FAVOLACCE

FAVOLACCE

STORIA DI VACANZE

Damiano et Fabio D’Innocenzo

Story of FAVOLACCE
FAVOLACCE STORIA DI VACANZE Quelqu’un trouvé le journal intime d’une fillette inconnue, qui s’arrête brusquement. Il a envie de continuer le récit qui se situe dans un lotissement de la banlieue sud de Rome. Ce n’est plus ni la ville ni la campagne, une sorte de non-lieu où vivent les Placido, les Rosa et les Guerrini. Tous plus ou moins du même âge, comme leurs enfants au seuil de l’adolescence, qui fréquentent la même école. C’est l’été, marqué au départ par le journal télévisé qui annonce que deux jeunes parents bourrés d’anxiolytiques ont tué leur bébé puis se sont donné la mort. Juste une nouvelle. C’est l’été, il fait chaud, on organise des dîners en commun, chez les Placido il y a une piscine gonflable et tous les enfants se rassemblent dans leur jardin. Sous cette apparente banalité couve un grand malaise. Les adultes se sentent frustrés, leur colère rentrée s’exprime par des gestes et des pensées mesquines, par une attitude sadique vis-à-vis des enfants qu’ils aiment pourtant. Et ceux-ci les observent. Fabio : « La sensation commune à la plupart de nos personnages se rapproche de l’enfermement dans une cage. Mais ça ne concerne pas que le corps, l’esprit et l’âme le sont aussi. » Damiano : « Nous avions à l’esprit l’un des préceptes de l’écrivain américain Raymond Carver qui a dit que toutes les histoires doivent avoir une sorte de déclencheur, mais qu’il ne faut pas que l’on sache tout de suite de quoi il retourne. Nous avions cette idée bien en tête : mettre le spectateur en situation d’inconfort. Il pense que quelque chose va arriver mais il ne sait pas quoi. » Damiano et Fabio D’Innocenzo, propos recueillis par Marta Balaga, Cineuropa, 28 février 2020
  • FAVOLACCE

    STORIA DI VACANZE

    Quelqu’un trouvé le journal intime d’une fillette inconnue, qui s’arrête brusquement. Il a envie de continuer le récit qui se situe dans un lotissement de la banlieue sud de Rome. Ce n’est plus ni la ville ni la campagne, une sorte de non-lieu où vivent les Placido, les Rosa et les Guerrini. Tous plus ou moins du même âge, comme leurs enfants au seuil de l’adolescence, qui fréquentent la même école. C’est l’été, marqué au départ par le journal télévisé qui annonce que deux jeunes parents bourrés d’anxiolytiques ont tué leur bébé puis se sont donné la mort. Juste une nouvelle. C’est l’été, il fait chaud, on organise des dîners en commun, chez les Placido il y a une piscine gonflable et tous les enfants se rassemblent dans leur jardin. Sous cette apparente banalité couve un grand malaise. Les adultes se sentent frustrés, leur colère rentrée s’exprime par des gestes et des pensées mesquines, par une attitude sadique vis-à-vis des enfants qu’ils aiment pourtant. Et ceux-ci les observent.

    Fabio : « La sensation commune à la plupart de nos personnages se rapproche de l’enfermement dans une cage. Mais ça ne concerne pas que le corps, l’esprit et l’âme le sont aussi. »
    Damiano : « Nous avions à l’esprit l’un des préceptes de l’écrivain américain Raymond Carver qui a dit que toutes les histoires doivent avoir une sorte de déclencheur, mais qu’il ne faut pas que l’on sache tout de suite de quoi il retourne. Nous avions cette idée bien en tête : mettre le spectateur en situation d’inconfort. Il pense que quelque chose va arriver mais il ne sait pas quoi. »
    Damiano et Fabio D’Innocenzo, propos recueillis par Marta Balaga, Cineuropa, 28 février 2020

  • Réalisation
    Damiano et Fabio D’Innocenzo
  • Scénario
    Damiano et Fabio D’Innocenzo
  • Image
    Paolo Carnera
  • Montage
    Esmaralda Calabria
  • Producteur (s)
    Agostino Saccà, Giuseppe Saccà, Tiziana Soudani, Michela Pini, Gabriella de Gara
  • Productions
    Pepito Produzioni, Amka Films Productions, QMI, Rai Cinema, Vision Distribution, avec la contribution du MiBACT
  • Distribution France
    Le Pacte
  • Interprètes
    Elio Germano, Barbara Chichiarelli, Lino Musella, Gabriele Montesi, Max Malatesta, Tommaso Di Cola, Giulietta Rebeggiani, Justin Korovkin, Giulia Melillo, Laura Borgioli, Giulia Galiani, Barbara Ronchi
  • Année
    2020
  • Durée
    98 min
  • Pays de production
    Italie, Suisse
Et vous, qu’en pensez-vous ?

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d’un *.

Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

Festival du Film Italien de Villerupt

Festival du Film Italien de Villerupt
6 rue Clemenceau
54190 Villerupt


+33 (0)3 82 89 40 22
organisation@festival-villerupt.com

©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom