IL RESTO DELLA NOTTE

IL RESTO DELLA NOTTE

Francesco Munzi

IL RESTO DELLA NOTTE

Silvana, l’épouse d’un industriel de province, souffre depuis longtemps de troubles nerveux. elle est convaincue que Maria, leur jeune domestique roumaine, est responsable de la disparition de certains de ses objets précieux. Sans aucune preuve, contre la volonté de son mari et surtout de sa fille, Silvana décide de la licencier.

Marta se retrouve à la rue et rapidement décide de retourner chez son ex-fiancé, Jonuz, sorti depuis peu de prison. Entre Jonuz et Maria la passion qui semblait éteinte depuis longtemps renaît. Mais cette situation crée des tensions. En effet, Victor ne voit pas d’un bon œil Maria s’installer chez eux, il est méfiant, considérant qu’elle va nuire à son frère. Il devient d’une jalousie maladive. Jonuz, quant à lui, commence à fréquenter Marco Rancalli, un jeune toxicomane, avec qui il retombe dans la petite délinquance.

Marco aussi a un tas de problèmes. Son ex-femme, exaspérée par son comportement inconscient et dangereux, décide de ne plus lui laisser voir son fils de huit ans. L’agressivité de Marco atteint son paroxysme.
Marco et Jonuz, s’intéressent à la famille des anciens employeurs de Maria. Leur maison, leur richesse deviennent l’objectif premier des deux complices. Ces deux hommes désespérés et blessés par la vie, décident de tenter un gros coup…

 

« Francesco Munzi, après ses débuts réussis en 2004 avec Saimir, confirme qu’il est un auteur attiré par présent et habitué à voir dans des histoires individuelles les indices du chaos universel. Cette forme de ‘réalisme abstrait’, que pratiquent aussi le frères Dardenne, est fortement politique et décrit le monde actuel comme un miracle misérable, où tous les personnages sont en quête d’un avenir meilleur mais sont égarés et craintifs ; où aucune idéologie n’arrive à rendre beaux et émouvants les haillons des pauvres, pas plus que la fausse compassion des riches. Il resto della notte nous parle de la peur de l’autre, cette peur causée par les inégalités trop importantes quand la justice fait défaut, et qui se transforme fatalement en menace. »

Marcello GAROFALO, Ciak, juin 2008

Francesco Munzi
Francesco Munzi

Francesco Munzi (Rome, 1969) est diplômé du Centro sperimentale di cinematografia de Rome. Dans les années 1990 il réalise divers courts-métrages et documentaires. À son actif trois longs-métrages : Saimir (2004), récompensé par de nombreux prix, Il resto della notte (2008), présenté à la quinzaine des réalisateurs à Cannes, et Anime nere (2014), seize nominations au David di Donatello 2015.

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/94.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Francesco Munzi

Scénario : Francesco Munzi

Image :  Vladan Radovic

Montage : Massimo Fiocchi

Musique : Giuliano Taviani

Producteur (s) : Donatella Botti

Productions : Bianca Film, Rai Cinema, avec la contribution du MiBAC

Distribution France : 

Vente à l’étranger : Films Distribution

Interprètes : Sandra Ceccarelli, Aurélien Recoing, Stefano Cassetti, Laura Vasiliu, Constantin Lupescu, Vittorio Cosma, Veronica Besa, Susy Laude, Bruno Festo, Teresa Acerbis, Giovanni Morina, Maurizio Tabani, Valentina Cervi

Année : 2008
Durée : 1h 40
Pays de producion : Italie