CRISTO SI È FERMATO A EBOLI
LE CHRIST S'EST ARRÊTÉ À EBOLI

CRISTO SI È FERMATO A EBOLI

Francesco ROSI

2h 26min
1979
Story of CRISTO SI È FERMATO A EBOLI
CRISTO SI È FERMATO A EBOLI LE CHRIST S'EST ARRÊTÉ À EBOLI Médecin et peintre, le Turinois Carlo Levi (Gian Maria Volonté), militant antifasciste, est condamné à trois ans de résidence forcée. Un jour de 1935, après un long voyage éreintant, il est conduit dans le sud du pays, à Gagliano, un village de Lucanie isolé et perché au sommet d’une haute colline désolée. La condition d’extrême misère et d’exploitation dans laquelle vivent les paysans a conduit bon nombre de villageois à émigrer en Amérique. Les mois et les saisons passent. Levi découvre une vie, une civilisation, une humanité avec lesquelles il établit un rapport profond qui le transforme. Il perçoit avec plus de force le poids des injustices séculaires qui l’amènent à se battre pour combler l’écart entre ces deux Italie de toujours, celle des exclus, des déshérités, des individus en marge et celle de ceux qui, pour survivre, doivent exploiter les autres. Après la guerre, il publie son premier roman, Cristo si è fermato a Eboli, fruit de cette expérience.   « Pour moi, le livre, c’est la rencontre fortuite d’un intellectuel du Nord […] et d’une région que l’État lui-même considérait comme tellement arriérée qu’il y envoyait en exil, pour les punir, les opposants au régime. […] Qu’a tiré Levi de cette expérience ? D’abord une narration poétique extraordinaire qui a son autonomie propre. Ensuite une analyse des éléments fondamentaux de la question méridionale. Sa compréhension des problèmes est telle qu’il m’a semblé qu’à une époque où nous remettons en question, à la suite d’événements tragiques, trente ans de vie italienne, le moment était venu de porter le livre à l’écran. La question méridionale est en effet aujourd’hui la vraie question nationale. Reprendre ce projet correspond pour moi à l’ambition humble de continuer à être présent dans l’histoire de mon pays. » Francesco Rosi, entretien avec Michel Ciment, Le dossier Rosi, Ramsay, 1987   « Ce que Rosi met en lumière dans toutes ces situations dramatiques, c’est l’incroyable faculté que Nottola possède, comme tous les conservateurs du film, de récupérer, d’opérer des rétablissements quand tout semble perdu. C’est une lutte de forces qui perpétuellement se rechargent sous la seule impulsion d’intérêts à défendre. » Michel Ciment, ibid.   Cristo si è fermato Eboli a été tourné sur les lieux mêmes ou résida Carlo Levi pendant son exil, à Aliano (Gagliano dans le dialecte local) et dans la région alentour. Carlo Levi, décédé à Rome en 1975, a été, selon ses dernières volontés, inhumé à Aliano
    • CRISTO SI È FERMATO A EBOLI

      LE CHRIST S'EST ARRÊTÉ À EBOLI

      Médecin et peintre, le Turinois Carlo Levi (Gian Maria Volonté), militant antifasciste, est condamné à trois ans de résidence forcée. Un jour de 1935, après un long voyage éreintant, il est conduit dans le sud du pays, à Gagliano, un village de Lucanie isolé et perché au sommet d’une haute colline désolée. La condition d’extrême misère et d’exploitation dans laquelle vivent les paysans a conduit bon nombre de villageois à émigrer en Amérique. Les mois et les saisons passent. Levi découvre une vie, une civilisation, une humanité avec lesquelles il établit un rapport profond qui le transforme. Il perçoit avec plus de force le poids des injustices séculaires qui l’amènent à se battre pour combler l’écart entre ces deux Italie de toujours, celle des exclus, des déshérités, des individus en marge et celle de ceux qui, pour survivre, doivent exploiter les autres. Après la guerre, il publie son premier roman, Cristo si è fermato a Eboli, fruit de cette expérience.

       

      « Pour moi, le livre, c’est la rencontre fortuite d’un intellectuel du Nord […] et d’une région que l’État lui-même considérait comme tellement arriérée qu’il y envoyait en exil, pour les punir, les opposants au régime. […] Qu’a tiré Levi de cette expérience ? D’abord une narration poétique extraordinaire qui a son autonomie propre. Ensuite une analyse des éléments fondamentaux de la question méridionale. Sa compréhension des problèmes est telle qu’il m’a semblé qu’à une époque où nous remettons en question, à la suite d’événements tragiques, trente ans de vie italienne, le moment était venu de porter le livre à l’écran. La question méridionale est en effet aujourd’hui la vraie question nationale. Reprendre ce projet correspond pour moi à l’ambition humble de continuer à être présent dans l’histoire de mon pays. »

      Francesco Rosi,
      entretien avec Michel Ciment, Le dossier Rosi, Ramsay, 1987

       

      « Ce que Rosi met en lumière dans toutes ces situations dramatiques, c’est l’incroyable faculté que Nottola possède, comme tous les conservateurs du film, de récupérer, d’opérer des rétablissements quand tout semble perdu. C’est une lutte de forces qui perpétuellement se rechargent sous la seule impulsion d’intérêts à défendre. »
      Michel Ciment, ibid.

       

      Cristo si è fermato Eboli a été tourné sur les lieux mêmes ou résida Carlo Levi pendant son exil, à Aliano (Gagliano dans le dialecte local) et dans la région alentour. Carlo Levi, décédé à Rome en 1975, a été, selon ses dernières volontés, inhumé à Aliano

    • Réalisation
      Francesco Rosi
    • Scenario
      Francesco Rosi, Tonino Guerra, Raffaele La Capria, d'après le roman de Carlo Levi
    • Image
      Pasqualino de Santis
    • Montage
      Ruggero Mastroianni
    • Musique
      Piero Piccioni
    • Producer (s)
      Franco Cristaldi, Nicola Carraro
    • Productions
      Vidès Cinematografica,, RAI 2, Actions Films, Gaumont
    • Distribution France
      Gaumont
    • Interprètes
      Gian Maria Volonté, Paolo Bonacelli, Alain Cuny, Lea Massari, François Simon, Irène Papas, Luigi Infantino, Accursio Di Leo, Vincenzo Vitale, Antonio Allocca, Francesco Callari
    • Année
      1979
    • Durée
      146 min
    • Pays de production
      Italie, France
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom