GINGER E FRED

GINGER E FRED
GINGER ET FRED

Federico Fellini

GINGER ET FRED

Pour Noël l’émission de télévision « Chez vous ce soir », enregistrée en public, s’annonce exceptionnelle. Ont été conviés des sosies de personnages célèbres ainsi que des excentriques. Amelia Bonetti (Giulietta Masina), la soixantaine, ancienne danseuse de claquettes, est accueillie en gare de Rome pour être accompagnée à l’hôtel où sont logés les autres participants. Il y a une trentaine d’années, elle formait avec son partenaire Pippo Botticella (Marcello Mastroianni) un célèbre duo qui imitait Ginger Rogers et Fred Astaire.  Les années ont passé, aux feux du music-hall ont succédé la publicité envahissante et la télévision de l’éphémère et du sensationnel. Elle est mariée, lui est séparé de sa femme. Les retrouvailles sont à la fois source de joie et de gêne, et aussi d’inquiétude à l’idée de devoir reprendre leur numéro sous le regard des caméras. Enfin le grand moment arrive. Fred ne se souvient plus très bien des pas ; heureusement Ginger le guide. Catastrophe ! Fred chute, puis une panne d’électricité plonge le studio dans le noir. Lorsque la lumière revient, ils terminent sous les applaudissements du public. Sur le quai de la gare, Pippo et Amelia se disent adieu. Sans doute pour toujours.

 

« Au milieu de nains et de danseuses, de vendeurs ambulants et de stars déchues, de spots vulgaires et du kitsch qui se propage, Fellini signe un de ses actes d’accusation les plus lucides et affligés contre la décadence esthétique provoquée dans l’Italie des années 1980 par la prolifération des télévisions commerciales. Mais Ginger e Fred n’est pas un film-invective. Les deux anciens danseurs de claquettes, émules jadis de Ginger Rogers et Fred Astaire, qui ne se sont pas revus depuis quarante ans et qui se retrouvent – malgré leur âge et leur lassitude – sous les projecteurs de la télévision : c’est cette fable qui maintient le film dans une dimension poétique. Le regard de Fellini flotte comme jamais auparavant : tour à tour sarcastique et caricatural, affectueux, presque résigné, son regard laisse entrevoir tout le malaise et le désenchantement du Maestro face à un monde qu’il ne comprend pas, qu’il n’aime pas et qui parfois même provoque son dégoût. Seuls les deux protagonistes semblent avoir un éclair de conscience et de dignité : « Nous sommes des fantômes qui émergent du noir et dans le noir replongent ». »

Gianni Canova, critique cinématographique et historien du cinéma

Rétrospective Federico Fellini – Villerupt, octobre 2018

 

Le film réunit les deux interprètes favoris du maestro : sa muse, Giulietta Masina, et son double, Marcello Mastroianni. Pour le tournage, Fellini a non seulement occupé le mythique plateau 5, mais tout Cinecittà.

Federico Fellini
Federico Fellini

Federico Fellini (Rimini, 1920 – Rome, 1993) est l'un des plus illustres réalisateurs de l'histoire du cinéma.

Journaliste, scénariste, notamment de Rossellini, coréalisateur avec Alberto Lattuada de Luci del varietà (1950, Les feux du music-hall), il réalise en 1952 Lo sceicco bianco (Le cheik blanc) et il se démarque assez rapidement du courant néoréaliste et par la suite son œuvre foisonnante sera marquée du sceau de l'onirisme .

D'une filmographie exceptionnelle on retiendra une Palme d'or, La dolce vita (1960), quatre films oscarisés : La strada (1954), Le notti di Cabiria (1957, Les nuits de Cabiria), Otto e mezzo (1963, Huit et demi), Amarcord (1973), et aussi I vitelloni (1953), Roma (1972, Fellini  Roma), Il Casanova di Federico Fellini (1976, Le Casanova de Fellini ), La città delle donne (1980, La cité des femmes), E la nave va (1983, Et vogue le navire ), Ginger e Fred (1986, Ginger et Fred),  Intervista (1987).

En 1993 un Oscar d'honneur pour l'ensemble de son œuvre lui a été décerné.

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/56.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Federico Fellini

Scénario : Federico Fellini, Tonino Guerra, Tullio Pinelli

Image :  Tonino Delli Colli, Ennio Guarnieri

Montage : Nino Baragli, Ugo De Rossi, Ruggero Mastroianni

Musique : Nicola Piovani

Producteur (s) : Alberto Grimaldi

Productions : Produzioni Europee Associate, Les Films Ariane, France 3 Cinéma, Revcom Films, Stella Film

Distribution France : Les Acacias

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Giulietta Masina, Marcello Mastroianni, Franco Fabrizi, Friedrich von Ledebur, Augusto Poderosi, Martin Maria Blau, Claudio Botosso, Jacques Henri Lartigue, Totò Mignone

Année : 1985
Durée : 2h 05
Pays de producion : Italie, France, Allemagne