JOHNNY STECCHINO

JOHNNY STECCHINO

0h 2min
1991
Story of JOHNNY STECCHINO
JOHNNY STECCHINO Dante, un jeune homme très timide, est le chauffeur d'un petit bus avec lequel il accompagne chaque jour à l'école des enfants handicapés. Comme il collectionne les échecs amoureux, il est bouleversé lorsque la belle Maria, jeune, riche, cultivée et mystérieuse, se jette littéralement à son cou. Il la rejoint à Palerme, où elle vit dans une magnifique villa avec son vieil oncle, un avocat quelque peu maladroit. En peu de temps, Dante s'attache à l'oncle de Maria et se sent rapidement à l'aise dans son nouvel entourage. Pourtant Dante est loin d’imaginer ce qui se trame. A son insu, le dénommé Johnny Stecchino a une planque au sous-sol. C'est un mafioso italo-américain en cavale et il est le mari de Maria. Il doit son surnom à l'éternel cure-dents qu’il tient entre ses lèvres. Il est riche, sûr de lui, un vrai dur, macho en diable et surtout le parfait sosie de Dante. Johnny et Maria pensent tirer parti de cette ressemblance en se servant de Dante comme appât. Mais les choses ne se déroulent pas tout à fait comme Johnny l’avait prévu...   Benigni scénariste exploite un filon déjà creusé par David Mamet dans Parrain d'un jour. Benigni réalisateur se regarde mettre en scène son personnage avec un poil de complaisance. Mais Benigni acteur est un feu d'artifice ! On connaissait sa propension à la logorrhée : elle redouble ici, lorsqu'il se dédouble en cabot sicilien. On le découvre aussi capable d'une gestuelle hallucinante, digne des grands burlesques : il exécute une rafale de tics en un tour de main. Le rire serait-il la meilleure arme contre la mafia et la corruption ? En Italie, où l'on pratique aisément l'autodérision, Johnny Stecchino a fait un tabac. Vincent REMY, Télérama, 8 avril 1992
    • JOHNNY STECCHINO

      Dante, un jeune homme très timide, est le chauffeur d'un petit bus avec lequel il accompagne chaque jour à l'école des enfants handicapés. Comme il collectionne les échecs amoureux, il est bouleversé lorsque la belle Maria, jeune, riche, cultivée et mystérieuse, se jette littéralement à son cou. Il la rejoint à Palerme, où elle vit dans une magnifique villa avec son vieil oncle, un avocat quelque peu maladroit. En peu de temps, Dante s'attache à l'oncle de Maria et se sent rapidement à l'aise dans son nouvel entourage.
      Pourtant Dante est loin d’imaginer ce qui se trame. A son insu, le dénommé Johnny Stecchino a une planque au sous-sol. C'est un mafioso italo-américain en cavale et il est le mari de Maria. Il doit son surnom à l'éternel cure-dents qu’il tient entre ses lèvres. Il est riche, sûr de lui, un vrai dur, macho en diable et surtout le parfait sosie de Dante. Johnny et Maria pensent tirer parti de cette ressemblance en se servant de Dante comme appât. Mais les choses ne se déroulent pas tout à fait comme Johnny l’avait prévu...

       

      Benigni scénariste exploite un filon déjà creusé par David Mamet dans Parrain d'un jour. Benigni réalisateur se regarde mettre en scène son personnage avec un poil de complaisance. Mais Benigni acteur est un feu d'artifice ! On connaissait sa propension à la logorrhée : elle redouble ici, lorsqu'il se dédouble en cabot sicilien. On le découvre aussi capable d'une gestuelle hallucinante, digne des grands burlesques : il exécute une rafale de tics en un tour de main.
      Le rire serait-il la meilleure arme contre la mafia et la corruption ? En Italie, où l'on pratique aisément l'autodérision, Johnny Stecchino a fait un tabac.

      Vincent REMY, Télérama, 8 avril 1992

    • Réalisation
      Roberto Benigni
    • Scenario
      Roberto Benigni, Vincenzo Cerami
    • Image
      Giuseppe Lanci
    • Montage
      Nino Baragli
    • Musique
      Evan Lurie
    • Producer (s)
      Mario et Vittorio Cecchi Gori
    • Productions
      Cecchi Gori Group Tiger Cinematografica, Penta Film
    • Interprètes
      Roberto Benigni, Nicoletta Braschi, Paolo Bonacelli, Ignazio Pappalardo, Franco Volpi, Ivano Marescoti, Turi Scalia, Loredana Romito, Alessandro De Santis
    • Année
      1991
    • Durée
      2h 00
    • Pays de production
      Italie
    • Citation
      "Je le savais qu’il ne me ressemblait pas du tout."
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom