IO NON HO PAURA

L’ÉTÉ OÙ J’AI GRANDI

Gabriele Salvatores

1h 48min
2021
Story of IO NON HO PAURA
IO NON HO PAURA L’ÉTÉ OÙ J’AI GRANDI 1978, dans un paisible petit village du sud de l’Italie entre Pouilles et Basilicate. C’est l’été et la chaleur est caniculaire. Les enfants ont la campagne comme vaste terrain de jeux, ils courent au milieu des champs de blé, ils se promènent à bicyclette. Michele (Giuseppe Cristiano) aime s’amuser comme les autres enfants de son âge. Un jour il arrive dernier lors d’une course et il a un gage : il doit faire une expédition dans une bâtisse abandonnée. Intrigué par une tôle qui recouvre un trou, il la soulève et aperçoit un pied humain au fond de la trappe. Il cède à la peur et s’enfuit. Mais très vite la curiosité l’emporte et il retourne sur les lieux. Il soulève à nouveau la tôle et découvre Filippo (Mattia Di Pierro) un garçon qui a été kidnappé. Michele lui apporte régulièrement de la nourriture et le réconforte par sa présence. Il ignore encore que ses parents (Aita Sánchez-Gijón, Dino Abbrescia), Sergio (Diego Abatantuono), un ami de son père, et d’autres habitants du village ont enlevé Filippo et comptent obtenir une rançon...   J’étais fasciné par l’idée d’un thriller raconté d’une manière originale tant par son point de vue que par son contexte. Le fait que l’histoire se déroule dans des décors baignés de soleil, des espaces ouverts, libres, comme ceux qui existent dans la campagne du sud de l’Italie, me séduisait beaucoup. J’aime explorer différents styles, les distordre en mélangeant des éléments classiques venus de genres a priori très différents. Le roman et le scénario parlent magnifiquement de la perte de l’innocence et du passage à l’âge adulte. Cette période est parmi les plus sensibles d’une vie… Pour moi, il était vital que l’histoire se déroule à travers les yeux d’un enfant. Nous avions donc besoin de positionner notre regard, c’est-à-dire la caméra à la hauteur de celui du protagoniste. Nous avons filmé les événements à une hauteur d’environ 1,27 m. » Gabriele Salvatores, Dossier de presse   Après l’expérimentation dans la science fiction (Nirvana, 1997) et dans le grotesque (Denti, 2000) Gabriele Salvatores revient dans le monde réel en adaptant le roman de Niccolò Ammaniti. Io non ho paura a été tourné entre Pouilles et Basilicate, en grande partie à Melfi, Province de Potenza.
    • IO NON HO PAURA

      L’ÉTÉ OÙ J’AI GRANDI

      1978, dans un paisible petit village du sud de l’Italie entre Pouilles et Basilicate. C’est l’été et la chaleur est caniculaire. Les enfants ont la campagne comme vaste terrain de jeux, ils courent au milieu des champs de blé, ils se promènent à bicyclette. Michele (Giuseppe Cristiano) aime s’amuser comme les autres enfants de son âge. Un jour il arrive dernier lors d’une course et il a un gage : il doit faire une expédition dans une bâtisse abandonnée. Intrigué par une tôle qui recouvre un trou, il la soulève et aperçoit un pied humain au fond de la trappe. Il cède à la peur et s’enfuit. Mais très vite la curiosité l’emporte et il retourne sur les lieux. Il soulève à nouveau la tôle et découvre Filippo (Mattia Di Pierro) un garçon qui a été kidnappé. Michele lui apporte régulièrement de la nourriture et le réconforte par sa présence. Il ignore encore que ses parents (Aita Sánchez-Gijón, Dino Abbrescia), Sergio (Diego Abatantuono), un ami de son père, et d’autres habitants du village ont enlevé Filippo et comptent obtenir une rançon...

       

      J’étais fasciné par l’idée d’un thriller raconté d’une manière originale tant par son point de vue que par son contexte. Le fait que l’histoire se déroule dans des décors baignés de soleil, des espaces ouverts, libres, comme ceux qui existent dans la campagne du sud de l’Italie, me séduisait beaucoup. J’aime explorer différents styles, les distordre en mélangeant des éléments classiques venus de genres a priori très différents. Le roman et le scénario parlent magnifiquement de la perte de l’innocence et du passage à l’âge adulte. Cette période est parmi les plus sensibles d’une vie… Pour moi, il était vital que l’histoire se déroule à travers les yeux d’un enfant. Nous avions donc besoin de positionner notre regard, c’est-à-dire la caméra à la hauteur de celui du protagoniste. Nous avons filmé les événements à une hauteur d’environ 1,27 m. »
      Gabriele Salvatores, Dossier de presse

       

      Après l’expérimentation dans la science fiction (Nirvana, 1997) et dans le grotesque (Denti, 2000) Gabriele Salvatores revient dans le monde réel en adaptant le roman de Niccolò Ammaniti. Io non ho paura a été tourné entre Pouilles et Basilicate, en grande partie à Melfi, Province de Potenza.

    • Réalisation
      Gabriele Salvatores
    • Scénario
      Francesca Marciano, Niccolò Ammaniti, d’après son roman
    • Image
      Italo Petriccione
    • Montage
      Massimo Fiocchi
    • Musique
      Pepo Scherman, Ezio Bosso
    • Producteur (s)
      Maurizio Totti, Riccardo Tozzi, Giovanni Stabilini, Marco Chimenz
    • Productions
      Colorado Film, Cattleya, Medusa Film, avec la contribution du MiBAC, Alquimia Cinema, The Producers Films
    • Distribution France
      Tamasa Distribution
    • Interprètes
      Giuseppe Cristiano, Mattia Di Pierro, Aitana Sánchez-Gijón, Dino Abbrescia, Diego Abatantuono, Giorgio Careccia, Riccardo Zinna, Michele Vasca, Susy Sanchez, Antonella Stefanucci
    • Année
      2003
    • Durée
      108 min
    • Pays de production
      Italie, Espagne, Royaume-Un
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom