NON PRENDERE IMPEGNI STASERA

NON PRENDERE IMPEGNI STASERA

Gianluca Maria Tavarelli

NON PRENDERE IMPEGNI STASERA

Quatre couples de quadragénaires dont les destins s’entremêlent avec en toile de fond la ville de Rome, amère et désenchantée en ce début du nouveau millénaire.

C’est le portrait d’une génération qui balance entre la peur de vieillir et le désir de se donner encore une chance dans la vie.

Pietro découvre qu’il est atteint d’une terrible maladie qui l’amene à se remettre en question. Il va chercher du soutien auprès de son amie Cinzia, qu’il connaît depuis dix ans. Celle-ci, malgré sa fragilité réussit à l’aider Pietro dans sa lutte pour survivre.

Andrea, un homme marié, cultivé et raffiné, vit une très belle histoire d’amour avec Veronica, une femme bien plus jeune que lui et qui est vendeuse dans un centre commercial. La jeune femme ne connaît rien du monde d’Andrea mais les sentiments vrais et profonds qu’elle éprouve pour lui l’émeuvent. Avec elle, il retrouve l’amour et il décide de divorcer.

Alessandro, est un homme renfermé sur lui-même. Il vit avec Irene qui est incapable de comprendre ses peurs et ses angoisses.

Nanni est un homme seul. Il cherche l’amour et pense pouvoir le trouver dans les bras de Paola, une de ses ex qui est sur le point de se marier. Nanni va comprendre très vite qu’il a peut-être raté la grande occasion de sa vie.

Giorgio et Mariella, éprouvent des problèmes dans leur couple….

 

« Votre film est une comédie ou un drame?

– Je dirais plutôt que c’est un film sur l’amour, dans le sens le plus général du terme. Il aborde les rapports intimes et intenses entre des hommes et des femmes qui peuvent être mariés, amants, ex… des personnes de vingt ans plus jeunes avec lesquelles on cherche à exorciser la mort. Plus que dans mes films précédents, j’ai mêlé le divertissement et l’amertume, comme dans la vie. On peut rire des souffrances ou des passions des autres, mais le sourire fait bientôt place à l’amertume du sens de la vie. Le film raconte simplement la douleur de vivre et les problèmes d’un peu tout le monde. Je crois que c’est un film fondamentalement léger, même si les histoires qu’il raconte ne le sont pas. Je l’ai écrit en rassemblant des matériaux humains, comme une sorte de journal intime où je parlerais de moi et de gens de mon entourage. C’est plus le fruit de mes observations que de mon imagination.

– Que signifie le titre ?

– C’est une phrase prononcée par l’un des personnages. Sur le point d’être opéré, avant l’anesthésie, il dit à son ami le chirurgien de ne réserver sa soirée, car il sera encore là. C’est un signe d’espoir. »

Propos recueillis par Barbara Corsi, fice.it

Gianluca Maria Tavarelli
Gianluca Maria Tavarelli

Gianluca Maria Tavarelli (Turin, 1964) est un autodidacte du cinéma. Il a réalisé de nombreux courts-métrages avec une caméra Super8, puis 16 mm. En 1994 il réalise son premier long-métrage, Portami via. Suivent Un amore (1999), Qui non è il paradiso (2000), Liberi (2003), Non prendere impegni stasera (2006), Una storia sbagliata (2014). Il a aussi réalisé téléfilms et miniséries parmi les plus intéressants de la télévision italienne : Paolo Borselino (2004), Maria Montessori - Una vita per i bambini (2007), Le cose che restano (2010), Il giovane Montalbano 1 (2012) et 2 (2015), Maltese - Il romanzo del commissario (2017)

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/448.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Gianluca Maria Tavarelli

Scénario : Gianluca Maria Tavarelli

Image :  Roberto Forza

Montage : Alessandro Heffler

Musique : Luigi Seviroli

Producteur (s) : Pietro Valsecchi

Productions : Taodue Film

Distribution France : 

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Luca Zingaretti, Giorgio Tirabassi,, Andrea Renzi, Giuseppe Battiston, Donatella Finocchiaro, Valeria Milillo, Alessandro Gassmann, Rocco Papaleo

Année : 2006
Durée : 1h 36
Pays de producion : Italie