IO, LORO E LARA

IO, LORO E LARA

Carlo Verdone

0h 1min
2021
Story of IO, LORO E LARA
IO, LORO E LARA

Après plus de dix ans passés en Afrique comme missionnaire, Don Carlo (Carlo Verdone) revient à Rome. Il traverse une crise spirituelle et compte sur la sérénité du cadre familial pour faire le point. Chez son père Alberto (Sergio Fiorentini), il remarque un certain nombre de changements dont la disparition des photos de sa mère. C’est qu’Alberto a épousé Olga (Olga Balan), une quadragénaire moldave, son auxiliaire de vie. Carlo est troublé, et plus encore lorsque sa sœur Beatrice (Anna Bonaiuto) et son frère Luigi (Marco Giallini) lui font part des dépenses inconsidérées de leur père depuis son mariage. Selon eux, Olga veut user son vieux mari et hériter de tout. Coup de théâtre, c’est Olga qui meurt. Mais lors de l’enterrement, Carlo, Beatrice et Luigi découvrent l’existence de sa fille Lara (Laura Chiatti) à qui Alberto a maintenant l’intention de laisser sa maison. Il se retire en province chez sa sœur, et Lara vient s’installer dans l’appartement. Carlo, toujours aux prises avec sa crise spirituelle doit cohabiter avec cette fille magnifique aux mœurs plutôt libres…

 

Io, loro e Lara est une synthèse réussie entre les deux aspects du cinéma de Verdone, le comique et la réflexion. C'est un film au vitriol sur l'Italie d'aujourd'hui, l'égoïsme et le racisme qui nous entourent – avec juste un zeste de tiers-mondisme : après tout, le film ne montre pas grand-chose de l'Afrique. En tant qu’Italiens, nous devrions le voir comme un autoportrait drôle et impitoyable. Quant aux critiques, il serait temps qu’ils reconnaissent en Verdone non seulement un portraitiste doué pour les cas humains extrêmes, mais aussi un metteur en scène raffiné des situations entre la comédie et le drame. Il est remarquable que dans ce film personne n’écoute jamais son voisin, que personne n’écoute jamais Carlo (en Italie du moins, en Afrique c’est différent) qui semble tout à coup débarquer dans un pays des sourds.

Alberto Crespi, l’Unità, 8 janvier 2010

 

Au début de sa carrière d’humoriste, Carlo Verdone a interprété une foultitude de personnages qu’il a ensuite transposés dans ses films. Mais le prêtre d’Io, loro e Lara n’est pas un personnage parodique. On peut le comparer à celui de Nanni Moretti dans La messa è finita qui retrouve une société totalement dégradée lorsqu’il rentre chez lui.

    • IO, LORO E LARA

      Après plus de dix ans passés en Afrique comme missionnaire, Don Carlo (Carlo Verdone) revient à Rome. Il traverse une crise spirituelle et compte sur la sérénité du cadre familial pour faire le point. Chez son père Alberto (Sergio Fiorentini), il remarque un certain nombre de changements dont la disparition des photos de sa mère. C’est qu’Alberto a épousé Olga (Olga Balan), une quadragénaire moldave, son auxiliaire de vie. Carlo est troublé, et plus encore lorsque sa sœur Beatrice (Anna Bonaiuto) et son frère Luigi (Marco Giallini) lui font part des dépenses inconsidérées de leur père depuis son mariage. Selon eux, Olga veut user son vieux mari et hériter de tout. Coup de théâtre, c’est Olga qui meurt. Mais lors de l’enterrement, Carlo, Beatrice et Luigi découvrent l’existence de sa fille Lara (Laura Chiatti) à qui Alberto a maintenant l’intention de laisser sa maison. Il se retire en province chez sa sœur, et Lara vient s’installer dans l’appartement. Carlo, toujours aux prises avec sa crise spirituelle doit cohabiter avec cette fille magnifique aux mœurs plutôt libres…

       

      Io, loro e Lara est une synthèse réussie entre les deux aspects du cinéma de Verdone, le comique et la réflexion. C'est un film au vitriol sur l'Italie d'aujourd'hui, l'égoïsme et le racisme qui nous entourent – avec juste un zeste de tiers-mondisme : après tout, le film ne montre pas grand-chose de l'Afrique. En tant qu’Italiens, nous devrions le voir comme un autoportrait drôle et impitoyable. Quant aux critiques, il serait temps qu’ils reconnaissent en Verdone non seulement un portraitiste doué pour les cas humains extrêmes, mais aussi un metteur en scène raffiné des situations entre la comédie et le drame. Il est remarquable que dans ce film personne n’écoute jamais son voisin, que personne n’écoute jamais Carlo (en Italie du moins, en Afrique c’est différent) qui semble tout à coup débarquer dans un pays des sourds.

      Alberto Crespi, l’Unità, 8 janvier 2010

       

      Au début de sa carrière d’humoriste, Carlo Verdone a interprété une foultitude de personnages qu’il a ensuite transposés dans ses films. Mais le prêtre d’Io, loro e Lara n’est pas un personnage parodique. On peut le comparer à celui de Nanni Moretti dans La messa è finita qui retrouve une société totalement dégradée lorsqu’il rentre chez lui.

    • Réalisation
      Carlo Verdone
    • Scénario
      Carlo Verdone, Francesca Marciano, Pasquale Plastino
    • Image
      Danilo Desideri
    • Montage
      Claudio Di Mauro
    • Musique
      Fabio Liberatori
    • Productions
      Warner Bros. Italia S.p.a.
    • Vente à l’étranger
      Adriana Chiesa Enterprises
    • Interprètes
      Carlo Verdone, Laura Chiatti, Anna Bonaiuto, Marco Giallini, Sergio Fiorentini, Angela Finocchiaro, Olga Balan, Agnese Claisse, Tamara Di Giulio, Cristina Odasso
    • Année
      2010
    • Durée
      1h 55
    • Pays de production
      Italie
    • Format
      VOST
    • Citation
      J’oublie toujours que tu es un curé
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom