REALITY

REALITY
REALITY

Matteo Garrone

REALITY

Au cœur de Naples il y a un lieu magique où la réalité des fêtes de famille se transforme aisément en conte de fées. C’est là, au cours d’un mariage auquel il est invité, que Luciano (Aniello Arena) rencontre Enzo (Raffaele Ferrante), une star de la télé-réalité venu faire une animation et qui doit sa célébrité à l’émission Il grande fratello. Luciano est poissonnier, il arrondit ses fins de mois grâce à une petite arnaque montée avec sa femme Maria (Loredana Simioli). Mais c’est aussi un boute-en-train apprécié de tout le quartier, et lorsque l’équipe de l’émission vient à Naples pour sélectionner des candidats, sa famille l’incite à se présenter. Après ce premier casting, il est convoqué à Rome pour une deuxième sélection et il est certain d’être retenu. Le temps passe et Luciano est sans nouvelles. Il vit alors dans une anxiété telle qu’elle lui fait voir partout des envoyés de l’émission venus vérifier incognito s’il a bien les qualités requises pour y participer. Sa vie entière bascule. Plus rien ne compte. Sa chimère le fait sombrer dans la folie et modifie radicalement son destin et celui de son entourage.

 

« Loin de l’univers mafieux de Gomorra, nous voici face à une histoire simple mais non moins audacieuse. Garrone est là, tout entier, ne délaissant aucun des éléments cinématographiques et dramaturgiques qui ont contribué au succès de son film précédent : méticuleuse observation de la réalité, un orchestre d’acteurs issus de l’univers théâtral, aux physionomies presque caricaturales, caméra à l’épaule et longs plans-séquences. Une histoire racontée depuis l’humain. […]

Reality ne s’apparente donc en rien à un Truman Show, encore moins à un Hunger Games. Du système Big Brother on n’y connaîtra peu ou rien. Garrone a choisi, au contraire, et à raison, de scruter la dépréciation d’un homme, et de se pencher sur cette frontière subtile entre la réalité et le rêve. Dans Reality, Matteo Garrone a certes abandonné les vices du pouvoir et le sang mais il reste tout aussi impitoyable et troublant. »

Clara Massot, « Reality, un conte cruel » in La règle du jeu, 25 mai 2012

 

Matteo Garrone
Matteo Garrone

Matteo Garrone (Rome, 1968), assistant opérateur  avant de passer à la réalisation en 1996 avec un court-métrage, Silhouette, récompensé par un Sacher d'or,  suivi de son premier long-métrage, Terra di mezzo. Il attire l'attention de la critique en 2002 avec L'imbalsamatore (L'étrange monsieur Peppino) et connaît le succès international avec  l'adaptation du livre de Roberto Saviano , Gomorra, en 2008, Grand prix du jury à Cannes. Suivront Reality (2012), Il racconto dei racconti (2015, Tale of Tales), Dogman (2018), prix d’interprétation masculine pour Marcello Fonte à Cannes, et Pinocchio (2019).

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/20227039.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Matteo Garrone

Scénario : Matteo Garrone, Massimo Gaudioso, Maurizio Braucci, Ugo Chiti

Image :  Marco Onorato

Montage : Marco Spoletini

Musique : Alexandre Desplat

Producteur (s) : Domenico Procacci, Matteo Garrone, Jean Labadie

Productions : Archimede, Fandango, Rai Cinema, Le Pacte, Garance Capital

Distribution France : Le Pacte

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Aniello Arena, Loredana Simioli, Nando Paone, Graziella Marina, Nello Iorio, Nunzia Schiano, Rosaria D'Urso, Giuseppina Cervizzi, Claudia Gerini, Raffaele Ferrante, Paola Minaccioni, Ciro Petrone

Année : 2012
Durée : 1h 55
Pays de producion : Italien, France