GENTE DI ROMA

GENTE DI ROMA
GENTE DI ROMA

Ettore Scola

GENTE DI ROMA

Du matin au soir en suivant le bus qui parcourt les rues de la ville, le film rend hommage à Rome à travers une mosaïque d’images, de personna­ges, de quartiers, d’histoires…

Rome telle qu’elle est aujourd’hui, telle qu’elle n’était pas il y a 10 ans, telle qu’elle ne sera plus dans une décennie…

Du travail à la famille, des dialectes aux modes vestimentaires, de la cui­sine aux loisirs, des romains de sou­che aux immigrés extra-communau­taires, Ettore Scola propose de feuilleter un album d’illustrations avec le talent d’observateur et le ton caustique qui caractérisent son style.

Tourné en numérique et transféré sur pellicule, mélangeant acteurs chevronnés et non professionnels dans leurs propres rôles, Gente di Roma est un hommage à la fois affectueux et amer à une métropole capable d’accueillir, avec une indifférence empreinte de chaleur et de muflerie, ceux qui y sont nés et ceux qui l’ont élue comme ville adoptive.

 

« Avec l’ambition de la légèreté derrière la gravité, une promenade au cœur d’une Rome multiculturelle qui permet de mieux saisir l’infinité des contrastes de la société italienne. »

Christophe Chadefaud, Cinélive

 

« On reconnaît là le talent de Scola, Cicérone à l’humour aigu et politique (il fut caricaturiste), à la verve généreuse.»

Marie-Noëlle Tranchant, Le Figaro

 

« À l’arrivée, c’est comme un cocktail doux amer, sucré salé, une apparente absence de rigueur fruit d’un travail sans rémission. On pensait connaître Rome. On vient de la découvrir. À quand semblable film dans notre capitale ? »

Jean Roy, L’Humanité

Ettore Scola
Ettore Scola

Ettore Scola (Trevico, 1931 – Rome, 2016) débute comme collaborateur de la revue satirique Marc'Aurelio, puis au cinéma, comme scénariste, notamment avec Risi et Pietrangeli. Il réalise son premier film, Se permettete parliamo di donne (Parlons femmes) en 1964. Avec un style audacieux et une analyse féroce de la société moderne, il s'impose par la suite parmi les maîtres de la comédie à l'italienne.

Filmographie partielle : Dramma della gelosia (1970, Drame de la jalousie), C'eravamo tanto amati (1974, Nous nous sommes tant aimés), Brutti, sporchi e cattivi (1976, Affreux, sales et méchants), Una giornata particolare (1978, Une journée particulière), La terrazza (1980, La terrasse), La nuit de Varennes (1982, Il mondo nuovo), Ballando ballando (1983, Le bal), La famiglia (1987, La famille), Splendor (1989), Romanzo di un giovane povero (1995, Le roman d'un jeune homme pauvre), Che strano chiamarsi Federico: Scola racconta Fellini (2013, Qu'il est étrange de s'appeler Federico)

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/1049.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Ettore Scola

Scénario : Ettore Scola, Paola Scola, Silvia Scola

Image :  Franco Di Giacomo

Montage : Raimondo Crociani

Musique : Armando Trovajoli

Producteur (s) : Riccardo Caneva

Productions : Roma Cinematografica Istituto Luce

Distribution France : Océan Films

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Stefania Sandrelli, Arnoldo Foà, Gigi Proietti, Fiorenzo Fiorentini, Valerio Mastandrea, Giorgio Colangeli, Antonello Fassati

Année : 2003
Durée : 1h 33
Pays de producion : Italie