NEMMENO IL DESTINO

NEMMENO IL DESTINO

Daniele Gaglianone

NEMMENO IL DESTINO

L’histoire d’Alessandro, et de son ami Fergi, deux adolescents qui vivent dans la banlieue de Turin, une série de quartiers que l’on définira comme post-industriels, en déclin, en voie de démantèlement et/ou en restructuration. Sous-prolétarisés, ils sont les victimes de ces bouleverse­ments économiques et sociaux. Alessandro est l’enfant d’une fille-mère qui malgré tous ses efforts pour mener une vie normale, semble de jour en jour un peu plus prisonniè­re de son passé. Fergi vit avec son père, un ancien ouvrier qui après être tombé gravement malade, a som­bré dans l’alcoolisme. Tous deux cherchent à fuir leur destin et l’univers de leurs familles, cependant, leurs tentatives pour échapper à ce quo­tidien se soldent inexorablement par des échecs voire de véritables tra­gédies. Alessandro trouve un peu de chaleur humaine auprès d’un cou­ple de retraités. Dans leur maison, le mari a peint un paysage de mon­tagne : l’horizon à la fois proche et lointain que l’on aperçoit les jours de beau temps. Devant ce mur peint, ils rêvent. Un jour, les deux retrai­tés sont expulsés de leur domicile. Fou de rage, Alessandro décide quasi instinctivement de les venger et il met le feu à la maison. Arrêté par la police, il se retrouve alors dans un centre d’accueil pour adoles­cents en perdition. Mais la vie ne s’arrête pas là.

 

«J’espère que les adolescents que j’ai représentés échappent à tous les clichés. Ce ne sont pas des révoltés, ils sont simplement réfractaires au monde et s’ils expriment une certaine violence c’est parce que le monde qui les entoure leur paraît violent. Ce sont des adolescents en quête d’espace, réel et imaginaire. Il arrive qu’on n’ait pas la force de lutter pour changer tout ce qui ne va pas dans ce qui nous entoure et ces adolescents cherchent seulement à se mettre à l’abri du monde. »

Propos recueillis par Stefano Stefanutto Rosa,

tamtam.cinecitta.com.

Daniele Gaglianone
Daniele Gaglianone

Daniele Gaglianone (1966, Ancône), après des études en Histoire et Critique du Cinéma à l’Université de Turin, commence sa carrière en 1989 par le tournage de courts métrages et de documentaires. En 1998, il participe au scénario de Cosi ridevano (Mon frère) de Gianni Amelio. En 2000 il signe son premier long-métrage, I nostri anni, présenté en 2001 à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes et Prix du Jury à Villerupt. Par la suite sa filmographie se partage entre documentaires et fictions : Nemmeno il destino (2004), Rata nece biti (Non ci sarà la guerra) (2008), Prix Spécial du Jury au Festival deTurin et David di Donatello du meilleur documentaire, Pietro (2010), Ruggine (2011), La mia classe (2013), Dove bisogna stare (2018).

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/1059.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Daniele Gaglianone

Scénario : Daniele Gaglianone, Giaime Alonge, Alessandro Scippa

Image :  Gherardo Gossi

Montage : Luca Gasparini

Musique : Giuseppe Napoli

Producteur (s) : Domenico Procacci, Gianluca Arcopinto

Productions : Fandango, Armadillo

Distribution France : 

Vente à l’étranger : Works

Interprètes : 

Mauro Cordella, Fabrizio Nicastro, Gino Lana, Stefano Cassetti, Giuseppe Sanna, Lalli

Année : 2004
Durée : 1h 50
Pays de producion : Italie