L’ULTIMO BACIO

L’ULTIMO BACIO
JUSTE UN BAISER

Gabriele Muccino

L’ULTIMO BACIO

JUSTE UN BAISER

Rome 2001. Cinq camarades d’université, proches de la trentaine, ont conscience que l’âge de l’insouciance et des rêves juvéniles s’éloigne et qu’il convient soit de tenter de les réaliser avant qu’il ne soit trop tard, soit d’y renoncer définitivement pour « grandir » enfin. Carlo vient d’apprendre que Giulia, sa compagne, attend un enfant de lui. Content et inquiet à la fois, il pressent que cette naissance va être le tournant de sa vie.

Lors du mariage de Marco, Carlo rencontre Francesca, une lycéenne de dix-huit ans, qui le séduit par sa beauté adolescente. Il la retrouve à la sortie du lycée. Il n’accorde plus aucune attention à Giulia qui finit par comprendre. Furieuse, elle le met à la porte.

Pris de remords, Carlo tente de retrouver Giulia, réfugiée chez ses parents qui lui conseillent de lui pardonner. Poussée par sa mère, elle consent à revoir Carlo et à croire en sa promesse de ne plus recommencer. Ils décident enfin de se marier.

 

 

Dans le cinéma italien contemporain, la condition sociale des personnages se réduit souvent à un habillage sans fonction précise, une stylisation stéréotypée facilement assimilable par les spectateurs. Il y a la nette prédominance d’une « middle class » générique, propagée par les modèles publicitaires et télévisuels, dont la validité se trouve ainsi renforcée.

Dans le film de Muccino, cette « middle class » globalisante n’offre rien à raconter en dehors de l’expérience du miroir, du face à face entre les individus et leur vieillissement. À l’instar d’Anna (Stefania Sandrelli), la mère de Giulia, qui a collé sur son miroir une photo d’elle dans la splendeur de sa jeunesse. Cette confrontation quotidienne ne l’a cependant pas préparée à accepter l’inéluctable. Lorsqu’elle réalise qu’elle sera grand-mère, elle aussi tente la fuite pour mettre à l’épreuve son pouvoir de séduction dont elle redoute l’épuisement.

Dans L’ultimo bacio, la vie est présentée sous son aspect tragique, rythmée par les évènements naturels et le flux des générations. La société se réduit au petit cercle de la famille et des amis et limite aux relations entre les sexes et les générations toute possibilité de conflit. La seule menace extérieure, c’est la rivale. Aucun autre problème n’interfère.

Oreste Sacchelli, Les hommes, les femmes, leurs maîtresses et leurs amants,
Cinéma italien du 21e siècle, Chroniques Italiennes,
Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III, juin 2010

Gabriele Muccino
Gabriele Muccino

Gabriele Muccino (Rome, 1967) a été élève du Centro Sperimentale di Cinematografia de Rome. Il travaille d’abord pour
Rai Tre, puis il réalise des documentaires. Il passe à la fiction en 1998 (Ecco fatto). Come te nessuno mai (1999, Comme toi ...) est sélectionné à la Mostra de Venise mais le vrai succès arrive avec L’ultimo bacio ( 2001, Juste un baiser), qui sera suivi de Ricordati di me (2003, Souviens-toi de moi). En 2006 Hollywood fait appel à lui et il y réalisera trois films dont The Pursuit of Happyness (2006, À la recherche du bonheur) et Seven Pounds (2008, Sept vies), tous deux avec Will Smith.
Dernières réalisations : L'estate adosso (2016, Summertime), A casa tutti bene (Une famille italienne, 2018), Gli anni più belli (2020, Nos plus belles années)

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/113.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Gabriele Muccino

Scénario : Gabriele Muccino

Image :  Marcello Montarsi

Montage : Claudio Di Mauro

Musique : Paolo Buonvino

Producteur (s) : Domenico Procacci

Productions : Fandango

Distribution France : 

Vente à l’étranger : Intramovies

Interprètes : Giovanna Mezzogiorno, Stefano Accorsi, Martina Stella, Regina Orioli, Stefania Sandrelli, Claudio Santamaria,Giorgio Pasotti, Pierfrancesco Favino, Sabrina Impacciatore, Marco Cocci, Silvio Muccino, Sergio Castellitto, Piero Natoli, Vittorio Amandola, Luigi Diberti

Année : 2001
Durée : 2h 00
Pays de producion : Italie