SFIORARSI

SFIORARSI

Angelo Orlando

SFIORARSI

Céline est une jeune femme de trente ans, actrice et mère d’une petite fille de dix ans. Son amant vient de la quitter.

Paolo a 38 ans, il est photographe et il vit en célibataire; incapable de construire une relation sérieuse, il ne peut pas se résoudre à aimer une seule femme. Il a à peine été quitté par une fille de 18 ans.

Paolo et Céline se sont frôlés souvent, ils se sont croisés de nombreuses fois, grâce notamment à quelques amis communs. Mais ils ne se sont jamais vraiment parlé, ni connus. Dans cette période difficile de leurs vies qui suivent des séparations non voulues, ils se retrouvent à l’entrée d’un immeuble où se déroule une fête à laquelle ils ne voulaient pas vraiment aller. Pour la première fois, ils se parlent, ils vont boire un verre et se découvrent de nombreux points communs. Paolo propose de faire une séance de photos avec Céline, qui accepte. Leurs rencontres vont devenir de plus en plus fréquentes et se transformer en une relation intense. Peut-être ont-ils enfin trouvé ce qui leur manquait… Mais bientôt, l’intensité de la relation semble diminuer, Paolo paraît plus distant, plus indécis. Puis Céline le découvre en compagnie d’une “amie”. C’est la fin. Céline doit partir tourner à Paris, Paolo doit y aller aussi pour son travail. Il la cherche. Et les effleurements reprennent.

 

 

« Kieslowski cite Wislawa Szymborska, une poète polonaise qui a écrit sur le rapport entre l’extérieur et le hasard des vies de deux personnes qui, tout en n’ayant pas une influence l’une sur l’autre, sont mystérieusement destinées à se rencontrer.

« Ne se connaissant pas, ils croient qu’il ne s’est jamais rien passé entre eux. Mais qu’en pensent les rues, les escaliers, les couloirs Où depuis longtemps ils pouvaient se croiser ? »

 

Dans Frôlés je voulais tenir compte de cette indication. Donner la possibilité à l’extérieur et au temps d’être considérés ensemble comme le vrai mouvement intérieur. La rencontre entre deux personnes destinées à s’aimer naît surtout dans la conscience de chacune d’elles. Le temps n’est qu’une composante, presque une illusion. Paolo et Céline sont un exemple significatif de la façon dont il est possible d’aimer tout en s’appartenant à soi-même, de sortir des limites d’une ‘horloge’ qu’il semble régler nos vies, et de réfléchir librement aux automatismes qui finissent par rapprocher amour et prison. »

Angelo Orlando

Angelo Orlando

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/452.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Angelo Orlando

Scénario : Angelo Orlando, Valentina Carnelutti

Image :  Massimiliano Trevis

Montage : Erica Manoni

Musique : Saro Cosentino

Producteur (s) : 

Productions : Veradia Film, avec la contribution du MiBAC

Distribution France : CIDIF FILM

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Angelo Orlando, Valentina Carnelutti, Giorgio Caputo, Mimosa Campironi

Année : 2005
Durée : 1h 30
Pays de producion : Italie