CINEMA GRATTACIELO

0h 1min
2021
Story of CINEMA GRATTACIELO
CINEMA GRATTACIELO

1959 : alors que Fellini, le plus illustre de ses fils, tourne La dolce vita à Rome, Rimini se dote d’un gratte-ciel de vingt-sept étages. Symbole d’une ville qui cherche un nouvel élan après sa destruction quasi totale durant la Seconde Guerre mondiale, ce bâtiment incarne l’espoir dans l’avenir, caractéristique du miracle économique italien et de la société des loisirs naissante. Les plages estivales de Rimini représentent un point fort de cette société nouvelle. Le gratte-ciel marque de sa verticalité ce territoire tout à l’horizontale, tel un phare qui attirerait les vacanciers. Malgré les réticences initiales, l’idée séduit. Viennent ensuite les années du déclin : le géant et sa ville doivent se réinventer. Ces phases voient se succéder une population de plus en plus hétéroclite dans ce qui finit par devenir une Tour de Babel, symbole de la mixité de l’Italie actuelle, avec ses joies et ses difficultés.

 

« J’habite dans le gratte-ciel de Rimini depuis plus de dix ans et dès le départ j’ai voulu y faire un film. Aux premières images de mon emménagement, j’ai successivement ajouté les réunions de copropriété, les fêtes, les couchers de soleil incroyables… j’ai tourné en pellicule, en MiniDV, en DvCam, voire même en GoPro. Ces textures variées représentent un niveau de narration important. Le montage reconstruit l’histoire du bâtiment et constitue une réflexion sur la mutation de notre manière de vivre. Ce travail constitue un laboratoire expérimental du documentaire contemporain, en équilibre entre représentation et réinvention. »

Marco Bertozzi, Dossier de presse

Marco Bertozzi (Bologne, 1963) a contribué à la renaissance du film documentaire italien avec des œuvres comme Appunti romani (2004) ou Profughi a Cinecittà (2012), qui lui ont valu de nombreux prix. Professeur dans plusieurs universités italiennes, il tient des conférences dans le monde entier et collabore également avec des festivals consacrés aux documentaires.

    • CINEMA GRATTACIELO

      1959 : alors que Fellini, le plus illustre de ses fils, tourne La dolce vita à Rome, Rimini se dote d’un gratte-ciel de vingt-sept étages. Symbole d’une ville qui cherche un nouvel élan après sa destruction quasi totale durant la Seconde Guerre mondiale, ce bâtiment incarne l’espoir dans l’avenir, caractéristique du miracle économique italien et de la société des loisirs naissante. Les plages estivales de Rimini représentent un point fort de cette société nouvelle. Le gratte-ciel marque de sa verticalité ce territoire tout à l’horizontale, tel un phare qui attirerait les vacanciers. Malgré les réticences initiales, l’idée séduit. Viennent ensuite les années du déclin : le géant et sa ville doivent se réinventer. Ces phases voient se succéder une population de plus en plus hétéroclite dans ce qui finit par devenir une Tour de Babel, symbole de la mixité de l’Italie actuelle, avec ses joies et ses difficultés.

       

      « J’habite dans le gratte-ciel de Rimini depuis plus de dix ans et dès le départ j’ai voulu y faire un film. Aux premières images de mon emménagement, j’ai successivement ajouté les réunions de copropriété, les fêtes, les couchers de soleil incroyables… j’ai tourné en pellicule, en MiniDV, en DvCam, voire même en GoPro. Ces textures variées représentent un niveau de narration important. Le montage reconstruit l’histoire du bâtiment et constitue une réflexion sur la mutation de notre manière de vivre. Ce travail constitue un laboratoire expérimental du documentaire contemporain, en équilibre entre représentation et réinvention. »

      Marco Bertozzi, Dossier de presse

      Marco Bertozzi (Bologne, 1963) a contribué à la renaissance du film documentaire italien avec des œuvres comme Appunti romani (2004) ou Profughi a Cinecittà (2012), qui lui ont valu de nombreux prix. Professeur dans plusieurs universités italiennes, il tient des conférences dans le monde entier et collabore également avec des festivals consacrés aux documentaires.

    • Réalisation
      Marco Bertozzi
    • Image
      Marco Bertozzi, assisté de Simone Felice, Davide Montecchi, Massimo Salvucci et Franceso Scarpa
    • Montage
      Ilaria Fraioli
    • Musique
      Giorgio Fabbri, avec la participation des Ranzgen
    • Producteur (s)
      Marco Bertozzi, Augusta Eniti, Luca Ricciardi
    • Productions
      Associazione Condominium, AAAMOD Fondazione Archivio Audiovisivo del Movimento Operaio e Democratico, Rai Cinema
    • Année
      2017
    • Durée
      1h 35
    • Pays de production
      Italie
    • Format
      VOSTF
    • Citation
      Tu entends ? Attends. D’abord regarde ici. Un grand mélange, de quoi s’enivrer tous.
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom