STANNO TUTTI BENE

STANNO TUTTI BENE
ILS VONT TOUS BIEN

Giuseppe Tornatore

STANNO TUTTI BENE

ILS VONT TOUS BIEN

Matteo Scuro (Marcello Mastroianni) a 74 ans. Il est retraité et a travaillé toute sa vie à l’état civil de sa ville près de Trapani en Sicile. Il est veuf mais il s’adresse encore souvent à sa femme Angela. Il lui parle de leurs cinq enfants à qui il a donné des prénoms de personnages d’opéra car il est passionné de musique lyrique : Norma, Tosca, Guglielmo, Alvaro, Canio. Il est fier de leur réussite mais il regrette de ne pas les voir plus souvent car la vie les a dispersés à Naples, Rome, Florence, Milan, Turin, et ils donnent rarement signe de vie. Une nouvelle fois il les a invités pour se retrouver tous ensemble autour de la table comme lorsqu’ils étaient petits. Mais une nouvelle fois personne n’est venu ; ils sont bien trop occupés. Alors, un beau matin, Matteo décide de prendre le train pour leur rendre visite, à chacun, tour à tour, sans les prévenir car il veut leur réserver la surprise…

 

« Après le triomphe de Cinéma Paradiso ce film n’a pas déçu, malgré sa tonalité sombre, son atmosphère mélancolique et désenchantée. Tornatore sait manier l’humour au sein de la mélancolie, et il a créé une grande émotion avec des scènes oniriques très belles. À travers le voyage de Matteo vers ses enfants dispersés (et qui ont raté leurs vies, contrairement à ce que croit le père, fier d’eux), à travers son inquiétude, sa solitude, se dessine un tableau de l’Italie d’aujourd’hui, où les rêves d’ambition, d’amour et de succès se cognent durement à la réalité. Les villes traversées sont bruyantes et fantomatiques, peuplées de gens indifférents. On a le cœur serré devant les gares vides, les oiseaux morts, tombés dans la fontaine romaine de Trevi. D’étape en étape, de retrouvaille en retrouvaille – avec la parenthèse d’un détour par Rimini et la surprise de Michèle Morgan en vieille dame apaisée, lucide, dansant la polka avec Mastroianni – Matteo découvre une vérité qu’il lui faudra bien affronter. Encore un rôle en or pour Mastroianni, dans une « comédie italienne » qui charrie un sang nouveau, tout en rendant hommage à Ettore Scola et Federico Fellini. »
Jacques SICLIER, Télérama, 2 octobre 1991

 

Giuseppe Tornatore
Giuseppe Tornatore

Giuseppe Tornatore (Bagheria, 1956) débute par des documentaires notamment pour la télévision. Après sa première réalisation, Il camorrista (1985, Le maitre de la camorra), il connait un énorme succès avec Nuovo Cinema Paradiso (1988, Cinema Paradiso), Grand prix du jury à Cannes en 1989 et Oscar du meilleur film étranger en 1990. Il alterne les histoires siciliennes - L'uomo delle stelle (1995, Marchand de rêves) ; Malena (2000) ; Baarìa, 2009 - et des films qui changent de cadre - Stanno tutti bene (1990, Ils vont tous bien); Une pure formalité (1994); La sconosciuta (2oo6, L'inconnue). Quinze ans après La leggenda del pianista sull’oceano (1998), il tourne La migliore offerta (The Best Offer) de nouveau en anglais avec des comédiens internationaux. 

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/tvqnt06zsuXvmr33kNvfUPGTpBc.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Giuseppe Tornatore

Scénario : Giuseppe Tornatore, Tonino Guerra, Massimo De Rita

Image :  Blasco Giurato

Montage : Mario Marra

Musique : Ennio Moriconne, Andrea Morricone

Producteur (s) : Angello Rizzoli

Productions : Erre Produzioni, Silvio Berlusconi Communications, Les Films Ariane, TF1 Films Production, Sovereigns Pictures

Distribution France : 

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Marcello Mastroianni, Marino Cenna, Roberto Nobile, Valeria Cavalli, Norma Martelli, Michèle Morgan, Antonella Attili, Salvatore Cascio, Fabio Iellini, Leo Gullotta

Année : 1990
Durée : 2h 00
Pays de producion : Italie, France