L’INTREPIDO

L’INTREPIDO

Gianni Amelio

L’INTREPIDO

Antonio Pane (Antonio Albanese) est un homme seul. Adriana (Sandra Ceccarelli) l’a quitté pour un homme avec une meilleure situation. Il faut dire qu’Antonio n’a pas de travail. Ou plutôt qu’il en a trop. Pour faire face à la crise et au chômage il s’est inventé un travail particulier : remplaçant. Il remplace toute personne qui doit s’absenter quel que soit métier. Il peut être ainsi maçon, serveur, conducteur de tram… Milan offre bien des occasions. Antonio a un fils, Ivo (Gabriele Rendina), qui étudie le saxophone au conservatoire. Le jeune homme est fragile, il ne résiste pas au trac lorsqu’il doit jouer en public et Antonio le soutient comme il peut. Antonio ne roule pas sur l’or mais il ne transige pas avec la morale : lorsqu’il s’aperçoit que le travail qu’on lui propose est malhonnête, il s’en va. Antonio est sans doute un perdant, mais un perdant qui ne rend jamais les armes.

Et puis la comédie qu’anime cet homme qui ne cesse de sourire pour ne pas admettre qu’il est un perdant, et qu’il n’a pas réussi dans la vie, cette comédie se transforme petit à petit en drame inquiétant. Certains signes ne trompent pas, comme quand son malhonnête employeur charge Antonio d’accompagner un petit enfant silencieux au parc pour le remettre à un vieil homme qui n’est peut-être pas le grand-père ou l’oncle du petit, ou quand le magasin de chaussures où Antonio a été embauché par le nouveau compagnon de son ex-femme s’avère être une façade pour une opération de blanchiment d’argent, ou encore quand la jeune Lucia décide d’en finir. Alors, pour Antonio, la coupe est pleine. […] Et peut-être faut-il placer ses espoirs sur les jeunes, comme le fait Antonio quand il décide de devenir le « remplaçant » d’Ivo et lui transmet le triste témoignage d’une génération qui a échoué.

Camillo De Marco, cineuropa, 26 août 2013

Gianni Amelio
Gianni Amelio

Gianni Amelio (1945, province de Catanzaro) aborde le cinéma par le biais de la critique après des études de philosophie à l’Université de Messine. À Rome, à partir de 1965, il devient l’assistant entre autres d’Ugo Gregoretti. Après plusieurs films pour la télévision, il tourne son premier long-métrage Colpire al cuore en 1982.

Filmographie : I ragazzi di via Panisperna (1987), Porte aperte (1990, Portes ouvertes), Il ladro di bambini (1992, Les enfants volés), Grand prix du jury à Cannes, Lamerica (1994),  Così ridevano (1998, Mon frère), Lion d’or à Venise, Le chiavi di casa (2004, Les clefs de la maison), La stella che non c'è (2006, L'étoile imaginaire), Le premier homme (2012), L'intrepido (2013), La tenerezza (2018), quatre Nastri d’Argento, Hammamet (2020).

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/411.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Gianni Amelio

Scénario : Gianni Amelio, Davide Lantieri

Image :  Luca Bigazzi

Montage : Simona Paggi

Musique : Franco Piersanti

Producteur (s) : Carlo Degli Esposti, Gianfranco Barbagallo

Productions : Palomar

Distribution France : 

Vente à l’étranger : Rai Trade

Interprètes : Antonio Albanese, Livia Rossi, Gabriele Rendina, Alfonso Santagata, Sandra Ceccarelli, Giuseppe Antignati, Gianluca Cesale, Fabio Zulli, Bedy Moratti, Fausto Rossi

Année : 2013
Durée : 1h 44
Pays de producion : Italie