IL MUNDIAL DIMENTICATO

IL MUNDIAL DIMENTICATO

Lorenzo Garzella, Filippo Macelloni

IL MUNDIAL DIMENTICATO

Dans le site paléontologique de Villa El Chocòn, en Patagonie, un squelette humain est découvert. Chose étrange, il tient une vieille caméra. Après enquête, il pourrait s’agir de Guillermo Sandrini, un opérateur italo-argentin qui avait été en­gagé pour filmer la Coupe du Monde de Football de 1942, voulue par un aristocrate aussi riche qu’excentrique, le comte Otz, comme réponse pacifiste à la folie de la guerre. Mais ce Mundial a-t-il vraiment eu lieu ? L’écrivain Osvaldo Soriano l’affirme : « Le Mundial de 1942 ne figure dans aucun livre d’histoire mais il s’est joué en Patagonie ». Est-ce un énorme canular ou bien un fait occulté par l’Histoire qui avait d’autres chats à fouetter ? Un journaliste mène l’enquête. En Ar­gentine et en Europe il met à jour des documents enfouis dans des conservatoires d’archives et découvre des témoins de l’événement. Il ne reste plus qu’à développer la pellicule qui était dans la caméra et on en saura peut-être un peu plus…

 

« Le projet est né de la lecture de la nouvelle d’Osvaldo Soriano, El hijo de Butch Cassidy, où il rapporte les sou­venirs de son oncle Casimiro, l’oncle «fou» qui avait été juge de touche lors d’un Mundial de football en Patago­nie en 1942, aux côtés de William Brett Cassidy, le fils du bandit du film. L’idée de travailler sur une zone d’ombre de la grande Histoire et de celle plus modeste du football nous a semblé amusante et stimulante, surtout que cela se passait dans un lieu où tout est possible. On a pensé qu’on pouvait combler un trou mystérieux dans la série des Coupes du Monde. En bons documentaristes on l’a fait comme si tout était déjà arrivé, ce qui était sans doute vrai, du moins dans nos rêves d’enfants. Lors de notre premier voyage en Argentine en 2006, nous avons suivi le texte de Soriano et nous avons commencé à construire notre film comme une mosaïque d’inventions structurée autour de la réalité historique.

Du fait de notre formation de documentaristes, je pense qu’il nous était plus facile de tourner un faux documen­taire qu’un film de fiction traditionnel. L’écriture et le tournage sont assez semblables à un vrai documentaire, on explore des lieux et des paysages, on réalise des inter­views, on recherche des archives, mais en même temps c’est tout à fait le contraire, on se projette dans l’imagi­naire et non dans la réalité ou la mémoire. »

Lorenzo GARZELLA, propos recueillis par Stefano LO VERME,

filmedvd.dvd.it, 17 juin 2012

Lorenzo Garzella, Filippo Macelloni

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/301.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Lorenzo Garzella, Filippo Macelloni

Scénario : Davide Bassan, Catalina Oliva

Image :  Alberto Iannuzzi

Montage : Pietro Lassandro

Musique : 

Producteur (s) : Daniele Mazzocca, Pier Andrea Nocella

Productions : Verdeoro, Rai Cinema, avec la contribution du MiBAC, Incaa, DocksurProducciones, Nanof

Distribution France : JP Entertainment

Vente à l’étranger : Rai Trade Department

Interprètes : 

Gary Lineker, Joao Havelange, Darwin Pastorin, Peter Tramp, Pierre Lanfranchi, Bruno Bardi, Sergio Levinsky, Marcelo Auchelli, CaterinaDzugala, Guillermo Leinung, Ricardo Piterbarg, Arturo Gerez, Phillip Caillon, LeonDogodny, Aldo Niebhor

Année : 2011
Durée : 1h 35
Pays de producion : Italie