CESARE DEVE MORIRE

CESARE DEVE MORIRE
CÉSAR DOIT MOURIR

Paolo Taviani, Vittorio Taviani

CESARE DEVE MORIRE

CÉSAR DOIT MOURIR

 

Théâtre de la prison de Rebibbia à Rome. La représentation de Jules César de Shakespeare s’achève sous les applaudissements. Les lumières s’éteignent sur les acteurs redevenus des détenus. Sous bonne escorte, ils regagnent leurs cellules.

Mais qui sont ces acteurs d’un jour ? Pour quelle faute ont-ils été condamnés et comment ont-ils vécu cette expérience de création artistique en commun ?

La caméra des frères Taviani suit les six mois de travail du metteur en scène Fabio Cavalli : l’élaboration de la pièce, depuis les essais et la découverte du texte, jusqu’à la représentation ?nale.

En 76 minutes, 2 formidables cinéastes ont offert au public berlinois en mariant plusieurs poignants récits sa première grande émotion depuis le début de la compétition. Cesare deve morire sublime sans conteste le genre cinématographique qui consiste à montrer une mise en scène théâtrale d’une pièce de Shakespeare. […] Si ces mafieux et camorristes font corps avec la tragédie entièrement masculine du Barde, c’est que les tenants et aboutissants des actes de Brutus et des autres « hommes d’honneur » qui conspirent et tuent leur ami César en arguant qu’ils en avaient le « devoir » ne leur sont pas étrangers, de sorte qu’ils intègrent pleinement (chacun dans son dialecte) la tragédie shakespearienne, l’insoutenable tragédie qui transpire, qui fait pleurer, qui emplit la poitrine de son immensité. L’histoire de cette mise en scène, c’est aussi l’histoire de chacun d’eux, ce qui permet à l’art du dramaturge élisabéthain de donner toute sa mesure.

Cesare…est à la fois le récit d’une expérience carcérale fascinante, cathartique, rédemptrice (certains des criminels montrés ont changé de vie depuis leur rencontre avec le théâtre, comme l’ancien délinquant devenu acteur Salvatore Striano, vu dans Gomorra), l’histoire d’Italiens découvrant soudain une figure centrale dans leur culture, le portrait de la grande douleur de celui qui a tué et se retrouve enfermé à jamais face à ses crimes et le bel hommage qui soit à Shakespeare. C’est aussi, surtout, un hymne retentissant à la puissance de l’art, soudain révélée à ces hommes auparavant enfermés dans l’ignorance de toute cette beauté. Et quand la représentation s’achève, quand après six mois lumineux, le rideau retombe, un des détenus a ces mots bouleversants : « Maintenant que je connais l’art, cette cellule est devenue une prison ».

Bénédicte Prot, cineuropa.org, 11 février2012

Paolo Taviani, Vittorio Taviani
Paolo Taviani, Vittorio Taviani

Avec vingt-et-un grands films à leur actif, les frères Paolo (1931) et Vittorio (1929) Taviani, tous deux nés à San Miniato en Toscane, ont marqué le cinéma italien de leur empreinte qui unit engagement politique et esthétique. De Padre padrone (1976) à Una questione privata (2017), de La notte di San Lorenzo (1982) à La masseria delle allodole (2007, Le mas des alouettes) leur œuvre reflète les grandes interrogations que l’histoire et la littérature posent à notre époque.

Filmographie : Un uomo da bruciare (1962, Un homme à brûler), I sovversivi (1967, Les subversifs), San Michele aveva un gallo (1974, Saint Michel avait un coq),  Allonsanfan (1974), Padre padrone (1977), Il prato (1979, Le pré), La notte di San Lorenzo (1982, La nuit de San Lorenzo), Kaos (1984, Kaos, contes siciliens), Good morning, Babilonia (1987), l sole anche di notte (1989, Le soleil même la nuit), Fiorile (1992), Le affinità elettive (1996, Les affinités électives), Cesare deve morire (2012, César doit mourir), Maraviglioso Boccaccio (2015, Contes italiens), Una questione privata (2017, Une affaire personnelle)

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/282.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Paolo Taviani, Vittorio Taviani

Scénario : Paolo et Vittorio Taviani, avec la collaboration de Fabio Cavalli, librement adapté de Jules César de William Shakespeare

Image :  Simone Zampagni

Montage : Roberto Perpignani

Musique : Giuliano Taviani, Carmelo Travia

Producteur (s) : Grazia Volpi

Productions : Kaos Cinematografica, avec la contribution du MiBAC, Rai Cinema

Distribution France : Bellissima Films

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Fabio Cavalli,Salvatore Striano, Cosimo Rega, Giovanni Arcuri, Antonio Frasca, Juan Dario Bonetti, Vincenzo Gallo, Rosario Majorana, Francesco De Masi

Année : 2012
Durée : 1h 16
Pays de producion : Italie