BELLA CIAO

BELLA CIAO
BELLA CIAO

Stéphane Giusti

BELLA CIAO

Italie, 1932. Fuyant le facisme, Orféo et Nella Mancini quittent la Toscane avec enfants et bagages et embarquent pour l’Amérique, destination le nouveau monde… Mais le destin les débarque dans le vieux port, à Marseille !

À défaut de statue de la Liberté, il leur faudra vivre au pied de Notre Dame de la Garde… Au coeur d’une Marseille exubérante et métissée, peuplée d’italiens, d’espagnols ou d’arméniens, la petite famille de Toscane de cette fable va s’agrandir au fil des générations et au gré des histoires d’amour, bravant les tragédies de la vie petis soucis de la vie avec fantaisie, à la recherche de la liberté, de l’amour et d’un bonheur simple et si merveilleux !

 

Hymne à la vie

« Il y a des films que l’on aimerait faire comme des cadeaux. des films où l’on aimerait la vie, où l’on haïrait la mort, où l’on croirait à l’amour, à la bonté, la fraternité. Des films où le ciel serait toujours d’un bleu étincelant, même si la couleur de la terre d’en bas tourne au gris, où le regard seraut sabs cesse touché ou amusé comme s’il suivait des photos de famille. Où les mères seraient toujours belles, l’enfance toujours rose, les pères toujours héroïques. Où la femme dont vous tomberiez amoureux ne vous quitterait jamais et vous aimerait pour l’éternité. Où malgré la mort des proches, la souffrance, les épreuves, les humiliations ou la pauvreté, on se dit que la vie ne peut être que belle, l’âme humaine grande, l’avenir radieux. Des films où l’on n’aurait pas honte de croire que le monde est bon. Et d’où l’on sortirait plus heureux, plus jeune, plus innocent. Qui nous laisserait longtemps un petit air joyeux et nostalgique dans la tête, comme la chanson d’une rencontre amoureuse ou d’un jour de joie. Comme un cadeau. »

Stéphane Giusti

 

Bella ciao est le deuxième long-métrage de Stéphane Giusti, né en 1965 à Marseille. Il y a passé son enfance et son adolescence, passe une Maîtrise d’Histoire et part à Paris tenter sa chance dans le cinéma. Après avoir collaboré à l’écritude de plusieurs films, il réalise pour Arte un téléfilm très remarqué L’Homme que j’aime qui traite de l’homosexualité.

C’est en 1997 que Stéphane Giusti réalise son premier long-métrage, Pourquoi pas moi ? avec Bruno Putzulu et Amira Casar. Ce fils d’immigré italien accorde toujours un traitement de faveur aux pays de ses ancêtres, l’amour qu’il porte à la péninsule est encore plus manifeste dans son deuxième opus.

Stéphane Giusti

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/69199506_af.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Stéphane Giusti

Scénario : Stéphane Giusti, Paphaëlle Depleschin

Image :  Jacques Bouquin

Montage : Catherine Schwartz

Musique : 

Producteur (s) : 

Productions : Elzévir Films,, France 3 Cinéma,, Rai Cinéma,, Stracult

Distribution France : SND

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Nicolas Cazalé,, Jacques Gamblin, Yaël Abecassis, Jalil Lespert, Océane Mozas,, Isabelle Carré, Serge Hazanavicius, Vittoria Scognamiglio

Année : 2001
Durée : 1h45
Pays de producion : France,, Italie