I BRIGANTI DI ZABUT

I BRIGANTI DI ZABUT

ZABUT

Pasquale Scimeca

0h 1min
1997
Story of I BRIGANTI DI ZABUT
I BRIGANTI DI ZABUT ZABUT Peppe Manzella est un pauvre ouvrier agricole journalier, antifasciste notoire, qui vit avec sa femme dans le village sici­lien de Zabut. Un soir d'hiver, en 1937, il écrit une lettre en faveur d'un mendiant, qui est un ancien combattant de la Grande Guerre, mais le podestat inter­cepte la lettre et envoie Peppe Manzella en exil sur l'île de Favignana. Après la libération de la Sicile par les troupes alliées, en 1943, ce dernier rentre chez lui, àZabut, et trouve son village en proie à une révolte de paysans qui revendiquent le droit à la possession des terres non cultivées. Au cours d'un échange de coups de feu entre un groupe de carabiniers et des manifestants, Peppe tue dans un geste de colère le podestat qui l'avait condamné à l'exil, et se voit donc obligé de prendre le maquis. Il constitue alors, en compagnie de Manuele, de Triolo, de Maître Piduzzo et d'autres hommes, une bande de brigands dont l'objectif est de voler les riches propriétaires et de combattre la Mafia qui persécu­te les pauvres paysans. Cependant, vers la fin de l'été, les événements s'accélèrent : la Mafia et les carabiniers mènent une chasse acharnée et impitoyable contre la bande. Manuele est tué, puis Triolo. Quant aux autres, ils sont tous blessés et capturés lors d'une fusillade qui a lieu aux portes du village.   Dans ce film, construit à la manière d'une ballade de chanteur ambu­lant, Pasquale Scimeca évoque une révolte qui a réellement eu lieu en Sicile à la fin de la guerre et qui a éclaté dans le village de Sambuca, où les paysans se sont soulevés contre l'humiliation et l'exploitation dont ils étaient l'objet de la part des riches propriétaires fonciers et de la Mafia. " Scimeca continue son cycle des vaincus ( II giorno di San Sebastiano) alliant à la conscience politique le caractère atemporel du mythe : pour faire une boutade, disons qu'il se situe un peu entre Salvatore Giuliano de Rosi et Il Siciliano de Cimino. Il utilise de beaux plans larges, il pro­longe ses cadres, il use de didascalies, mais il sait aussi nous raconter une émouvante "second-story" d'amour impossible entre un petit sol­dat et une petite prostituée. En ouverture, le scénariste-réalisateur, citant Pasolini, se demande : "Mais pourquoi donc réaliser une œuvre quand il est si beau de la rêver ?". Non, Monsieur Scimeca, vous avez bien fait de réaliser vraiment I briganti di Zabut. " Roberto Nepoti, La Repubblica, 11 octobre 1997.
    • I BRIGANTI DI ZABUT

      ZABUT

      Peppe Manzella est un pauvre ouvrier agricole journalier, antifasciste notoire, qui vit avec sa femme dans le village sici­lien de Zabut. Un soir d'hiver, en 1937, il écrit une lettre en faveur d'un mendiant, qui est un ancien combattant de la Grande Guerre, mais le podestat inter­cepte la lettre et envoie Peppe Manzella en exil sur l'île de Favignana. Après la libération de la Sicile par les troupes alliées, en 1943, ce dernier rentre chez lui, àZabut, et trouve son village en proie à une révolte de paysans qui revendiquent le droit à la possession des terres non cultivées.

      Au cours d'un échange de coups de feu entre un groupe de carabiniers et des manifestants, Peppe tue dans un geste de colère le podestat qui l'avait condamné à l'exil, et se voit donc obligé de prendre le maquis. Il constitue alors, en compagnie de Manuele, de Triolo, de Maître Piduzzo et d'autres hommes, une bande de brigands dont l'objectif est de voler les riches propriétaires et de combattre la Mafia qui persécu­te les pauvres paysans. Cependant, vers la fin de l'été, les événements s'accélèrent : la Mafia et les carabiniers mènent une chasse acharnée et impitoyable contre la bande. Manuele est tué, puis Triolo. Quant aux autres, ils sont tous blessés et capturés lors d'une fusillade qui a lieu aux portes du village.

       

      Dans ce film, construit à la manière d'une ballade de chanteur ambu­lant, Pasquale Scimeca évoque une révolte qui a réellement eu lieu en Sicile à la fin de la guerre et qui a éclaté dans le village de Sambuca, où les paysans se sont soulevés contre l'humiliation et l'exploitation dont ils étaient l'objet de la part des riches propriétaires fonciers et de la Mafia.

      " Scimeca continue son cycle des vaincus ( II giorno di San Sebastiano) alliant à la conscience politique le caractère atemporel du mythe : pour faire une boutade, disons qu'il se situe un peu entre Salvatore Giuliano de Rosi et Il Siciliano de Cimino. Il utilise de beaux plans larges, il pro­longe ses cadres, il use de didascalies, mais il sait aussi nous raconter une émouvante "second-story" d'amour impossible entre un petit sol­dat et une petite prostituée. En ouverture, le scénariste-réalisateur, citant Pasolini, se demande : "Mais pourquoi donc réaliser une œuvre quand il est si beau de la rêver ?". Non, Monsieur Scimeca, vous avez bien fait de réaliser vraiment I briganti di Zabut. "

      Roberto Nepoti, La Repubblica, 11 octobre 1997.

    • Réalisation
      Pasquale Scimeca
    • Scénario
      Pasquale Scimeca
    • Image
      Giuseppe Schifani
    • Montage
      Babak Karimi
    • Musique
      Alessandro Molinari
    • Productions
      Arbash Film
    • Distribution France
      ACADRA
    • Interprètes
      Vincenzo Albanese, Tonino Russo, Giuseppe Fiasconaro, Franco Scaldati
    • Année
      1997
    • Durée
      1h 30
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom