CHE BELLA GIORNATA

CHE BELLA GIORNATA

Gennaro Nunziante

CHE BELLA GIORNATA

Checco (Checco Zalone) est un gentil garçon un peu naïf mais toujours optimiste. Il travaille comme videur dans une discothèque, mais il rêve de devenir carabinier comme son oncle Giuseppe. Ses demandes sont systématiquement rejetées par le Colonel Gismondo Mazzini (Ivano Marescotti). Cependant, grâce à une recommandation de l’archevêque de Milan, il est embauché comme agent de sécurité dans la Cathédrale de Milan. C’est dans le cadre de son travail qu’il fait la connaissance de Farah (Nabiha Akkari), une jeune fille arabe qui se fait passer pour une étudiante en architecture. Mais c’est une couverture pour pouvoir accéder à la statue de la Madonnina, la statue de la Vierge dorée, symbole de Milan, qui se trouve tout en haut de la cathédrale. Car Farah fait partie d’un groupe de terroristes qui envisage de la faire sauter pour venger sa famille qui a péri au Moyen-Orient sous des bombes italiennes. L’intérêt que lui porte Checco, prêt à tout pour lui plaire, pourrait bien lui faciliter la tâche.

 

Zalone (de son vrai nom Luca Medici), révélé par la télévision et visionné par des quantités d’internautes sur Youtube, remet à jour à coups de fautes de grammaire le personnage du terrunciello (le jeune méridional transplanté dans le Nord industrieux de l’Italie) qui a rendu célèbre Diego Abatantuono. Il incarne Checco. […]

Le dispositif comique (principalement verbal) reste le même que dans son film précédent (Cado dalle nubi), mais les nombreux doubles-sens et jeux de mots (qui colorent aussi les chansons originales écrites pour le film par Zalone) cachent autre chose : sans aller jusqu’à parler de satire, on note que l’humour impertinent de Zalone fait tache dans le cinéma italien contemporain. Entre badinage et grossièreté, il choisit la voie peu empruntée du « politiquement incorrect ».

Il ne s’agit pas de se prendre au sérieux : « Nous ne voulons faire la morale à personne, surtout que l’Italie n’y est pas réceptive ! plaisante Nunziante. La cible de cette farce, c’est nous-mêmes, les Italiens, certainement pas les Arabes. Des répliques comme ‘toi aussi, tu viens de l’Islam’ témoignent de notre ignorance, de nos lieux communs », précise Zalone pour devancer les possibles réactions de la communauté islamique, mais c’est l’armée qui pourrait être davantage vexée : le père du héros (Rocco Papaleo) est en effet un militaire qui part en mission en Irak avec un idéal noble, « rembourser son emprunt ».

Gabriele BARCARO, Cineuropa, 7 janvier 2011

Gennaro Nunziante
Gennaro Nunziante

Gennaro Nunziante (1963, Bari). Après Cado dalle nubi (2009) et Che bella giornata (2011), Sole a catinelle, le 3e film du duo Gennaro Nunziante – Checco Zalone a été le plus gros succès de la saison 2013. Nunziante a débuté en 2000 comme comédien et scénariste avec notamment Cristina Comenci (Liberate i pesci, 2000) et Alessandro D’Alatri (La febbre en 2005 et Commediasexy en 2006). Luca Medici alias Checco Zalone (1977, Carpuso – Pouilles) a débuté comme humoriste, musicien et chanteur. En 2016, Quo vado ? explose le box-office. En 2018, Nunziante réalise, seul, Il vegetale.

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/284.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Gennaro Nunziante

Scénario : Luca Medici, Gennaro Nunziante

Image :  Federico Masiero

Montage : Pietro Morana

Musique : Luca Medici

Producteur (s) : Pietro Valsecchi

Productions : TaoDue Film

Distribution France : 

Vente à l’étranger : Minerva Pictures Group

Interprètes : Checco Zalone, Nabiha Akkari, Annarita del Piano, Rocco Papaleo, Michele Alhaique, Mehdi Mahdloo, Luigi Luciano, Anna Bellato, Tullio Solenghi, Ivano Marescotti, Cinzia Mascoli, Bruno Armando, Isabelle Adriani

Année : 2011
Durée : 1h 37
Pays de producion : Italie