922

DON CAMILLO

LE PETIT MONDE DE DON CAMILLO

0h 1min
2021
Story of DON CAMILLO
DON CAMILLO LE PETIT MONDE DE DON CAMILLO

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale dans la petite ville de Brescello en Émilie-Romagne. Les communistes remportent les élections municipales et le garagiste Peppone (Gino Cervi) est le nouveau maire. Cette victoire n'est pas du goût de Don Camillo (Fernandel), le bouillant curé de la paroisse qui, devant l'autel de l'église, converse régulièrement avec Jésus. Dès lors chaque péripétie locale devient l’occasion d’une escarmouche entre Peppone et Don Camillo et la vie de la communauté est rythmée par leur opposition perpétuelle. Toutefois, en souvenir d'une amitié remontant à la période de la résistance, les deux hommes parviennent à unir leurs efforts quand l'intérêt général est en jeu.

Après que Don Camillo a copieusement rossé des partisans du maire, sa hiérarchie, excédée, lui confie uneautre paroisse. C'est avec regret que Peppone et la population de Brescello le voient partir et espèrent son prochain retour.

 

« En pleine guerre froide et pendant la guerre de Corée, ce film situé dans un petit village pittoresque du Pô semble rassurer le public dans un climat d'inquiétude par rapport au communisme. La sortie soulève tout de même des polémiques : Don Camillo est jugé comme un personnage anticommuniste par les uns et comme un curé trop libéral par les autres... Le succès amène Duvivier à tourner Le Retour de Don Camillo dès 1953. Ce sont ensuite d'autres réalisateurs italiens qui prennent la relève des Don Camillo : Carmine Gallone en 1955 et 1961 réalise La Grande bagarre de Don Camillo et Don Camillo Monseigneur. Puis Luigi Commencini s'attaque à Don Camillo en Russie en 1965. En 1971, le tournage de Don Camillo et les contestataires par Christian-Jaque est interrompu suite à la maladie de Fernandel. »

Carole Robert, fresques.ina.fr, 2 octobre 1965

 

Julien Duvivier (Lille, 1896 - Paris, 1967) a marqué le cinéma français de la période 1930-1960. Il a notamment réalisé La bandera (1935), La belle équipe (1936), Pépé le Moko (1937), Un carnet de bal (1937), La fin du jour (1939), Sous le ciel de Paris (1951), Voici le temps des assassins (1956), Marie-Octobre (1959).

    • DON CAMILLO

      LE PETIT MONDE DE DON CAMILLO

      Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale dans la petite ville de Brescello en Émilie-Romagne. Les communistes remportent les élections municipales et le garagiste Peppone (Gino Cervi) est le nouveau maire. Cette victoire n'est pas du goût de Don Camillo (Fernandel), le bouillant curé de la paroisse qui, devant l'autel de l'église, converse régulièrement avec Jésus. Dès lors chaque péripétie locale devient l’occasion d’une escarmouche entre Peppone et Don Camillo et la vie de la communauté est rythmée par leur opposition perpétuelle. Toutefois, en souvenir d'une amitié remontant à la période de la résistance, les deux hommes parviennent à unir leurs efforts quand l'intérêt général est en jeu.

      Après que Don Camillo a copieusement rossé des partisans du maire, sa hiérarchie, excédée, lui confie uneautre paroisse. C'est avec regret que Peppone et la population de Brescello le voient partir et espèrent son prochain retour.

       

      « En pleine guerre froide et pendant la guerre de Corée, ce film situé dans un petit village pittoresque du Pô semble rassurer le public dans un climat d'inquiétude par rapport au communisme. La sortie soulève tout de même des polémiques : Don Camillo est jugé comme un personnage anticommuniste par les uns et comme un curé trop libéral par les autres... Le succès amène Duvivier à tourner Le Retour de Don Camillo dès 1953. Ce sont ensuite d'autres réalisateurs italiens qui prennent la relève des Don Camillo : Carmine Gallone en 1955 et 1961 réalise La Grande bagarre de Don Camillo et Don Camillo Monseigneur. Puis Luigi Commencini s'attaque à Don Camillo en Russie en 1965. En 1971, le tournage de Don Camillo et les contestataires par Christian-Jaque est interrompu suite à la maladie de Fernandel. »

      Carole Robert, fresques.ina.fr, 2 octobre 1965

       

      Julien Duvivier (Lille, 1896 - Paris, 1967) a marqué le cinéma français de la période 1930-1960. Il a notamment réalisé La bandera (1935), La belle équipe (1936), Pépé le Moko (1937), Un carnet de bal (1937), La fin du jour (1939), Sous le ciel de Paris (1951), Voici le temps des assassins (1956), Marie-Octobre (1959).

    • Réalisation
      Julien Duvivier
    • Scénario
      Julien Duvivier, René Barjavel, d’après le livre de Giovanni Guareschi
    • Image
      Nicolas Hayer
    • Montage
      Maria Rosada
    • Musique
      Alessandro Cicognini
    • Producteur (s)
      Giuseppe Amato, Robert Chabert, Angelo Rizzoli, Marcel Roux
    • Productions
      Francinex, Rizzoli Amato
    • Vente à l’étranger
      Intramovies
    • Interprètes
      Fernandel, Gino Cervi, Vera Talchi, Franco Interlenghi, Sylvie, Leda Gloria, Charles Vissière, Luciano Manara, Armando Migliari, Manuel Gar, Marco Tulli, Giorgio Albertazzi, Mario Siletti, Gualtiero Tumiati, Ruggero Ruggeri
    • Année
      1952
    • Durée
      1h 36
    • Pays de production
      Italie, France
    • Format
      VOSTF
    • Citation
      Tes mains sont faites pour bénir, pas pour frapper.
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom