I BANCHIERI DI DIO

I BANCHIERI DI DIO

Giuseppe Ferrara

I BANCHIERI DI DIO

Roberto Calvi, homme d’affaires italien, accéda à la présidence du Banco Ambrosiano avec l’aide de Mgr Paul Marcinkus, un prélat américain à la tête de l’IOR (Institut pour les Œuvres de Religion), la banque du Vatican, qui devient l’actionnaire majoritaire du Banco Ambrosiano. Roberto Calvi était membre de la loge P2, dirigée par Licio Gelli. La gestion de Roberto Calvi laissa un déficit de 1,4 milliard de dollars dans les caisses du Banco Ambrosiano. La destination des sommes disparues n’a jamais été élucidée.

Le 18 juin 1982, Roberto Calvi est retrouvé pendu sous un pont de Londres, le Blackfriars Bridge, le Pont des Frères Noirs. La justice britannique conclut au suicide, une thèse mise en doute par sa famille.

 

Partant des actes des procès, le film raconte le plus grand scandale financier du siècle dernier. Calvi est mort tandis que Mgr Marcinkus a évité l’arrestation en se réfugiant au Vatican..

Flavio Carboni, un homme d’affaires à la réputation sulfureuse (interprété dans le film par Giancarlo Giannini), a porté plainte pour diffamation contre le réalisateur et le producteur, obtenant dans un premier temps l’interdiction du film, mais la décision a été inversée en appel et le film a pu sortir dans les salles.

Pendant la période de l’interdiction, l’éditeur Roberto Massari a publié le scénario du film sous le titre L’assassinio di Roberto Calvi (L’assassinat de Roberto Calvi) avec une introduction de Giuseppe Ferrara et des documents du fils de Roberto Calvi, Carlo.

 

« La nouveauté du film a consisté à montrer le vénérable Saint-Père dans des moments privés, très humains, en train de faire de la gymnastique ou sur son vélo d’intérieur, en train de converser paisiblement de l’avenir du monde avec ses cardinaux, tout en approuvant en sous-main, au nom de Dieu, les saloperies de Marcinkus, comme le blanchiment de l’argent de la mafia. On n’avait encore jamais vu le pape aussi mis à nu. Ça a marqué les esprits. »

Giuseppe Ferrara

Giuseppe Ferrara
Giuseppe Ferrara

Giuseppe Ferrara (1932 en Toscane – 2016, Rome), diplômé de l'Université de Florence avec une thèse sur le « nouveau cinéma italien », critique de cinéma, auteur de biographies de cinéastes, diplômé du Centro sperimentale di cinematografia de Rome, a essentiellement abordé des thèmes liés aux tourments de l'Italie contemporaine – mafia, corruption politique, terrorisme. Auteur de courts-métrages et de documentaires au cours des années 1960, il signe son premier long-métrage en 1969, Il saso in bocca. Réalisations notables : Cento giorni a Palermo (1984, Cent jours à Palerme) Il caso Moro (1986, L'affaire Aldo Moro), Narcos (1992), Giovanni Falcone (1993) Segreto di stato (1995), I banchiere di Dio (2002), Guido che sfidò le Brigate Rosse (2007)

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/293.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Giuseppe Ferrara

Scénario : Giuseppe Ferrara, Armenia Balducci

Image :  Federico Del Zoppo

Montage : Adriano Tagliavia

Musique : Ennio Morricone, Pino Donaggio

Producteur (s) : Giuseppe Ferrara

Productions : Sistina Cinematografica avec le soutien du Département du Spectacle

Distribution France : 

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Omero Antonutti, Giancarlo Giannini, Alessandro Gassman, Rutger Hauer, Pamela Villoresi, Vincenzo Peluso, Alessandra Bellini, Francesco Cordio, Pier Paolo Capponi, Franco Diogene, Carlo Saito, Liliana Paganini, Camillo Milli, Franco Olivero

Année : 2002
Durée : 2h 05
Pays de producion : Italie