RIDENDO E SCHERZANDO – RITRATTO DI UN REGISTA ALL’ITALIANA

RIDENDO E SCHERZANDO – RITRATTO DI UN REGISTA ALL’ITALIANA

Paola Scola, Silvia Scola

RIDENDO E SCHERZANDO – RITRATTO DI UN REGISTA ALL’ITALIANA

Rome, 2015. Dans « le plus petit cinéma du monde » Pif reçoit Ettore Scola pour une longue interview et le confronte avec certaines de ses déclarations passées, des extraits de films… Ettore Scola joue le jeu et s’amuse beaucoup.

« En l’écoutant, il m’arrivait de penser combien j’aurais aimé le connaître avant, lorsqu’il était en pleine activité. J’estime Scola pour son professionnalisme mais aussi pour son humanité. Je pense qu’il appartient à une génération qui a résisté à toute la pourriture que notre pays a produite. Donc, d’une certaine façon il nous a sauvés. De plus il l’a fait avec le sourire, comme seuls savent le faire les vrais déconneurs. »

Pierfrancesco Diliberto, Dossier de presse

 

« Notre intention était de faire un documentaire drôle, de raconter Ettore Scola – réalisateur, scénariste, dessinateur, humoriste, militant – en utilisant sa méthode : parler de choses graves sans le montrer, en faisant rire.

Nous avons voulu raconter notre père uniquement à travers les interviews qu’il a données au cours de sa vie, des extraits de ses films, ainsi que ce qu’il a voulu nous dire directement, sans avoir recours à des interviews d’autres personnes qui parlent de lui.

C’est une sorte d’auto-récit qu’il n’aurait jamais fait de lui-même, connaissant sa timidité, sa pudeur et ses réticences à parler de lui. Nous qui le connaissons assez avons pu le faire pour lui rendre hommage et aussi pour nous moquer gentiment de lui.

Face à lui, en notre lieu et place, un jeune comédien et réalisateur, Pierfrancesco Diliberto, Pif, l’accompagne tout au long du parcours que nous avons tracé pour parler de lui. C’est un alter ego qui selon les nécessités a le rôle d’intervieweur, de narrateur, de lecteur, d’hagiographe, de guide, de comparse… et même d’aide-soignant à l’occasion.

Ettore et Pif sont dans le « Cinema dei Piccoli » à Villa Borghese. Sur l’écran passent des extraits de ses films, des archives où on le voit à toutes les périodes de sa vie, ainsi que de vieux films de famille en Super8, des backstages, des photos tirées de nos albums, des dessins et des vignettes.

C’est ainsi que le portrait biographique, artistique et humain d’Ettore Scola s’anime sous nos yeux. »

Paola Scola, Silvia Scola, Dossier de presse

Paola Scola a travaillé très tôt dans le cinéma, dans diverses fonctions, auprès de son père, de Dino Risi et de Giulio Montaldo entre autres. Par la suite elle se consacre à l’écriture de scénarios pour la télévision. Pour Ettore Scola, elle a co-écrit Gente di Roma (2003) et Che strano  chiamarsi Federico (2013).

Silvia Scola est auteur de textes pour le théâtre et de scénarios. Elle a collaboré avec Ettore Scola de 1989 (Che ora è) jusqu’en 2013, sur ses huit derniers films.

Ensemble elles réalisent ce bel Hommage à leur père Ettore Scola.

Paola Scola, Silvia Scola

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/1248.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Paola Scola, Silvia Scola

Scénario : Paola et Silvia Scola

Image :  Davide Manca

Montage : Paolo Petrucci

Musique : Armando Trovajoli

Producteur (s) : Carlo Degli Esposti, Massimo Vigliar

Productions : Palomar, Surf Film

Distribution France : 

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Pif (Pierfrancesco Diliberto), Ettore Scola

Année : 2015
Durée : 1h 21
Pays de producion :