LA GIUSTA DISTANZA

0h 1min
2021
Story of LA GIUSTA DISTANZA
LA GIUSTA DISTANZA Un petit village dans le delta du Pô peuplé de braves gens sans histoires. Il  a bien un éventreur de chiens qui sévit nuitamment dans la contrée mais personne ne sen soucie vraiment. Et même lorsque la police découvre un atelier clandestin où travaillent quelques dizaines de sans papiers, ils ne se sentent pas concernés. La vieille institutrice est malade; une jeune femme, Mara, vient la remplacer. Elle est aussitôt au centre des attentions des habitants qui l'accueillent gentiment, les hommes surtout. Hassan, en particulier est comme fasciné. Il est depuis suffisamment longtemps le garagiste du lieu pour qu'on oublie qu'il est étranger. Mais lorsque Mara est retrouvée morte, il est le coupable tout indiqué…  

La giusta distanza, du moins dans sa première partie, raconte donc une histoire d'amour, presque sur le ton de la comédie de mœurs, montrant le microcosme du village, son quotidien débonnaire et même sa tolérance.

Cependant, comme dans le cas des chiens éventrés, il y a quelque chose qui contredit cette douceur apparente. C'est le regard de désir inavoué qui se porte sur Mara (elle aussi, du reste, en tant qu'intellectuelle et citadine, vient d'ailleurs). C'est aussi une vieille folle qui traverse la nuit sur un bateau à la dérive. C'est enfin un meurtre et son coupable annoncé.

Quelle est la juste distance par rapport à la maladie spirituelle qui se propage à Concadalbero ? Telle est la question que Giovanni finit par se poser. Sa réponse est qu'aucune distance n'est juste face à l'horreur morale. Ce qui est juste, en revanche, c'est de prendre parti, même si cela signifie se confronter à l'Histoire, sans la protection de la douce quiétude du petit bourg, ni celle del a cruelle innocence du lieu commun.

Roberto Escobar, Il Sole - 24 Ore, 24 novembre 2007

    • LA GIUSTA DISTANZA

      Un petit village dans le delta du Pô peuplé de braves gens sans histoires. Il  a bien un éventreur de chiens qui sévit nuitamment dans la contrée mais personne ne sen soucie vraiment. Et même lorsque la police découvre un atelier clandestin où travaillent quelques dizaines de sans papiers, ils ne se sentent pas concernés.

      La vieille institutrice est malade; une jeune femme, Mara, vient la remplacer. Elle est aussitôt au centre des attentions des habitants qui l'accueillent gentiment, les hommes surtout. Hassan, en particulier est comme fasciné. Il est depuis suffisamment longtemps le garagiste du lieu pour qu'on oublie qu'il est étranger. Mais lorsque Mara est retrouvée morte, il est le coupable tout indiqué…

       

      La giusta distanza, du moins dans sa première partie, raconte donc une histoire d'amour, presque sur le ton de la comédie de mœurs, montrant le microcosme du village, son quotidien débonnaire et même sa tolérance.

      Cependant, comme dans le cas des chiens éventrés, il y a quelque chose qui contredit cette douceur apparente. C'est le regard de désir inavoué qui se porte sur Mara (elle aussi, du reste, en tant qu'intellectuelle et citadine, vient d'ailleurs). C'est aussi une vieille folle qui traverse la nuit sur un bateau à la dérive. C'est enfin un meurtre et son coupable annoncé.

      Quelle est la juste distance par rapport à la maladie spirituelle qui se propage à Concadalbero ? Telle est la question que Giovanni finit par se poser. Sa réponse est qu'aucune distance n'est juste face à l'horreur morale. Ce qui est juste, en revanche, c'est de prendre parti, même si cela signifie se confronter à l'Histoire, sans la protection de la douce quiétude du petit bourg, ni celle del a cruelle innocence du lieu commun.

      Roberto Escobar, Il Sole - 24 Ore, 24 novembre 2007

    • Réalisation
      Carlo Mazzacurati
    • Scenario
      Doriana Leondeff, Carlo Mazzacurati, Marco Pettenello, Claudio Piersanti
    • Image
      Luca Bigazzi
    • Montage
      Paolo Cottignola
    • Musique
      Giancarlo Basili
    • Producer (s)
      Domenicco Procacci
    • Productions
      Fandango, Rai Cinema avec la contribution du MiBAC, Misterline
    • Vente à l’étranger
      Fandango Portobello Sales
    • Interprètes
      Giovanni Capovilla, Fabrizio Bentivoglio, Giuseppe Battiston, Valentino Lodovini, Ahmed Hafiene, Ivano Marescotti, Roberto Abbiati, Stefano Scandaletti, Natalino Balasso
    • Année
      2007
    • Durée
      1h 47
    • Pays de production
      Italie
    • Citation
      Dire qu'il y a vingt ans ici c'était la campagne.
      - Mais c'est toujours la campagne ! - Ah, toi aussi tu t'en es aperçu ?
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom