MIO FRATELLO È FIGLIO UNICO

MIO FRATELLO È FIGLIO UNICO
MON FRÈRE EST FILS UNIQUE

Daniele Luchetti

MIO FRATELLO È FIGLIO UNICO

MON FRÈRE EST FILS UNIQUE

Latina, 1962. Accio – La Teigne, treize ans, part pour le séminaire. Il est le dernier des trois fils de la famille Benassi : un couple d’ouvriers catholiques peu politisés, un grand frère, Manrico, beau gosse et communiste, une sœur, Violetta, violoncelliste et communiste aussi.
Manrico ne supporte pas de voir son frère intoxiqué par l’opium du peuple, aussi tente-t-il de le raisonner. Finalement il a gain de cause en offrant à son frère la photo d’une starlette qui éveille sa sexualité. Accio quitte le séminaire et rentre à la maison. Il n’y est pas bien accueilli : l’appartement est minuscule et une bouche en plus à nourrir est un problème. Accio reprend l’école où il brille et il voudrait aller au lycée mais ses parents le destinent à des études techniques qui lui déplaisent. Se sentant peu aimé, il se réfugie auprès de Mario, un marchand ambulant, fasciste jusqu’à la moelle qui l’initie à la doctrine fasciste en lui faisant admirer l’architecture de la ville, voulue par le Duce. Accio s’inscrit au MSI, le parti fasciste et participe à plusieurs expéditions punitives contre des adversaires politiques.

Le temps passe sans que les relations familiales s’améliorent : les disputes avec son frère sont fréquentes et violentes. S’y ajoutent les discussions âpres avec Francesca, la petite amie de Manrico, communiste elle aussi, bien que de famille bourgeoise.
Un soir Manrico lui apprend que ses camarades ont décidé de brûler sa voiture et lui demande s’il était au courant. Accio est déstabilisé, il défend la voiture de son frère contre ses amis et finit par déchirer sa carte.
En 1968, le vent de la révolte souffle partout et Manrico est en première ligne. Lors d’un concert autogéré au conservatoire de Rome auquel participe Violetta, Accio revoit Francesca qui est enceinte. Mais Manrico est de plus en plus absent et mystérieux.

 

« L’histoire de Mon frère est fils unique se situe […] pendant les années 60-70. Est-ce que le film permet de mieux comprendre comment on en est arrivé à cette violence ?
– Je crois que, pour une fois, Mon frère est fils unique est un film qui interroge cette période sans parti pris politique. Il montre comment cela s’est passé de l’intérieur. Il n’y a pas de jugement. La fin du film introduit « les années de plomb » mais ça n’explique en rien ce qui va alors se passer. Ce que le film montre, c’est comment l’Italie bouillonnait alors, tant à gauche qu’à droite, ce besoin qu’il y avait des deux côtés de politiser la vie, de lui trouver un sens à travers la politique. »

Propos recueillis par Benoît THEVENIN, Allociné.com, 20 07 2007

Daniele Luchetti
Daniele Luchetti

Daniele Luchetti (Rome, 1960) fréquente la Scuola di cinema Gaumont au début des années 1980. Nanni Moretti lui confie un petit rôle dans Bianca (1984) puis il devient son assistant pour La messa è finita (1985). C’est le même Nanni Moretti qui produit son premier film Domani accadrà (1988). Il a, à ce jour, remporté de nombreux prix, notamment des David di Donatello pour Domani accadrà (1988, Domani, Domani), Il portaborse (1991, Le porteur de serviette), La scuola (1995), Mio fratello è figlio unico (2007, Mon frère est fils unique), La nostra vita (2010).

Autres réalisations : La settimana della sfinge (1990, La semaine du sphinx), Arriva la bufera (1993), Anni felici (2013, Ton absence), Momenti di trascurabile felicità (2019)

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/18774998.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Daniele Luchetti

Scénario : Stefano Rulli, Sandro Petraglia, Daniele Luchetti

Image :  Claudio Collepiccolo

Montage : Mirco Garrone

Musique : Mirco Garrone

Producteur (s) : Riccardo Tozzi, Marco Chimenz, Giovanni Stabilini, Fabio Conversi

Productions : Cattleya, Babe Films

Distribution France : Studio Canal

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Riccardo Scamarcio, Elio Germano, Anna Bonaiuto, Angela Finocchiaro, Massimo Popolizio, Luca Zingaretti

Année : 2007
Durée : 1h 40
Pays de producion : Italie, France