IL COMPAGNO AMERICANO

IL COMPAGNO AMERICANO

0h 1min
2021
Story of IL COMPAGNO AMERICANO
IL COMPAGNO AMERICANO Printemps 1940. L’Italie retient son souffle : Mussolini décidera t-il ou non d’entrer en guerre ? A Paris, les exilés communistes décident d’envoyer en Italie un jeune Irlandais, Hogan, pour livrer aux camarades clandestins une pièce pour une machine d’imprimerie. A Cinecittà, on commence à penser en couleurs et le cinéaste Mainardi doit tourner le premier film en Technicolor de l’histoire du cinéma italien. La pellicule et le matériel arrivent des USA, escortés par des techniciens. Hogan a rendez-vous dans une gare de Rome… là où la camionnette de Cinecittà doit prendre livraison de la pellicule. Traqué par la police, il se réfugie dans la camionnette et il se retrouve à Cinecittà, où on le prend pour le technicien de Technicolor. Seule une journaliste qui parle anglais s’aperçoit de l’erreur, mais comme elle est une opposante au régime, elle devient la complice du jeune homme et l’aide à entretenir la confusion. Pressé de questions sur les dispositions nouvelles qu’il faut prendre pour tourner en couleurs, Hogan s’en tire par quelques propos sibyllins. Mais un jour le contenu de sa valise est révélé : un drapeau rouge et un tract qui dit que la révolution doit commencer par les champs et les usines. Mainardi confond ce tract politique avec les instructions de Technicolor. Il abandonne les décors en carton-pâte et s’en va traquer le réel dans les fermes où les paysans tiennent des propos peu amènes pour le régime en place. Tout ceci ne plaît ni au producteur, ni à la diva de service, no à l’officier fasciste chargé de suivre cette production qui tentent par tous les moyens de revenir au cinéma de la tradition. De quiproquo en quiproquo, une séquence magnifique de vérité finit par être tournée mais c’est peut-être la plus artificielle. Vérité, mensonge… quelle est l’essence du cinéma ?   Ce qui m’intéressait, c’était de mettre en évidence deux conceptions du cinéma, le passage d’un type de cinéma en noir et banc artificiel, apprêté, l’usine à rêves que le régime fasciste souhaitait pour endormir les consciences et un autre cinéma qui montrait la réalité telle qu’elle était, sans l’embellir. Barbara Barni   Petite curiosité : le film contient des mages d’archives parmi lesquelles un séquence inédite qui montre Mussollini tout en noir, mais en couleurs.
    • IL COMPAGNO AMERICANO

      Printemps 1940. L’Italie retient son souffle : Mussolini décidera t-il ou non d’entrer en guerre ? A Paris, les exilés communistes décident d’envoyer en Italie un jeune Irlandais, Hogan, pour livrer aux camarades clandestins une pièce pour une machine d’imprimerie. A Cinecittà, on commence à penser en couleurs et le cinéaste Mainardi doit tourner le premier film en Technicolor de l’histoire du cinéma italien. La pellicule et le matériel arrivent des USA, escortés par des techniciens.

      Hogan a rendez-vous dans une gare de Rome… là où la camionnette de Cinecittà doit prendre livraison de la pellicule. Traqué par la police, il se réfugie dans la camionnette et il se retrouve à Cinecittà, où on le prend pour le technicien de Technicolor. Seule une journaliste qui parle anglais s’aperçoit de l’erreur, mais comme elle est une opposante au régime, elle devient la complice du jeune homme et l’aide à entretenir la confusion.

      Pressé de questions sur les dispositions nouvelles qu’il faut prendre pour tourner en couleurs, Hogan s’en tire par quelques propos sibyllins. Mais un jour le contenu de sa valise est révélé : un drapeau rouge et un tract qui dit que la révolution doit commencer par les champs et les usines. Mainardi confond ce tract politique avec les instructions de Technicolor. Il abandonne les décors en carton-pâte et s’en va traquer le réel dans les fermes où les paysans tiennent des propos peu amènes pour le régime en place.

      Tout ceci ne plaît ni au producteur, ni à la diva de service, no à l’officier fasciste chargé de suivre cette production qui tentent par tous les moyens de revenir au cinéma de la tradition. De quiproquo en quiproquo, une séquence magnifique de vérité finit par être tournée mais c’est peut-être la plus artificielle. Vérité, mensonge… quelle est l’essence du cinéma ?

       

      Ce qui m’intéressait, c’était de mettre en évidence deux conceptions du cinéma, le passage d’un type de cinéma en noir et banc artificiel, apprêté, l’usine à rêves que le régime fasciste souhaitait pour endormir les consciences et un autre cinéma qui montrait la réalité telle qu’elle était, sans l’embellir.

      Barbara Barni

       

      Petite curiosité : le film contient des mages d’archives parmi lesquelles un séquence inédite qui montre Mussollini tout en noir, mais en couleurs.

    • Réalisation
      Barbara Barni
    • Scénario
      Barbara Barni
    • Image
      Ennio Guarnieri
    • Montage
      Adriano Tagliavia
    • Productions
      Metropolis film
    • Interprètes
      Nancy Brilli, Tosca D’Aquino, Augusto Zucchi, Franco Diogene, Hugh O’Conor, Giulio Base
    • Année
      2002
    • Durée
      1h 40
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom