HAMMAMET

HAMMAMET

Gianni Amelio

2h 6min
2021
Story of HAMMAMET
HAMMAMET Vers la fin du 20e siècle, Bettino Craxi vit quasiment reclus à Hammamet. Il s’est exilé en Tunisie pour échapper à la justice italienne, après avoir été l’homme politique le plus important de son pays. Le premier socialiste à devenir Président du Conseil est désormais un homme déchu politiquement et physiquement. Il a gardé toutefois sa vivacité d’esprit. La luxueuse villa mise à sa disposition par Ben Ali abrite Craxi et quelques membres de sa famille, dont sa fille qui l’admire et le défend orgueilleusement. Pendant que son état de santé se dégrade, il reçoit la visite de son fils resté en Italie, de quelques rares amis politiques et de sa maîtresse. Craxi passe son temps en réflexions philosophiques et visions politiques, refusant obstinément d’écouter son entourage qui l’implore d’aller se faire soigner en Italie, pays qu’il a gouverné en monarque et que désormais il ne comprend plus. « Hammamet n’est pas un film « sur Craxi », bien qu’il soit le protagoniste et le moteur de l’histoire. Le film, au demeurant, se concentre davantage sur l’individu que sur le personnage politique. Tout est parti d’une proposition du producteur, qui voulait un film sur Cavour et sa relation avec sa fille. Il y a eu un déclic : je me suis demandé si ce ne serait pas mieux de situer l’histoire un siècle plus tard pour parler de quelque chose de plus proche de nous, d’une affaire encore brûlante, une blessure ouverte. C’est alors que Craxi m’est venu à l’esprit. D’après ce que je savais, sa fille l’a soutenu inconditionnellement. Je ne voulais pas faire une biographie, ni le récit exaltant ou troublé d’un parti politique. Et surtout pas un film qui donnerait tort ou raison à qui que ce soit. Je pense que le rôle du cinéma est de représenter les comportements, les humeurs, les impulsions, bons ou mauvais qu’ils soient, en recherchant l’évidence et l’émotion. J’ai essayé d’approcher suffisamment les personnages pour qu’il soit possible, non pour moi mais pour le spectateur, de les juger. » Gianni Amelio, Dossier de presse
    • HAMMAMET


      Vers la fin du 20e siècle, Bettino Craxi vit quasiment reclus à Hammamet. Il s’est exilé en Tunisie pour échapper à la justice italienne, après avoir été l’homme politique le plus important de son pays. Le premier socialiste à devenir Président du Conseil est désormais un homme déchu politiquement et physiquement. Il a gardé toutefois sa vivacité d’esprit. La luxueuse villa mise à sa disposition par Ben Ali abrite Craxi et quelques membres de sa famille, dont sa fille qui l’admire et le défend orgueilleusement. Pendant que son état de santé se dégrade, il reçoit la visite de son fils resté en Italie, de quelques rares amis politiques et de sa maîtresse. Craxi passe son temps en réflexions philosophiques et visions politiques, refusant obstinément d’écouter son entourage qui l’implore d’aller se faire soigner en Italie, pays qu’il a gouverné en monarque et que désormais il ne comprend plus.


      « Hammamet n’est pas un film « sur Craxi », bien qu’il soit le protagoniste et le moteur de l’histoire. Le film, au demeurant, se concentre davantage sur l’individu que sur le personnage politique. Tout est parti d’une proposition du producteur, qui voulait un film sur Cavour et sa relation avec sa fille. Il y a eu un déclic : je me suis demandé si ce ne serait pas mieux de situer l’histoire un siècle plus tard pour parler de quelque chose de plus proche de nous, d’une affaire encore brûlante, une blessure ouverte. C’est alors que Craxi m’est venu à l’esprit. D’après ce que je savais, sa fille l’a soutenu inconditionnellement. Je ne voulais pas faire une biographie, ni le récit exaltant ou troublé d’un parti politique. Et surtout pas un film qui donnerait tort ou raison à qui que ce soit. Je pense que le rôle du cinéma est de représenter les comportements, les humeurs, les impulsions, bons ou mauvais qu’ils soient, en recherchant l’évidence et l’émotion. J’ai essayé d’approcher suffisamment les personnages pour qu’il soit possible, non pour moi mais pour le spectateur, de les juger. »
      Gianni Amelio, Dossier de presse
    • Réalisation
      Gianni Amelio
    • Scénario
      Gianni Amelio, Alberto Taraglio
    • Image
      Luan Amelio
    • Montage
      Simona Paggi
    • Musique
      Nicola Piovani
    • Producteur (s)
      Agostino Saccà, Maria Grazia Saccà
    • Productions
      Pepito Produzioni, Rai Cinema, Minerva Pictures
    • Vente à l’étranger
      Minerva Pictures Group
    • Interprètes
      Pierfrancesco Favino, Livia Rossi, Luca Filippi, Omero Antonutti, Renato Carpentieri, Giuseppe Cederna, Claudia Gerini
    • Année
      2020
    • Durée
      126 min
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom