SANGUE DEL MIO SANGUE

SANGUE DEL MIO SANGUE
SANGUE DEL MIO SANGUE

Marco Bellocchio

SANGUE DEL MIO SANGUE

Année 1630. Federico Mai (Pier Giorgio Bellocchio), un homme d’armes, se rend au couvent de Bobbio. Il veut réhabiliter la mémoire de son frère jumeau Fabrizio, prêtre qui s’est suicidé après avoir été séduit par une nonne, sœur Benedetta (Lidiya Liberman). L’Inquisition entame un procès pour que la religieuse confesse avoir pactisé avec le Diable, ce qui permettrait d’enterrer le défunt en terre consacrée. Benedetta déjoue les épreuves et ensorcelle Federico à son tour. Elle est alors condamnée à être emmurée vivante.

De nos jours. Le couvent transformé depuis en prison a été laissé à l’abandon. Federico Mai, un inspecteur ministériel, se présente à Bobbio avec un milliardaire russe souhaitant racheter les lieux pour en faire un hôtel de luxe. Il découvre que le bâtiment est habité par un mystérieux comte (Robert Herlitzka) ne s’aventurant que la nuit tombée dans les murs d’une ville qu’il semble diriger dans l’ombre…

 

Le réalisateur de Vincere et Buongiorno, notte aime mesurer le présent à l’Histoire, et il n’en va pas autrement de Sangue del mio sangue, découvert en compétition de la Mostra. […]

Entre les deux époques, et les deux histoires, le procès médiéval en sorcellerie et celle du vampire des temps modernes, le lien peut sembler ténu ou arbitraire, et c’est là sans doute la principale limite de Sangue del mio sangue. Comme pour mieux souligner ce hiatus, le film adopte des tons distincts, basculant pour ainsi dire, dans sa partie contemporaine, dans la farce grotesque. Pour autant, il y a là une œuvre fascinante et ambitieuse, venue témoigner avec brio de la liberté intacte d’un Bellocchio se jouant des carcans narratifs au risque de paraître hermétique, et osant un film plein de mystère dans lequel le spectateur s’égare avec bonheur. Non sans signer, par-delà la dimension critique, une ode lumineuse à la jeunesse et à la beauté… Fort.

Jean-François Pluijgers, focus.levif.be, 10 septembre 2015

 

Marco Bellocchio est né en 1939 à Bobbio, sur les collines de la province de Plaisance. C’est dans ce cadre familial qu’il a réalisé son premier film en 1965, I pugni in tasca, et où, durant l’été, il anime un atelier « Faire du cinéma ». Sangue del mio sangue est donc un film très personnel où Bellocchio revient, de façon indirecte, sur le suicide de son frère jumeau, Camillo, qu’il avait déjà évoqué dans Gli occhi, la bocca (1982).

Marco Bellocchio
Marco Bellocchio

Marco Bellocchio (Bobbio, provincce de Plaisance,1939) est l’un des plus grands réalisateurs italiens en activité. Après une formation en art dramatique, entré au Centro sperimentale di cinematografia de Rome en 1959 pour devenir comédien, il se tourne vite vers la réalisation. Remarqué par la critique dès son premier film I pugni in tasca (1965, Les poings dans les poches), il se singularise par un cinéma engagé et subversif : Nel nome del padre (1972, Au nom du père), Marcia trionfale (1976, La marche triomphale), Salto nel vuoto (1980, Le saut dans le vide), Diavolo in corpo (1986, Le diable au corps). Après une période où l’approche est plus psychanalytique, Bellocchio continue à susciter controverses et polémiques avec un cinéma, parfois dérangeant, en prise avec la réalité italienne : L’ora di religione (2002, Le sourire de ma mère), Buongiorno, notte (2003), Vincere (2009), Bella addormentata (2012, La belle endormie), Sangue del mio sangue (2015), Fai bei sogni (2016, Fais de beaux rêves), Il traditore (2019, Le traître).

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/1212.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Marco Bellocchio

Scénario : Marco Bellocchio

Image :  Daniele Cipri

Montage : Francesca Calvelli, Claudio Misantoni

Musique : Carlo Crivelli

Producteur (s) : Simone Gattoni, Beppe Caschetto, Fabio Conversi, Tiziana Soudani, Gabriella De Gara

Productions : Kavac Film, IBC Movie, Barbary Films, Amka Films, Rai Cinema, RSI Radiotelevisione Svizzera, avec la contribution du MiBACT, avec le soutien de Regione Lazio

Distribution France : Bellissima films

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Roberto Herlitzka, Pier Giorgio Bellocchio, Lidiya Liberman, Fausto Russo Alesi, Alba Rohrwacher, Federica Fracassi, Alberto Cracco, Bruno Cariello, Toni Bertorelli, Filippo Timi, Elena Bellocchio, Ivan Franek, Patrizia Bettini, Alberto Bellocchio, Sebastiano Filocamo

Année : 2015
Durée : 1h 47
Pays de producion : Italie, France, Suisse