IL VEDOVO

IL VEDOVO

LE VEUF

Dino Risi

Story of IL VEDOVO
IL VEDOVO LE VEUF Milan, 1959. Alberto Nardi (Alberto Sordi), dénommé le commandeur, est un jeune entrepreneur passionné par le monde des affaires. Mais Alberto a une particularité : ses projets, qui en théorie devraient réussir, tombent constamment à l’eau et il est poursuivi par les créanciers. Il se retrouve ainsi très souvent en situation de grande indigence, situation sans cesse résolue par sa femme Elvira (Franca Valeri), richissime et douée en affaires, qui se plaît à le surnommer Bécasson. Lassée par les échecs à répétition de son mari, Elvira décide de ne plus l’aider, et ne se prive pas de le dénigrer publiquement. Un affront impossible à supporter pour Alberto, car depuis toujours il tente de donner une image de lui flatteuse en entretenant un mode de vie des plus dépensiers. Un jour, la solution à tous ses problèmes surgit soudainement : le décès tragique de sa femme au cours d’un voyage en train. C’est ainsi qu’Alberto met en scène son pieux veuvage et rêve d’un avenir radieux dans l’attente de percevoir l’héritage qu’il convoite tant. Mais tout s’effondre lorsqu’il s’avère qu’Elvira n’est pas morte. Alberto échafaude alors un plan diabolique pour la faire disparaître… C’est une énième réflexion sur le mâle italien, retors, lâche et mesquin. Dino Risi est en état de grâce, tout comme ses comédiens, Alberto Sordi et Franca Valeri. Mais ce film est aussi un petit bijou d’humour perfide et impitoyable. Le rire plein d’amertume fait pendant à une critique sociale féroce tout comme l’ironie cinglante et implacable à une étude des caractères ironique, détachée et sournoise. Il vedovo joue des deux registres du thriller et du grotesque. Risi et ses coscénaristes, Rodolfo Sonego et Fabio Carpi, se sont inspiré d’un fait divers, le cas du promoteur immobilier Giovanni Fenaroli, accusé d’avoir organisé l’assassinat de sa femme pour toucher l’assurance vie et sortir ainsi de la situation financière désastreuse où il se trouvait. Fabrizio Corallo, réalisateur Rétrospective Dino Risi – Villerupt, octobre 2021 « Nous avons tous bu le lait du néo-réalisme… Il répondait à une nécessité d’ordre pratique : c’était un moyen plus simple et plus économique de tourner des films ; la façon de tourner des néo-réalistes est devenue la façon de tourner "à l’italienne". La matrice néo-réaliste transparaît dans toute la comédie italienne. […] Le soi-disant néo-réalisme rose. On nous a accusé d’avoir trahi les idéaux de la résistance, les grandes "règles"… La réalité italienne subissait une mutation, c’étaient les débuts du boom économique… ce qui changeait l’optique des choses. […] Je me suis toujours efforcé de représenter l’évolution des mœurs, et je crois l’avoir fait avec réalisme. "Rose" n’était pas le qualificatif approprié pour définir ma façon de décrire la réalité sociale italienne de l’époque. » Dino Risi, propos recueillis par Aldo Tassonne Le cinéma italien parle, Aldo Tassone, Edilig, 1982
    • IL VEDOVO

      LE VEUF

      Milan, 1959. Alberto Nardi (Alberto Sordi), dénommé le commandeur, est un jeune entrepreneur passionné par le monde des affaires. Mais Alberto a une particularité : ses projets, qui en théorie devraient réussir, tombent constamment à l’eau et il est poursuivi par les créanciers. Il se retrouve ainsi très souvent en situation de grande indigence, situation sans cesse résolue par sa femme Elvira (Franca Valeri), richissime et douée en affaires, qui se plaît à le surnommer Bécasson. Lassée par les échecs à répétition de son mari, Elvira décide de ne plus l’aider, et ne se prive pas de le dénigrer publiquement. Un affront impossible à supporter pour Alberto, car depuis toujours il tente de donner une image de lui flatteuse en entretenant un mode de vie des plus dépensiers. Un jour, la solution à tous ses problèmes surgit soudainement : le décès tragique de sa femme au cours d’un voyage en train. C’est ainsi qu’Alberto met en scène son pieux veuvage et rêve d’un avenir radieux dans l’attente de percevoir l’héritage qu’il convoite tant. Mais tout s’effondre lorsqu’il s’avère qu’Elvira n’est pas morte. Alberto échafaude alors un plan diabolique pour la faire disparaître…

      C’est une énième réflexion sur le mâle italien, retors, lâche et mesquin. Dino Risi est en état de grâce, tout comme ses comédiens, Alberto Sordi et Franca Valeri. Mais ce film est aussi un petit bijou d’humour perfide et impitoyable. Le rire plein d’amertume fait pendant à une critique sociale féroce tout comme l’ironie cinglante et implacable à une étude des caractères ironique, détachée et sournoise. Il vedovo joue des deux registres du thriller et du grotesque. Risi et ses coscénaristes, Rodolfo Sonego et Fabio Carpi, se sont inspiré d’un fait divers, le cas du promoteur immobilier Giovanni Fenaroli, accusé d’avoir organisé l’assassinat de sa femme pour toucher l’assurance vie et sortir ainsi de la situation financière désastreuse où il se trouvait.

      Fabrizio Corallo, réalisateur
      Rétrospective Dino Risi – Villerupt, octobre 2021

      « Nous avons tous bu le lait du néo-réalisme… Il répondait à une nécessité d’ordre pratique : c’était un moyen plus simple et plus économique de tourner des films ; la façon de tourner des néo-réalistes est devenue la façon de tourner "à l’italienne". La matrice néo-réaliste transparaît dans toute la comédie italienne. […]
      Le soi-disant néo-réalisme rose. On nous a accusé d’avoir trahi les idéaux de la résistance, les grandes "règles"… La réalité italienne subissait une mutation, c’étaient les débuts du boom économique… ce qui changeait l’optique des choses. […] Je me suis toujours efforcé de représenter l’évolution des mœurs, et je crois l’avoir fait avec réalisme. "Rose" n’était pas le qualificatif approprié pour définir ma façon de décrire la réalité sociale italienne de l’époque. »

      Dino Risi, propos recueillis par Aldo Tassonne
      Le cinéma italien parle, Aldo Tassone, Edilig, 1982

    • Réalisation
      Dino Risi
    • Scénario
      Rodolfo Sonego, Fabio Carpi, Dino Risi, Sandro Continenza, Dino Verde
    • Image
      Luciano Trasatti
    • Montage
      Alberto Gallitti
    • Musique
      Armando Trovajoli
    • Producteur (s)
      Edgardo Cortese, Elio Scardamaglia, Cino Del Duca
    • Productions
      Paneuropa Cinematografica, Cino Del Duca Produzioni
    • Distribution France
      Les Acacias
    • Interprètes
      Alberto Sordi, Franca Valeri, Livio Lorenzon, Nando Bruno, Ruggero Marchi, Mario Passante, Leonora Ruffo
    • Année
      1959
    • Durée
      92 min
    • Pays de production
      Italie
    • Citation
      « Mon mari n’est pas malchanceux : c’est un incapable et un mégalomane. »
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom

    Vous avez bien été abonné à la newsletter

    Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.

    Festival du Film Italien de Villerupt will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.