IL CAMMINO DELLA SPERANZA

IL CAMMINO DELLA SPERANZA
LE CHEMIN DE L'ESPÉRANCE

Pietro Germi

IL CAMMINO DELLA SPERANZA

LE CHEMIN DE L’ESPÉRANCE

Dans un petit village de Sicile, la mine de soufre ferme, réduisant au chômage et à la misère une grande partie des habitants. Un individu louche, Ciccio (Saro Urzì), recruteur de main-d’œuvre, promet du travail à ceux qui acceptent d’émigrer clandestinement en France. Moyennant finances. Après avoir vendu leurs biens pour réunir la somme demandée, un groupe de villageois décide de partir, emmenant femmes et enfants et même des vieillards. Parmi eux, Saro (Raf Vallone), un veuf avec ses trois enfants, Vanni (Franco Navarra), un bandit en fuite, et son amie Barbara (Elena Varzi). Le long voyage à travers l’Italie commence, d’abord en car puis en train. En cours de route, à la gare de Naples, Ciccio cherche à leur fausser compagnie ; il est rattrapé par Vanni qui le ramène dans le train. À Rome, Ciccio se venge en le dénonçant à la police mais Vanni parvient à s’échapper. Au poste de police, on remet aux Siciliens une feuille de route avec l’ordre de retourner dans leur village. N’ayant plus rien à perdre, ils s’y refusent et décident de poursuivre leur chemin vers le nord…

 

L’un des plus beaux scénarios italiens de l’après-guerre sur le thème éminemment épique et par là cinématographique de la marche vers la Terre promise. […] Abandonnés par leur guide, traqués par la police, chassés par des ouvriers agricoles dont ils ont à leur insu brisé la grève pour gagner quelques lires, les survivants de cette émigration clandestine verront enfin la Terre promise du haut d’un col des Alpes qu’un officier de chasseurs alpins compréhensif leur laissera achever de franchir. Ce « happy- end » européen ne saurait tromper sur la véritable fin que le film appelle : Sisyphes de leur misère et de leur désespoir, ils ne peuvent qu’être rejetés une fois de plus par l’absurdité du désordre social vers les pentes symboliques de l’Etna. Aussi bien cette Terre promise n’est-elle en fait qu’un paradis dérisoire où ne peuvent encore mûrir que les raisins de la colère.
André BAZIN, Qu’est-ce que le cinéma ?,
in Le cinéma italien 1945-1979, Freddy Buache, éditions L’âge d’homme, 1979

 

Pietro Germi
Pietro Germi

Pietro Germi (Gênes, 1914 - Rome, 1974), après avoir été élève du Centro Sperimentale di Cinematografia, débute comme assistant d'Alessandro Blasetti. Ses premiers films, sensibles au problèmes sociaux,  s'inscrivent dans le courant réaliste de l'après-guerre : Il nome della lega (949, Au nom de la loi), Il cammino della speranza (1950, Le chemin de l’espérance), Il brigante di Tacca del Lupo (1951, La tanière des brigands). Il sera également interprète de certains de ses films : Il ferroviere (1956, Le disque rouge), L'uomo di paglia (1958, L'homme de paille), Un maledetto imbroglio (1959, Meurtre à l'italienne). Dans les années 1960, il se tourne résolument vers la comédie, celle de la veine la plus acide et la plus féroce, et marque le genre de façon significative : Divorzio all'italiana (1961, Divorce à l'italienne), Oscar du meilleur scénario original en 1963, Sedotta e abbandonata (1964, Séduite et abandonnée), Signore e signori (1966, Ces messieurs dames), Palme d'or à Cannes, L'immorale (1967, Beaucoup trop pour un seul homme). Après Alfredo, Alfredo (1972), il prépare Amici miei (Mes chers amis) que la maladie lui empêchera de diriger et dont il confiera la réalisation à Mario Monicelli.

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/344.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Pietro Germi

Scénario : Pietro Germi, Federico Fellini, Tullio Pinelli, d’après le roman Cuori negli abissi de Nino Di Maria

Image :  Leonida Barboni

Montage : Rolando Benedetti

Musique : Carlo Rustichelli

Producteur (s) : Luigi Rovere

Productions : Lux Film (Rome)

Distribution France : Tamasa

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Raf Vallone, Elena Varzi , Saro Urzì, Franco Navarra, Liliana Lattanzi, Mirella Ciotti, Saro Arcidiacono, Carmela Trovato, Francesco Tomalillo, Paolo Reale, Giuseppe Priolo, Renato Terra

Année : 1950
Durée : 1h 41
Pays de producion : Italie