dans lequel habite la famille, les festivités qui précèdent les noces commencent. Francesca prend part au rite avec une certaine émo­tion. Elle n’a pas vu autant de monde depuis très longtemps. On mange, on chante, on joue à la morra. Les festivités durent toute la nuit. Francesca danse avec son père un entraînant « ballu a très passes » et pendant un instant ses yeux croisent ceux d’un ami d’enfance. Il est l’heure pour Francesca de prendre le bus et de repartir au couvent. Une fois rentrée, elle regarde avec des yeux mélancoliques à travers les barreaux des fenê­tres qui ressemblent maintenant à ceux d’une prison.

Hiver : Comme chaque premier du mois, Giorgio attend patiemment au bureau de poste pour retirer ses allocations. C’est le jour le plus important dans sa vie faite de privations, confinée dans un petit appartement qui ressemble à une arrière-boutique. Ce jour-là Giorgio peut acheter un poulet et se préparer pour son rendez-vous avec Palla. Chez lui, Giorgio trouve une lettre qui contient les photos du mariage d’une nièce : Simona, la mariée de l’épisode précédent. L’homme choisit son plus beau costume, met la table et rejoint le port où Palla se trouve avec d’autres jeunes prostituées d’Europe de l’est. Ils retournent à la maison et se mettent à chanter comme à chaque fois avant que Georges s’endorme. Ce jour-là la chanson continue comme dans un rêve… Il y a énor­mément de monde et tous semblent venus saluer Giorgio pour son dernier voyage…

 

À l’image de leur île, encore sauvage par bien des aspects, les habitants paraissent frustes. Leurs émotions sont pourtant authentiques. Salvatore Mereu voulait parler de ce qu’il connaissait. Il montre des gens qui se contentent de bonheurs simples. Sa mise en scène suit ses personnages de très près.

Interprétés, à une ou deux exceptions, par des acteurs non professionnels, Ballo a tre passi, qui signifie « danse à trois pas », raconte avec sensibilité des tranches d’humani­té. L’onirisme et un humour décalé ne sont toutefois pas absents de ce premier long-métrage récompensé à Cannes et à Venise et qui propose une autre image de l’Italie et de l’Europe.

Sébastien Ferrari, 6bears.com

Salvatore Mereu

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/1040.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Salvatore Mereu

Scénario : Salvatore Mereu

Image :  Renato Berta, Tommaso Borgstrom, Renato Bravi, Nicolas Franik

Montage : Paola Freddi

Musique : Giampaolo Mele Corrida

Producteur (s) : Gianluca Arcopinto, Andrea occhipinti

Productions : Eyescreen

Distribution France : 

Vente à l’étranger : Raitrade

Interprètes : Caroline Ducey, Yaël Abecassis, Massimo Sarchielli, Michèle Carboni

Année : 2003
Durée : 1h 47
Pays de producion : Italie