LUCKY LUCIANO

LUCKY LUCIANO
LUCKY LUCIANO

Francesco Rosi

LUCKY LUCIANO

15 avril 1931. Giuseppe Masseria, le boss de la mafia new-yorkaise, est abattu. L’instigateur de l’attentat est son lieutenant, Salvatore Luciana, alias Charles Lucky Luciano.
10 septembre 1931. Au cours de la « nuit des Vêpres Siciliennes », quarante chefs mafieux des États-Unis sont éliminés. A trente-quatre ans, Lucky Luciano est désormais l’homme tout-puissant de la mafia.
1935. Le jeune procureur Thomas Dewey parvient à faire arrêter Luciano pour incitation à la prostitution. Luciano est condamné à trente-cinq ans de prison.
10 juillet 1943. Les Anglo-américains débarquent en Sicile et occupent rapidement toute l’île. Ils remontent ensuite la péninsule jusqu’à Naples qui est libérée le 1er octobre. Une singulière collaboration s’est instaurée entre les forces alliées et la mafia pour réorganiser la vie civile et politique. Vito Genovese, un proche de Luciano, est l’interprète officiel du gouverneur des forces alliées pour l’Italie. Ainsi, la mafia sicilienne renaît et prospère dans tout le sud et bientôt dans tout le territoire.
Février 1946. Thomas Dewey, devenu gouverneur de l’État de New-York, gracie Luciano, après neuf ans de détention, pour services rendus à l’armée américaine. Jugé indésirable, il est rapatrié en Italie.
Luciano voyage entre Palerme, Rome et Naples où il s’établit. Les sociétés italo-américaines d’import-export se multiplient. Parallèlement le trafic de drogue s’intensifie. Convaincu de l’implication de Luciano, le « Narcotics Bureau » confie en 1950 l’enquête à Charles Siragusa, d’origine sicilienne comme Luciano. Aucune charge concrète ne sera retenue contre Luciano malgré toute l’activité de Siragusa qui est relevé de ses fonctions en 1958.
1961. Une vaste opération contre le trafic de stupéfiants est menée à l’échelle européenne. La Brigade des Finances italienne resserre l’étau sur Luciano qui succombe à une crise cardiaque à l’aéroport de Naples, le 26 janvier 1962.

Le film débute le 11 février 1946 dans le port de New-York où les pontes de la mafia viennent saluer le « boss des boss » qui embarque pour son pays natal. Puis s’entrecroisent les époques et les lieux, et les éléments du puzzle s’assemblent pour écrire l’histoire d’un homme qui s’inscrit dans l’Histoire. Restent quelques zones d’ombre ; on ne découvre pas si facilement les secrets de la mafia.

 

Luciano représente la conception d’une Mafia nouvelle, politique ; et on touche là à ce qui m’intéresse : faire comprendre aux gens que la Mafia, ce n’est pas les coups de feu, les mitraillettes ; que ce n’est pas seulement cela, que c’est un vrai pouvoir politique et économique. La Mafia n’a pas de parti, elle est donc pour le pouvoir, pour l’ordre. Elle se laisse manipuler par le pouvoir légal pour, à son tour, manipuler le pouvoir légal. C’est cela leur interdépendance.

Francesco ROSI, in Michel CIMENT, Le dossier Rosi, Editions Stock, 1976

Francesco ROSI
Francesco Rosi

Francesco Rosi (Naples,1922 – Rome,2015) débute au cinéma comme assistant de Visconti pour La terre tremble (1948). Il collabore ensuite à des scénarios, tourne quelques scènes des Chemises rouges (1952) de Goffredo Alessandrini et codirige Kean (1956) avec Vittorio Gassman. En 1958 il réalise son premier long-métrage, La sfida (Le défi).
La filmographie de Rosi, partisan d'un cinéma engagé et populaire, se caractérise essentiellement par le "film-dossier", analyse rigoureuse et précise des rapports entre politique et grand banditisme : Salvatore Giuliano (1961), Le mani sulla città (1963, Mains basses sur la ville), Il caso Mattei (1972, L'affaire Mattei), Lucky Luciano (1973), Dimenticare Palermo (1989, Oublier Palerme) .
À signaler également : Uomini contro (1970, Les hommes contre), Cadaveri eccelenti (1975, Cadavres exquis), Cristo si è fermato a Eboli (1979, Le Christ s'est arrêté à Eboli), Tre fratelli (1981,Trois frères), Carmen (1984).

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/rueducine.com-lucky-luciano-locandina.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Francesco Rosi

Scénario : Francesco Rosi, Lino Januzzi, Tonino Guerra

Image :  Pasquale De Santis

Montage : Ruggero Mastroianni

Musique : Piero Piccioni

Producteur (s) : Franco Cristaldi

Productions : Vides, Films La Boétie

Distribution France : Artédis

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Gian Maria Volonté, Rod Steiger, Edmond O’Brien, Charles Siragusa, Vincent Gardenia, Charles Cioffi, Silverio Blasi, Jacques Monod, Karin Petersen

Année : 1973
Durée : 1h 55
Pays de producion : Italie, France, USA