ASSOLO

Laura Morante

0h 1min
2021
Story of ASSOLO
ASSOLO

Flavia (Laura Morante) a franchi le seuil délicat de la cinquantaine. Son éternel manque d’assurance est le fruit de l’héritage encombrant légué par son premier demi-siècle de vie : deux enfants et deux ex-maris, qu’elle fréquente toujours ainsi que leurs nouvelles épouses en qui Flavia voit des modèles hors d’atteinte. Dans le vide sentimental qui l’entoure, ses amies ne lui sont d’aucun secours. Quant aux rares rencontres amoureuses, ce sont autant d’échecs qui ne font qu’augmenter son sentiment d’angoisse.

Au gré de situations souvent cocasses et soutenue par l’affection inconditionnelle que lui voue la petite chienne de ses voisins de palier, Flavia tente de reconstruire son estime de soi. Aiguillée par les conseils judicieux d’une psychothérapeute âgée (Piera Degli Esposti), Flavia est déterminée à décrocher le permis de conduire qui lui échappe depuis toujours.

 

« Il a été clair dès la phase d’écriture qu’Assolo serait un film difficile du point de vue de la réalisation. Il a fallu trouver un moyen pour faire cohabiter des langages différents, tout en les gardant séparés : le langage onirique, les flashbacks (ou plutôt les réélaborations du passé assez arbitraires et fortement conditionnées par les sentiments de la protagoniste), le langage réaliste ou semi-réaliste. Le tout en conservant le ton léger propre  à la comédie. Nous avons tenté de résoudre ce problème à travers un travail méticuleux sur les décors (réduits au minimum lors des flashbacks, par exemple), les costumes, la lumière et le jeu d’acteur, parodique dans la première partie et plus naturel dans la deuxième. Je crois enfin que le montage et les musiques ont contribué à différencier les tons et à dicter les passages entre les phases dramaturgiques. »

Laura Morante, Dossier de presse

 

Issue du théâtre, Laura Morante passe au cinéma dès les années 1980, lancée par des maîtres tels que Bertolucci et Monicelli. Elle s’impose auprès de la nouvelle génération de réalisateurs, Gianni Amelio ou Nanni Moretti (Bianca, La stanza del figlio). Après Ciliegine (2012), Assolo est son second film en tant que réalisatrice.

    • ASSOLO

      Flavia (Laura Morante) a franchi le seuil délicat de la cinquantaine. Son éternel manque d’assurance est le fruit de l’héritage encombrant légué par son premier demi-siècle de vie : deux enfants et deux ex-maris, qu’elle fréquente toujours ainsi que leurs nouvelles épouses en qui Flavia voit des modèles hors d’atteinte. Dans le vide sentimental qui l’entoure, ses amies ne lui sont d’aucun secours. Quant aux rares rencontres amoureuses, ce sont autant d’échecs qui ne font qu’augmenter son sentiment d’angoisse.

      Au gré de situations souvent cocasses et soutenue par l’affection inconditionnelle que lui voue la petite chienne de ses voisins de palier, Flavia tente de reconstruire son estime de soi. Aiguillée par les conseils judicieux d’une psychothérapeute âgée (Piera Degli Esposti), Flavia est déterminée à décrocher le permis de conduire qui lui échappe depuis toujours.

       

      « Il a été clair dès la phase d’écriture qu’Assolo serait un film difficile du point de vue de la réalisation. Il a fallu trouver un moyen pour faire cohabiter des langages différents, tout en les gardant séparés : le langage onirique, les flashbacks (ou plutôt les réélaborations du passé assez arbitraires et fortement conditionnées par les sentiments de la protagoniste), le langage réaliste ou semi-réaliste. Le tout en conservant le ton léger propre  à la comédie. Nous avons tenté de résoudre ce problème à travers un travail méticuleux sur les décors (réduits au minimum lors des flashbacks, par exemple), les costumes, la lumière et le jeu d’acteur, parodique dans la première partie et plus naturel dans la deuxième. Je crois enfin que le montage et les musiques ont contribué à différencier les tons et à dicter les passages entre les phases dramaturgiques. »

      Laura Morante, Dossier de presse

       

      Issue du théâtre, Laura Morante passe au cinéma dès les années 1980, lancée par des maîtres tels que Bertolucci et Monicelli. Elle s’impose auprès de la nouvelle génération de réalisateurs, Gianni Amelio ou Nanni Moretti (Bianca, La stanza del figlio). Après Ciliegine (2012), Assolo est son second film en tant que réalisatrice.

    • Réalisation
      Laura Morante
    • Scenario
      Laura Morante, Daniele Costantini
    • Image
      Fabio Zamarion
    • Montage
      Esmeralda Calabria
    • Musique
      Nicola Piovani
    • Producer (s)
      Luigi Musini, Olivia Musini
    • Productions
      Microundici, avec la contribution du MiBACT
    • Distribution France
      Warner Bros. Pictures (Italia)
    • Interprètes
      Laura Morante, Piera Degli Esposti, Francesco Pannofino, Donatella Finocchiaro, Marco Giallini, Angela Finocchiaro
    • Année
      2015
    • Durée
      1h 37
    • Pays de production
      Italie
    • Format
      VOST
    • Citation
      Inventez une nouvelle porte, décidez de ce qu’il y a derrière et ouvrez-la !
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom