LA CASA SULLE NUVOLE

LA CASA SULLE NUVOLE

Claudio Giovannesi

LA CASA SULLE NUVOLE

Michele et Lorenzo sont frères et vivent dans une grande maison aux portes de Rome.
Michele est taciturne et renfermé. Il élève des labradors et mène une vie retirée. Tout le contraire de Lorenzo, musicien de jazz extraverti qui rêve de partir à la conquête de New York. Un matin, un agent immobilier vient leur annoncer une nouvelle pour le moins inattendue : leur maison a été vendue par le propriétaire des lieux, qui n’est autre que leur père Dario dont ils sont sans nouvelles depuis douze ans.
Après un instant d’ahurissement, les deux frères décident de partir à sa recherche afin de l’empêcher de vendre cette maison dans laquelle ils ont toujours vécu. Ils entreprennent ainsi un long voyage et finissent par retrouver Dario au Maroc. C’est un artiste incompris à la personnalité exubérante. Il a été contraint de mettre en vente la maison familiale afin de rembourser des dettes dues à de mauvais placements. Pour Michele, qui l’a bien connu avant qu’il ne les abandonne, faire table rase du passé n’est pas facile. Il nourrit une profonde rancœur, empreinte toutefois de nostalgie. Lorenzo, en revanche, est fasciné par ce père anticonformiste qu’il a idéalisé lorsqu’il était enfant.

 

« Je suis parti d’un documentaire que j’avais tourné il y a quelques années sur les Italiens qui s’étaient installés au Maroc. J’en ai interviewé vingt-trois et je les ai classés en trois catégories. Il y a les petits chefs d’entreprise qui sont allés là-bas pour exploiter la main-d’œuvre locale et faire du fric. Il y a ceux qui se croient à Soho et qui ouvrent des galeries d’art alternatives. Enfin, il y a ceux que j’appelle les enfants des années 60, des gens qui ont voulu faire la révolution et qui au lieu de rentrer dans le rang ont fait de leur vie un roman en fuyant devant toutes leurs responsabilités. Le père de La casa sulle nuvole appartient à cette catégorie. […]
Dans la famille désagrégée que j’ai choisi de représenter, le père finit par devenir le fils. Malgré tout, je ne voulais pas porter de jugement. Il y a tant de pères qui ne seront jamais de bons pères de la même façon qu’il y aura toujours des enfants qui continueront à admirer le père qui les a abandonnés. »

Claudio GIOVANNESI, propos recueillis par Carola PROTO,comingsoon.it, mai 2009

Claudio Giovannesi
Claudio Giovannesi

Claudio Giovannesi (Rome, 1978) est diplômé du Centro sperimentale di cinematografia de Rome (2005). En 2009, il réalise son premier long-métrage de fiction, La casa sulle nuvole, suivi de Alì ha gli occhi azzurri (2012), Fiore (2016). Précédé par la réalisation de deux épisodes de la série Gomorra, La paranza dei bambini (2019, Piranhas), Ours d’argent à Berlin, son quatrième film, poursuit l’exploration de l’adolescence border line.

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/MV5BM2RiZjlkMmYtZDEyZS00NDdhLWE4Y2YtNzIzYTYwYTM4MjIxXkEyXkFqcGdeQXVyNDg3NDQ5MjU@._V1_.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Claudio Giovannesi

Scénario : Francesco Apice, Matteo Berdini, Claudio Giovannesi, Filippo Gravino

Image :  Tommaso Borgstrom

Montage : Giuseppe Trepiccione

Musique : Claudio Giovannesi, Enrico Melozzi

Producteur (s) : Andra Costantini, Giorgio Magliulo

Productions : Shooting Stars, Rai Cinema, Istituto Luce avec la contribution du MiBAC, Centro Sperimentale di Cinematografia

Distribution France : 

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Adriano Giannini, Paolo Sassanelli, Emilio Bonucci, Emanuele Bosi, Ninno Bruschetta, Faten Ben Haj Hassen

Année : 2009
Durée : 1h 43
Pays de producion : Italie