MARRAKECH EXPRESS

MARRAKECH EXPRESS

Gabriele Salvatores

MARRAKECH EXPRESS

Fin des années 1980. Au cours d’une soirée pluvieuse, Marco (Fabrizio Bentivoglio), ingénieur, la trentaine, voit débarquer chez lui une jeune espagnole, Teresa (Cristina Marsillach), qui se présente comme la fiancée de Rudy, un ami qu’il n’a pas vu depuis 10 ans. Rudy a des ennuis : il se trouve au Maroc et est impliqué dans une affaire de drogue. Pour éviterla prison, il a besoin de 30 millions de lires. Une fois la surprise initiale passée, Marco décide de contacter les amis de l’époque, les seuls à pouvoir l’aider. Ponchia (Diego Abatantuono) est devenu vendeur de voitures d’occasion ; Cedro (Gigio Alberti) s’est retiré à la montagne et pratique la méditation ; Paolino (Giuseppe Cederna) est enseignant, marié à Elena, l’ex-fiancée de Cedro, avec qui il a deux enfants. Après avoir évacué doutes et interrogations, ils décident finalement, tous les quatre, de réunir la somme nécessaire et d’aller sauver Rudy. Les voilà partis à bord d’une vieille Mercedes récupérée par Ponchia, à travers la France, l’Espagne et Gibraltar, pour rejoindre le Maroc. Cependant une fois à Marrakech, Teresa disparaît dans la nature, emmenant avec elle voiture, argent et passeports. Parfois, pour ce qui est des retrouvailles, le destin nous joue des tours. Quand ils comprennent qu’en réalité, Rudy n’a jamais eu de problèmes avec la justice, ils décident de partir à la recherche des deux voleurs…

 

« Les trois films successifs, Marrakech express, 1989, Turné (Strada blues), 1990, et Mediterraneo, 1991, forment la «Trilogie de la fuite» de Salvatores. Le thème principal de ces films est la fuite loin d’une réalité que l’on ne comprend pas, que l’on ne veut pas accepter et contre laquelle toute tentative de changement serait inutile. Mais on y trouve également les thèmes récurrents de la nostalgie du groupe et du voyage sans destination précise. Basé sur un excellent scénario (finaliste du Prix Solinas) de Carlo Mazzacurati, Umberto Cantarello et Enzo Monteleone, le succès de Marrakech express est dû aussi au fait qu’une génération tout entière s’y est retrouvée. En effet, au-delà du ton de la comédie ironique et parfois désinvolte, le film est un portrait de la génération des trente-quarante ans des années 80-90, qui semblent s’interroger sur leur parcours, partagés entre leurs idées alternatives de soixante-huitards et leur vie de bobos dans la société de consommation du moment. »
D’après it.wikipedia.org
Gabriele Salvatores
Gabriele Salvatores

Gabriele Salvatores (Naples, 1950) fonde à Milan le Teatro dell’Elfo qu’il dirige jusqu’en 1989. Ses premiers films Sogno di una notte d’estate (1983) et Kamikazen (1987) sont tirés de cette expérience. Le succès international arrive avec l’Oscar décerné à Mediterraneo (1991). Salvatores aime s’essayer à des genres divers, jusqu’aux récents films de super-héros (Il ragazzo invisibile, 2014, 2018). En 2019, il réalise son dix-neuvième opus, Tutto il mio folle amore (titre international : Volare).

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/Marrakech_Express.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Gabriele Salvatores

Scénario : Carlo Mazzacurati, Umberto Contarello, Enzo Monteleone

Image :  Italo Petriccione

Montage : Nino Baragli

Musique : Roberto Ciotti

Producteur (s) : Gianni Minervini

Productions : A.M.A. Film, Rete Italia

Distribution France : 

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Diego Abatantuono, Fabrizio Bentivoglio, Cristina Marsillach, Giuseppe Cederna, Gigio Alberti, Massimo Venturiello, Ugo Conti, Corinna Agustoni, Antonio Carlucci, Francesca Paganini

Année : 1989
Durée : 1h 50
Pays de producion : Italie