Il 7 E L’8

Il 7 E L’8

Valentino Picone, Salvatore Ficarra, Giambattista Avellino

Il 7 E L’8

Tommaso e Daniele sont en tous points différents. Daniele, qui a été éduqué à l’ancienne par son père, colonel des carabiniers, poursuit avec une certaine nonchalance ses études de droit et avec un enthousiasme analogue sa relation avec Marcella, une jeune enseignante très politically correct de sa fac. Mais le destin lui joue un tour, en mettant sur sa route Tommaso, un individu peu recommandable, spécialisé dans le vol des panneaux de signalisation et le piratage en tout genre, qui, drôle de coïncidence, est né le même jour que lui et dans la même clinique. En creusant un peu, ils s’aperçoivent qu’ils ont été échangés le jour de leur naissance.
Daniele et Tommaso décident d’aller jusqu’au bout dans leur quête identitaire, provoquant plus d’un choc culturel entre leurs deux univers si différents. Un vrai casse-tête : les mères ignorent tout, l’infirmier de garde est dingue, la fiancée est jalouse, la sœur est trop belle et un père manque à l’appel. Ils décident donc de partir à sa recherche.

 

Propos des réalisateurs
Le film est le fruit de la collaboration et du travail de Ficarra & Picone et de Gianbattista Avellino. Une complicité artistique et professionnelle quasi inoxydable car, comme dit Ficarra :  » De lui je ne peux dire ni du bien ni du mal. Pendant le tournage, on ne l’a pas vu. Il s’est surtout occupé des castings des comédiennes. Le choix des interprètes féminins a été son boulot le plus stressant. « 
Le tournage s’est déroulé dans une ambiance harmonieuse et pleine de bonne humeur.
Picone enchaîne :  » On tournait une comédie et le dernier jour tout le monde pleurait. C’était vraiment très émouvant de voir cette troupe italo-sicilienne où tous s’embrassaient, émus. Des relations sentimentales s’étaient nouées et il y en avait qui ne voulaient plus se quitter. « 

 

Gianbattista Avellino tient à préciser que trois points de vue différents ont permis une confrontation des intentions et des styles. » Cette réalisation à trois n’a posé aucun problème en ce sens que sur le plateau il n’y avait pas trois metteurs en scène. Il n’y en avait qu’un : inutile de dire qui. »
Picone reprend la parole : « On a eu la grande chance d’avoir avec nous Eleonora Abbagnato, la première danseuse du corps de ballet de l’Opéra de Paris. On la voulait comme danseuse, car on était presque décidés à faire une comédie musicale. Après son bout d’essai on s’est regardés et on s’est dit : Mais elle ne sait pas danser ! Comme elle était là, on lui quand même donné un rôle. »

Salvatore Ficarra et Valentino Picone
Valentino Picone, Salvatore Ficarra, Giambattista Avellino

Salvatore Ficarra et Valentino Picone, tous deux nés à Palerme en 1971, forment à partir de 1993 un duo comique qui se produit au théâtre. Dès 2000, ils alternent théâtre, télévision et cinéma. Ils sont les protagonistes de Nati stanchi (2002), ils coréalisent avec Giambattista Avellino Il 7 e l’8 (2007) et La matassa (2009), puis seuls Anche se è amore non si vede (2011), Andiamo a quel paese (2014), L’ora legale (2017), Il primo natale (2019).

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/76.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Valentino Picone, Salvatore Ficarra, Giambattista Avellino

Scénario : Salvatore Ficarra, Valentino Picone, Francesco Bruni, Gian Battista Avellino

Image :  Roberto Forza

Montage : Claudio Di Mauro

Musique : Carlo Crivelli

Producteur (s) : Beppe Caschetto

Productions : I.T.C. Movie

Distribution France : 

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Salvatore Ficarra, Valentino Picone, Eleonora Abbagnato, Barbara Tabita, Arnoldo Foà, Remo Girone, Consuelo Lupo, Andrea Tidona, Lucia Sardo, Tony Sperandeo.

Année : 2007
Durée : 1 H 33
Pays de producion : Italie