I MOSTRI

I MOSTRI
LES MONSTRES

Dino Risi

I MOSTRI

LES MONSTRES

En une vingtaine de tableaux, Dino Risi croque une humanité dont la bêtise n ‘a d’égale que la cruauté. Avec un sens du rythme qui décoiffe, le cinéaste enchaîne les sketchs et brosse le portrait au vitriol d ‘ une Italie sûre d ‘ elle et pourtant pathétique. Industriels, militaires, hommes politiques, prêtres, policiers, intel­lectuels – toutes les strates de la société sont renvoyées à leurs bassesses. Nul ne trouve grâce aux yeux de Risi : un miséreux abandonne sa femme enceinte, son fils malade, ses enfants affamés et sa baraque dont le toit s’effondre pour assister à un match de football ; un mendiant cache à son compagnon d ‘aumône aveugle la possibilité de guérison qu’avait fait miroiter un oculiste de passage ; un couple de rupins assiste impassible, au cinéma, à une scène d’exécution nazie et y trouve l’inspiration pour le mur de leur villa.

 

Observateur implacable de ses contemporains, pourfendeur génial de son époque, Risi laisse ici libre cours à sa verve satirique. Il faut dire qu’il s’est entouré de scénaristes à la plume trempée dans l’acide comme Age, Scarpelli, Scola, Maccari. D’où des dialogues étincelants qui brocardent surtout les hommes, tous plus machistes, égocentriques, lâches et corrompus que les autres. Dans la plupart des rôles, le tandem Ugo Tognazzi-Vittorio Gassman fait merveille. Leur jubilation à camper, voire à caricaturer, les affreux, sales et méchants du film est tout simplement communicative. Véritables caméléons et dignes héritiers de la commedia dell’arte, les deux acteurs portent l’art de la comédie grinçante à des sommets rarement atteints.

Dossier de presse du film, Solaris distribution

 

Les Monstres, vingt sketchs qui forment une galerie précise et atroce des Italiens contemporains. Gassman et Tognazzi rivalisent dans les travestissements les plus fous ou les plus réalistes, et rendent cette galerie indispensable à celui qui voudrait comprendre la tragique, mystérieuse et fascinante ambiguïté du métropolitain « typique ». Le cynisme, dont Risi est considéré comme un dispensateur, n’est autre que cette adhérence extrême, voire même désespérée, aux véritables motivations des comportements invraisemblables des hommes et des femmes de la porte à côté.

Valerio CAPRARA, Dino Risi, Maître de la comédie italienne, Gremese international, Rome, 1993

Dino Risi
Dino Risi

Dino Risi (Milan, 1916 – Rome 2008), abandonne sa carrière de psychiatre pour le septième art. Assistant de Mario Soldati (Piccolo mondo antico,1941) et d'Alberto Lattuada (Giacomo l'idealista,1943), au lendemain de la guerre il passe à l'écriture de scénarios et à la réalisation de documentaires et signe en 1952 son premier long-métrage, Vacanze col gangster. Dans les années 1960 - 1970 il s'affirme comme l'un des plus importants cinéastes de la comédie à l'italienne où il excelle dans les films à sketchs..

Filmographie : Poveri ma belli (1956, Pauvres mais beaux), Una vita difficile (1961, Une vie difficile), La marcia su Roma (1962, La marche sur Rome), Il sorpasso (1962, Le Fanfaron), I mostri (1963, Les Monstres ), Vedo nudo (1969, Une poule, un train et quelques monstres), In nome del popolo italiano (1971, Au nom du peuple italien), Sessomatto (1973, Sexe fou), Profumo di donna (1975, Parfum de femme), Primo amore (1978, Dernier amour ), Scemo di guerra (1985, Le fou de guerre ), Tolgo il disturbo (1990, Valse d'amour)

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/aff_mostri-02.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Dino Risi

Scénario : Agenore Incrocci [Age], (Furio) Scarpelli, Elio Petri, Dino Risi, Ettore Scola, Ruggero Maccari

Image :  Alfio Contini

Montage : Maurizio Lucidi

Musique : Armando Trovajoli

Producteur (s) : Mario Cecchi Gori

Productions : Incei Film, Mountfluor Films, Fair Film, Dicifrance, Paris

Distribution France : Solaris Distribution

Vente à l’étranger : 

Interprètes : 

Vittorio Gassman, Ugo Tognazzi, Lando Buzzanca, Marino Masè, Marisa Merlini, Rica Dialina, Michèle Mercier, Daniele Vargas, Riccardo Paladini, Carlo Bagno, Franco Castellani, Ricky Tognazzi

Année : 1963
Durée : 1h 55
Pays de producion : Italie