SOTTO FALSO NOME

SOTTO FALSO NOME
LE PRIX DU DÉSIR

Roberto Andò

SOTTO FALSO NOME

LE PRIX DU DÉSIR

Célèbre dans le monde entier sous le pseudonyme littéraire de Serge Novak, Daniel Boltanski vit avec sa très belle femme, Nicoletta, avocate italienne, dont le fils Fabrizio, néd’une relation antérieure, va se marier àCapri. Depuis toujours, Daniel a tenu àvivre àl’écart de sa célébrité, surtout par prudence; il craint de voir révéler des aventures qu’il a l’obsession de cacher, aventures proches de celles que vit le héros de son roman «Un voyage en hiver ».

Son agent littéraire fait constamment écran afin que Daniel puisse vivre incognito, loin de ses admirateurs. Sur le bateau qui l’emmène vers Capri, Daniel rencontre une jeune femme, Mila, avec laquelle il passe­ra une nuit passionnée. Il va découvrir àl’église, après l’échange des consentements, que l’épouse de Fabrizio n’est autre que Mila.

 

On m’a demandé, àl’issue d’une projection de ce film, si écrire, comme jouer la comédie, ce n’était pas un moyen de se cacher : jouer la comé­die, n’est-ce pas, au fond, écrire sous un pseudonyme, comme le fait le protagoniste du film? Qu’y a-t-il derrière le besoin de se cacher au moment même oùon cherche àcommuniquer quelque chose d’impor­tant? C’est une question qui m’a fait réfléchir. D’abord, peu d’auteurs écrivent sous un pseudonyme. Et les acteurs, s’ils ne sont pas célè­bres, ne se sentent pas àl’aise. Mais il est vrai que les auteurs se cachent toujours derrière leurs personnages. Ecrire est une façon de parler de soi tout en se cachant.. Ici, dans ce cas précis, le personna­ge a besoin d’un mystère plus épais, parce qu’il a besoin de vivre sous une fausse identité. C’est sûrement le début de ses problèmes. Comme auteur, il est célèbre, alors que comme individu, il est complè­tement anonyme : lui, sa vie d’écrivain, il ne la vit pas. En réalité… elle se déroule toute seule. Voilàaussi ce qui rend le film plus intrigant et plus proche. C’est un jeu de miroirs continu, de perte de personnalité, de poursuites entre personnes qui cachent tout le temps leur véritable identité.

Daniel Auteuil

Roberto Andò
Roberto Andò

Roberto Andò (Palerme, 1959), écrivain, metteur en scène de théâtre et d'opéra, a été l'assistant de Rosi, Fellini, Cimino, Coppola. Il passe à la réalisation en 1992. À Villerupt il présente en 2004 Sotto falso nome (Le prix du désir) et préside le Jury ; en 2016 l'Amilcar de la Ville lui est décerné. Ses trois derniers films, Viva la libertà (2013), Le confessioni (2016) et Una storia senza nome (2018) ont été produits par Angelo Barbagallo.

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/1066.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Roberto Andò

Scénario : Roberto Andò, Salvatore Marcarelli

Image :  Maurizio Calvesi

Montage : Claudio Di Mauro

Musique : Ludovico Einaudi

Producteur (s) : Fabrizio Mosca

Productions : Titti Film, Vega Film, avec la participation de la télévision Suisse romande (Suisse), Vision Production, avec la participation de Canal +

Distribution France : Vision Distribution

Vente à l’étranger : Victory Film

Interprètes : 

Daniel Auteuil, Greta Scacchi, Anna Mouglalis, Giogio Lupano, Michael Lonsdale, Magda, Serge Mertin, Georges Guerreiro

Année : 2004
Durée : 1h 42
Pays de producion : Italie, Suisse