COMMEDIASEXI

COMMEDIASEXI
COMMEDIASEXI

Alessandro D'Alatri

COMMEDIASEXI

Le député Bonfili doit trouver une parade. Il a un chauffeur, Mariano, un père de famille docile et dévoué. Il lui confie Martina pendant qu’il ira s’afficher à Paris avec sa famille. Pour pouvoir s’absenter plusieurs jours, Mariano doit trouver une excuse : il dit à sa femme que le député le veut auprès de lui à Paris et il va s’installer chez Martina, totalement déprimée d’avoir été ainsi lâchée. Or elle a des engagements, des castings, et Mariano se coupe en quatre pour qu’elle s’y rende. C’est ainsi qu’elle décroche un rôle important et au cours de la fête qu’elle donne, des paparazzi la photographient alors qu’elle remercie d’un baiser Mariano qui l’a sauvée. La femme de ce dernier, Dora, découvre la photo dans un magazine chez le coiffeur. Elle fait une attaque et finit à l’hôpital. Dès lors, la machine sentimentalo-médiatique s’emballe, Mariano devient une vedette et l’honneur du député est sauf. Sauf qu’il a des doutes… Mariano n’aurait-il pas dépassé les limites de la mission qu’il lui avait confiée ?

 

« J’ai voulu rendre hommage à la comédie à l’italienne, aux grands auteurs tels que Monicelli, qui ont représenté un moment important du cinéma italien. Je ne crois pas qu’on puisse faire notre métier sans avoir une conscience précise de nos racines. Cela nous aide à dire quelque chose de nouveau tout en continuant une tradition qui nous appartient profondément. J’ai voulu établir un contact différent avec le public. Mes films précédents étaient simples et directs, ils s’adressaient au grand public sans être des comédies à proprement parler. Pour Commediasexy, la nécessité de faire rire m’a obligé à aller dans le sens du goût des spectateurs en raillant les catégories de personnages auxquelles les gens sont confrontés tous les jours. Je pense que le temps est venu pour les élites intellectuelles de notre pays de sortir de leurs salons et de recommencer à regarder ce qui se passe dehors. »

Alessandro D’ALATRI,

propos recueillis par Francesco RUSSO, tempi moderni, 12 2006

Alessandro D’Alatri
Alessandro D'Alatri

Alessandro D'Alatri (1955, Rome) débute comme acteur au théâtre et au cinéma, notamment avec Giorgio Strehler, Visconti et De Sica. Comme réalisateur il débute par des spots publicitaires avant son premier long-métrage, Americano rosso, en 1991, pour lequel on lui décerne le David di Donatella du meilleur réalisateur débutant. Puis Senza pelle (1994) est récompensé par le David di Donatello et le Ciak d'or pour le meilleur scénario.
Autres réalisations remarquées : I giardini dell'Eden (1998), Casomai (2002), La febbre (2005, Quelqu'un de bien), Commediasexi (2006), Sul mare (2010)

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/31.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Alessandro D'Alatri

Scénario : Alessandro D'Alatri, Gennaro Nunziante

Image :  Agostino Castiglioni

Montage : Osvaldo Bargero

Musique : Riccardo Eberspacher

Producteur (s) : Riccardo Tozzi, Marco Chimenz, Giovanni Stabilini

Productions : Cattleya, Rai Cinema

Distribution France : 

Vente à l’étranger : TF1 International

Interprètes : Sergio Rubini, Margherita Buy, Paolo Bonolis, Stefania Rocca, Maurizio Santarelli, Michele Placido, Rocco Papaleo

Année : 2006
Durée : 1h 42
Pays de producion : Italie